Ukraine : La confrontation États-Unis-Russie continue

      Medea Benjamin et Nicolas J. S. Davies estiment que les Américains devraient espérer que la récente visite du directeur de la CIA à Moscou a aidé Washington à comprendre les enjeux.

 

Un rapport publié par le magazine Covert Action en provenance de la République populaire autoproclamée de Donetsk, à l’est de l’Ukraine, décrit les graves craintes d’une nouvelle offensive des forces gouvernementales ukrainiennes, après une intensification des bombardements, une attaque par un drone de fabrication turque et une attaque sur Staromaryevka, un village situé à l’intérieur de la zone tampon établie par les accords de Minsk de 2014-15.

Les républiques populaires de Donetsk (RPD) et de Louhansk (RPL), qui ont déclaré leur indépendance en réponse au coup d’État soutenu par les États-Unis en Ukraine en 2014, sont redevenues des points chauds dans l’intensification de la guerre froide entre les États-Unis et la Russie. Les États-Unis et l’OTAN semblent soutenir pleinement une nouvelle offensive gouvernementale contre ces enclaves soutenues par la Russie, qui pourrait rapidement dégénérer en un conflit militaire international de grande ampleur.

La dernière fois que cette zone est devenue une poudrière internationale, c’était en avril, lorsque le gouvernement ukrainien anti-russe a menacé de lancer une offensive contre Donetsk et Louhansk, et que la Russie a rassemblé des milliers de troupes le long de la frontière orientale de l’Ukraine.

Carte de la zone tampon établie par le protocole de Minsk pendant la guerre du Donbass. (Goran tek-en, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

À cette occasion, l’Ukraine et l’OTAN ont cédé et annulé l’offensive. Cette fois-ci, la Russie a de nouveau rassemblé quelque 90 000 soldats près de sa frontière avec l’Ukraine. La Russie va-t-elle une fois de plus empêcher une escalade de la guerre, ou l’Ukraine, les États-Unis et l’OTAN se préparent-ils sérieusement à aller de l’avant au risque d’une guerre avec la Russie ?

Depuis avril, les États-Unis et leurs alliés ont intensifié leur soutien militaire à l’Ukraine. Après avoir annoncé en mars une aide militaire de 125 millions de dollars, comprenant des patrouilleurs côtiers armés et des équipements radar, les États-Unis ont accordé à l’Ukraine une autre enveloppe de 150 millions de dollars en juin. Celle-ci comprenait des équipements de radar, de communication et de guerre électronique pour l’armée de l’air ukrainienne, portant à 2,5 milliards de dollars le total de l’aide militaire à l’Ukraine depuis le coup d’État soutenu par les États-Unis en 2014. Ce dernier paquet semble inclure le déploiement de personnel de formation américain dans les bases aériennes ukrainiennes.

La Turquie fournit à l’Ukraine les mêmes drones qu’elle a fournis à l’Azerbaïdjan lors de sa guerre avec l’Arménie au sujet du territoire contesté du Haut-Karabakh en 2020. Cette guerre a fait au moins 6 000 morts et a récemment repris de plus belle, un an après un cessez-le-feu négocié par la Russie. Les drones turcs ont fait des ravages sur les troupes et les civils arméniens dans le Haut-Karabakh, et leur utilisation en Ukraine constituerait une terrible escalade de la violence contre les populations de Donetsk et de Louhansk.

L’intensification du soutien des États-Unis et de l’OTAN aux forces gouvernementales dans la guerre civile en Ukraine a des conséquences diplomatiques de plus en plus graves. Début octobre, l’OTAN a expulsé huit agents de liaison russes de son siège à Bruxelles, les accusant d’espionnage. La sous-secrétaire d’État Victoria Nuland, gestionnaire du coup d’État de 2014 en Ukraine, a été dépêchée à Moscou en octobre, ostensiblement pour apaiser les tensions. Nuland a échoué de manière si spectaculaire que, seulement une semaine plus tard, la Russie a mis fin à 30 ans d’engagement avec l’OTAN, et a ordonné la fermeture du bureau de l’OTAN à Moscou.

La sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, en septembre. (Département d’État, Freddie Everett)

Nuland aurait tenté de rassurer Moscou sur le fait que les États-Unis et l’OTAN étaient toujours attachés aux accords de Minsk de 2014 et 2015 sur l’Ukraine, qui comprennent une interdiction des opérations militaires offensives et une promesse d’une plus grande autonomie pour Donetsk et Louhansk au sein de l’Ukraine. Mais ses assurances ont été démenties par le secrétaire à la Défense Lloyd Austin lorsqu’il a rencontré le président ukrainien Zelenskyy à Kiev le 18 octobre, réitérant le soutien des États-Unis à la future adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, promettant un soutien militaire supplémentaire et accusant la Russie de « perpétuer la guerre en Ukraine orientale. »

La visite du directeur de la CIA, William Burns, à Moscou les 2 et 3 novembre, a été plus extraordinaire, mais, espérons-le, plus fructueuse. Il a rencontré de hauts responsables de l’armée et des services de renseignement russes et s’est entretenu par téléphone avec le président Poutine.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, répond aux questions lors d’une conférence de presse avec le ministre ukrainien de la Défense, Andriy Taran, à Kiev (Ukraine), le 19 octobre. (DoD, Chad J. McNeeley)

Une telle mission ne fait généralement pas partie des attributions du directeur de la CIA. Mais après que Biden a promis une nouvelle ère de la diplomatie américaine, son équipe de politique étrangère est maintenant largement reconnue pour avoir plutôt ramené les relations des États-Unis avec la Russie et la Chine à un niveau historiquement bas.

À en juger par la rencontre en mars du secrétaire d’État Blinken et du conseiller à la sécurité nationale Sullivan avec des responsables chinois en Alaska, par la rencontre de Biden avec Poutine à Vienne en juin et par la récente visite de la sous-secrétaire d’État Nuland à Moscou, les responsables américains ont réduit leurs rencontres avec les responsables russes et chinois à des récriminations mutuelles destinées à la politique intérieure au lieu d’essayer sérieusement de résoudre les divergences de vues. Dans le cas de Nuland, elle a également induit les Russes en erreur quant à l’engagement, ou l’absence d’engagement, des États-Unis vis-à-vis des accords de Minsk. Alors, qui Biden pourrait-il envoyer à Moscou pour un dialogue diplomatique sérieux avec les Russes au sujet de l’Ukraine ?

En 2002, alors qu’il était sous-secrétaire d’État chargé des affaires du Proche-Orient, William Burns a rédigé un mémo de dix pages au secrétaire d’État Colin Powell, qui faisait preuve de clairvoyance, mais qui n’a pas été pris en compte, l’avertissant des nombreuses façons dont une invasion américaine de l’Irak pourrait « dégénérer » et provoquer une « véritable tempête » pour les intérêts américains.

Burns est un diplomate de carrière et un ancien ambassadeur des États-Unis à Moscou. Il est peut-être le seul membre de cette administration à posséder les compétences diplomatiques et l’expérience nécessaires pour écouter réellement les Russes et s’engager sérieusement avec eux.

Les Russes ont vraisemblablement dit à Burns ce qu’ils ont dit en public : que la politique américaine risque de franchir des « lignes rouges » qui déclencheraient des réponses russes décisives et irrévocables. La Russie a depuis longtemps averti que l’une des lignes rouges serait l’adhésion de l’Ukraine et/ou de la Géorgie à l’OTAN.

