L’Algérie prochain grand pôle gazier méditerranéen

 

par Khaled Boulaziz

La guerre en Ukraine offre à l’Algérie une occasion unique de mettre en place une nouvelle stratégie afin d’exploiter judicieusement ses réserves de gaz, alors que l’Europe se démène pour réduire sa dépendance aux hydrocarbures russes.

Tandis que l’Europe s’efforce de diversifier ses fournisseurs étrangers de gaz, de nombreux pays rejoignent la liste des partenaires potentiels : des poids lourds comme l’Australie, le Qatar et les Etats-Unis, à d’autres acteurs importants comme l’Azerbaïdjan, l’Egypte, la Libye et l’Algérie. Le rôle potentiel du pays est clairement renforcé par l’existence de trois gazoducs sous-marins qui le relient déjà à la péninsule ibérique et à l’Italie.

Au moins deux d’entre eux, le Pedro-Duran-Farell, reliant l’Algérie à l’Espagne et au Portugal via le Maroc (fermé depuis le 1er novembre en raison des tensions croissantes entre l’Algérie et le Maroc) et l’Enrico-Mattei, reliant l’Algérie à l’Italie via la Tunisie, sont sous-utilisés. Ce pipeline, également connu sous le nom de Transmed, transporte 22 milliards de mètres cubes (milliards de mètres cubes) par an, soit 30% de moins que sa capacité réelle.

Si, dans les mois et les années à venir, l’Union européenne se tourne vers l’Algérie, parmi d’autres fournisseurs étrangers, pour acheter plus de gaz, trois questions doivent être adressées :

– l’Algérie a-t-elle été, historiquement, un fournisseur fiable pour les clients occidentaux ?

– L’Algérie dispose-t-elle d’importantes réserves de gaz ?

– A-t-elle la capacité de soutenir des volumes plus élevés d’exportations de gaz à l’avenir ?

A la première question : l’Algérie exporte du gaz depuis 1964 et a toujours respecté scrupuleusement ses contrats. Le gaz naturel liquéfié a été inventé en Algérie par Shell entre 1961 et 1964 lorsque la première cargaison algérienne de GNL a été acheminée vers le Royaume-Uni.

Plus d’un demi-siècle plus tard, la compagnie pétrolière et gazière publique algérienne Sonatrach vend du gaz à la Grèce, à la Turquie, à l’Italie, à la France, au Royaume-Uni et à la Belgique.

Pour la première fois depuis qu’elle a renoncé aux contrats GNL qu’elle avait signés avec Sonatrach en 1978 – pour des raisons inconnues à ce jour des négociateurs algériens –, l’Allemagne s’intéresse au gaz algérien. Ni les litiges commerciaux passés en arbitrage international ni la guerre civile des années 1990 n’ont ébranlé la fiabilité de la Sonatrach.

A la deuxième : connaître les volumes exacts des réserves de pétrole et de gaz de n’importe quel pays est déjà assez difficile. Ce que nous savons, c’est qu’au moins la moitié de la masse continentale du plus grand pays d’Afrique n’a jamais été explorée ; que certaines zones ont été explorées il y a des années et que des techniques plus modernes pourraient bien augmenter les chiffres des réserves prouvées. L’Algérie possède également les troisièmes plus grandes réserves de gaz non conventionnel au monde (25 000 milliards de mètres cubes), ex-aequo avec l’Argentine.

La question clé aujourd’hui est la troisième. La production de gaz de Sonatrach – destinée à la vente nationale et à l’étranger – est passée de 95,898 Gm3 en 2018 à 85,119 Gm3 en 2020. Les contours du problème sont clairs. La production actuelle de gaz est divisée en trois parties à peu près égales : consommation, exportation et réinjection, principalement soutenues par le champ de Hassi R’mel. Son rythme de production actuel ne peut être maintenu au-delà de 2028 et deviendra insignifiant à partir de 2040. La production des champs en cours de mise en production ne suffira pas à compenser la baisse de production attendue à Hassi R’mel.

Le besoin d’augmenter la production se fait pressant. Il a été abordé par la loi sur les hydrocarbures de 2019 (loi 19-123, adoptée en décembre 2019) qui rend beaucoup plus attrayant pour les entreprises internationales d’investir dans les champs pétroliers et gaziers algériens et dans l’exploration de nouveaux champs. Le contrat signé entre l’Ente Nazionale Idrocarburi (ENI) italienne et Sonatrach, en décembre dernier, est important pour trois raisons : c’est la première  depuis l’adoption de la nouvelle loi avec les deux signataires ayant une longue et large coopération ; il prévoit un développement accéléré en vue d’une production rapide ; enfin, les deux sociétés évaluent des opportunités conjointes dans des domaines tels que les énergies renouvelables impliquant l’hydrogène vert et bleu, etc. dans ce pays.