William Burns en 2011, alors qu’il occupait le poste de secrétaire d’État adjoint des États-Unis. (Département d’État, Flickr)

Mais il y a clairement d’autres lignes rouges dans la présence militaire rampante des États-Unis et de l’OTAN dans et autour de l’Ukraine et dans le soutien militaire croissant des États-Unis aux forces gouvernementales ukrainiennes qui assaillent Donetsk et Louhansk. Poutine a mis en garde contre le renforcement de l’infrastructure militaire de l’OTAN en Ukraine et a accusé l’Ukraine et l’OTAN d’actions déstabilisantes, notamment en mer Noire.

Avec des troupes russes amassées à la frontière ukrainienne pour la deuxième fois cette année, une nouvelle offensive ukrainienne menaçant l’existence de la DPR et de la LPR franchirait certainement une autre ligne rouge, tandis que l’augmentation du soutien militaire des États-Unis et de l’OTAN à l’Ukraine pourrait être dangereusement proche d’en franchir une autre.

Alors, Burns est-il revenu de Moscou avec une image plus claire de ce que sont exactement les lignes rouges de la Russie ? Il faut l’espérer. Même les sites web militaires américains reconnaissent que la politique américaine en Ukraine est en train de « se retourner contre elle ».

L’expert de la Russie Andrew Weiss, qui a travaillé sous la direction de William Burns au Carnegie Endowment for International Peace, a reconnu auprès de Michael Crowley du New York Times que la Russie a la « suprématie en cas d’escalade » en Ukraine et que, dans l’absolu, l’Ukraine est tout simplement plus importante pour la Russie que pour les États-Unis. Il est donc insensé pour les États-Unis de risquer de déclencher une troisième guerre mondiale à cause de l’Ukraine, à moins qu’ils ne veuillent réellement déclencher une troisième guerre mondiale.

Pendant la guerre froide, les deux parties ont développé une compréhension claire des « lignes rouges » de l’autre. Avec une grande part de chance, nous pouvons remercier ces compréhensions pour notre survie. Ce qui rend le monde d’aujourd’hui encore plus dangereux que celui des années 1950 ou 1980, c’est que les récents dirigeants américains ont cavalièrement abandonné les traités nucléaires bilatéraux et les relations diplomatiques vitales que leurs grands-parents avaient forgés pour empêcher la guerre froide de se transformer en guerre chaude.

Les présidents Dwight Eisenhower et John F. Kennedy, avec l’aide du sous-secrétaire d’État Averell Harriman et d’autres, ont mené des négociations qui se sont étendues sur deux administrations, entre 1958 et 1963, pour parvenir à un traité d’interdiction partielle des essais nucléaires qui a été le premier d’une série de traités bilatéraux de contrôle des armements. En revanche, la seule continuité entre Trump, Biden et la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland semble être un étonnant manque d’imagination qui les rend aveugles à tout avenir possible au-delà d’une approche utopique non négociable et toujours inaccessible de l’hégémonie mondiale.

Mais les Américains devraient se garder d’idéaliser « l’ancienne » guerre froide en la considérant comme une période de paix, simplement parce que nous avons réussi à éviter un holocauste nucléaire mondial. Les vétérans américains des guerres de Corée et du Vietnam le savent mieux que quiconque, tout comme les habitants des pays du Sud qui sont devenus des champs de bataille sanglants dans la lutte idéologique entre les États-Unis et l’URSS.

Le président ukrainien Volodymr Zelenskyy signant le livre d’or du Pentagone lors d’un échange bilatéral avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd J. Austin, le 31 août 2021. (DoD, Brittany A. Chase)

Trois décennies après avoir déclaré la victoire dans la guerre froide, et après le chaos auto-infligé de la « guerre mondiale contre le terrorisme » des États-Unis, les planificateurs militaires américains ont choisi une nouvelle guerre froide comme prétexte le plus persuasif pour perpétuer leur machine de guerre à mille milliards de dollars et leur ambition irréalisable de dominer la planète entière. Au lieu de demander à l’armée américaine de s’adapter à de nouveaux défis qu’elle n’est manifestement pas prête à relever, les dirigeants américains ont décidé de revenir à leur ancien conflit avec la Russie et la Chine pour justifier l’existence et les dépenses ridicules de leur machine de guerre inefficace mais rentable.

Mais la nature même d’une guerre froide est qu’elle implique la menace et l’utilisation de la force, ouverte et secrète, pour contester les allégeances politiques et les structures économiques des pays du monde entier. Dans notre soulagement face au retrait américain d’Afghanistan, que Trump et Biden ont utilisé pour symboliser la « fin d’une guerre sans fin », nous ne devons pas nous faire d’illusions sur le fait que l’un ou l’autre nous offre un nouvel âge de paix.

C’est plutôt le contraire. Ce que nous observons en Ukraine, en Syrie, à Taïwan et en mer de Chine méridionale sont les premières salves d’une ère de guerres plus idéologiques qui pourraient bien être tout aussi futiles, mortelles et autodestructrices que la « guerre contre le terrorisme », et beaucoup plus dangereuses pour les États-Unis.

Une guerre avec la Russie ou la Chine risquerait de dégénérer en troisième guerre mondiale. Comme Andrew Weiss l’a déclaré au Times à propos de l’Ukraine, la Russie et la Chine auraient une « maîtrise de l’escalade » conventionnelle, et auraient tout simplement plus à gagner que les États-Unis dans des guerres à leurs propres frontières.

Que feraient donc les États-Unis s’ils perdaient une guerre majeure contre la Russie ou la Chine ? La politique américaine en matière d’armes nucléaires a toujours laissé ouverte une option de « première frappe » dans le cas précis de ce scénario.

Le plan américain actuel de 1 700 milliards de dollars pour toute une série de nouvelles armes nucléaires semble donc être une réponse à la réalité : les États-Unis ne peuvent pas espérer vaincre la Russie et la Chine dans des guerres conventionnelles sur leurs propres frontières.

Mais le paradoxe des armes nucléaires est que les armes les plus puissantes jamais créées n’ont aucune valeur pratique en tant qu’armes de guerre, puisqu’il ne peut y avoir de vainqueur dans une guerre qui tue tout le monde. Toute utilisation d’armes nucléaires déclencherait rapidement une utilisation massive de celles-ci par l’un ou l’autre camp, et la guerre serait bientôt terminée pour nous tous. Les seuls gagnants seraient quelques espèces d’insectes résistants aux radiations et d’autres très petites créatures.

Ni Obama, ni Trump, ni Biden n’ont osé présenter au public américain les raisons pour lesquelles ils risquent une troisième guerre mondiale à propos de l’Ukraine ou de Taïwan, parce qu’il n’y a pas de bonne raison. Risquer un holocauste nucléaire pour apaiser le complexe militaro-industriel est aussi insensé que de détruire le climat et le monde naturel pour faire plaisir à l’industrie des combustibles fossiles.

Il faut donc espérer que le directeur de la CIA, Burns, est non seulement revenu de Moscou avec une image claire des « lignes rouges » de la Russie, mais aussi que le président Biden et ses collègues comprennent ce que Burns leur a dit et ce qui est en jeu en Ukraine. Ils doivent prendre du recul par rapport au seuil d’une guerre entre les États-Unis et la Russie, puis par rapport à la guerre froide plus large avec la Chine et la Russie dans laquelle ils se sont si aveuglément et si bêtement fourvoyés.

Medea Benjamin est la cofondatrice de CODEPINK : Women for Peace et l’auteure de nombreux ouvrages dont Kingdom of the Unjust : Behind the US-Saudi Connection et Inside Iran : the Real History and Politics of the Islamic Republic of Iran.

Nicolas J. S. Davies est un journaliste indépendant, un chercheur de CODEPINK et l’auteur de Blood On Our Hands : the American Invasion and Destruction of Iraq.

Source : Consortium News, Medea Benjamin, Nicolas J. S. Davies, 23-11-2021   Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.