L’autre côté de l’équation algérienne est la consommation intérieure qui augmente rapidement parce que les consommateurs n’ont aucune incitation à rechercher des économies. Comme Petro-stratégies l’a souligné il y a un an («l’Algérie risque de devoir arrêter ses exportations de gaz vers 2030 si elle n’agit pas très vite en amont», 26 avril 2021), le taux d’efficacité de ses centrales anciennes est très faible (autour de 36%) et les pertes sur le réseau sont très élevées (13,5% en moyenne) mais ni Sonelgaz (qui détient le monopole de la production et de la vente d’électricité) ni les consommateurs ne sont incités à rechercher des économies.

Le gaz est fourni à Sonelgaz à un «prix soutenu de 0,30 dollars/MMbtu, probablement le plus bas du monde». Il ne couvre même pas les coûts de production de Sonatrach. Le prix moyen à la consommation de l’électricité n’est que de 0,03 dollars/kWh, hors taxes. Beaucoup à Alger considèrent une telle politique comme une absurdité économique car elle encourage un énorme gaspillage de la part des utilisateurs industriels.

Le gouvernement reporte la hausse des prix par crainte de troubles sociaux. Cependant, l’évolution des circonstances géopolitiques offre aux dirigeants algériens l’occasion de réécrire son avenir et celui du pays.

La disponibilité significative de nombreux économistes et managers talentueux algériens, dont l’expertise du monde est actuellement ignorée, pourrait aider à élaborer un projet économique, à la mesure des formidables défis lancés par la guerre en Ukraine. Tant que le pouvoir algérien n’aura pas accepté que la force de l’Algérie ne peut pas reposer uniquement sur des armements sophistiqués mais qu’elle a besoin d’une économie diversifiée, prospère et plus libre, l’équation absurde de la politique énergétique qui afflige l’Algérie persistera.

Rompre avec les pratiques passées est une condition sine qua non si l’Algérie veut élever son jeu gazier avec l’Europe et dynamiser ce secteur clé de l’économie qui emploie plus de 100 000 personnes, fournit 98% des revenus extérieurs de l’Algérie et 60% de ses recettes budgétaires.

Quel pays pourrait devenir le futur pôle gazier méditerranéen ?

L’Espagne aspire à cette position mais fait face à de nombreux défis, dont la probable résistance française à l’élargissement du pipeline transpyrénéen, ce à quoi l’industrie nucléaire française résiste depuis deux décennies. De plus, l’Espagne doit importer plus de gaz d’Algérie, ce qui semble peu probable car les relations du pays avec son plus grand fournisseur de gaz restent tendues après que Madrid eut soutenu de manière inattendue les revendications du Maroc sur la région contestée du Sahara Occidental.

Suite à l’inclinaison espagnole, les autorités algériennes ont clairement indiqué que l’Algérie travaillerait en étroite collaboration avec son ami traditionnel, l’Italie, de loin son plus gros acheteur de gaz. Sonatrach fournit déjà, depuis décembre 2021, 2 à 3 M/btu de gaz en plus des contrats existants.

Trois facteurs doivent être pris en considération en ce qui concerne le rôle futur de l’Italie en tant que plaque tournante du gaz : l’Algérie et l’Italie ont des liens qui remontent à 1960-62, lorsque le fondateur de l’ENI italien, Enrico Mattei, a conseillé le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) lors des négociations avec le général De Gaulle qui ont conduit à l’indépendance. Deuxièmement, l’Italie a épuisé les gisements de gaz dans la vallée du Pô, ce qui constituerait un lieu idéal pour stocker le gaz, une priorité pour les décideurs politiques de l’UE aujourd’hui. Enfin, l’étude de faisabilité d’un nouvel oléoduc reliant l’Est algérien au port italien de Gênes, le Galsi, a été élaborée au début du siècle.

La tentative de l’Algérie d’augmenter ses exportations de gaz dépendra autant, sinon plus, de la volonté des autorités d’accepter qu’elles n’ont pas les connaissances économiques nécessaires pour comprendre pleinement les avantages que le pays pourrait tirer du processus de démondialisation en cours et, surtout, de la crise que l’Europe subit au vu de la situation ukrainienne.

Elles doivent ouvrir le gouvernement aux vues stratégiques d’un éventail beaucoup plus large d’Algériens expérimentés et talentueux.

A défaut, l’Algérie ratera une occasion historique de moderniser son économie et de renforcer son rôle régional.

K. B.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.