La censure de Facebook est le moment pour VK de se révéler comme une alternative pour la liberté d’expression

        par Andrew Korybko

La frénésie de censure que connaît Facebook depuis les élections américaines controversées est l’occasion en or qu’attendait son concurrent russe VK pour se présenter enfin comme une alternative crédible et facile à utiliser pour garantir la liberté d’expression, mais il ne peut le faire que si la conscience et la volonté existent à son niveau de direction de saisir le moment grâce à une stratégie de marketing intelligente visant le public de Facebook ayant un esprit politique.

Facebook ne cache même pas le fait qu’il censure ses utilisateurs au lendemain des élections controversées aux États-Unis. Avant, il se contentait de les bloquer dans l’ombre, mais aujourd’hui, il ajoute une prétention de « vérification des faits » aux messages provocateurs afin de tenter de les discréditer. Certains comptes sont même complètement déplateformés s’ils osent soulever un point trop important. Prenez par exemple ce qui m’est arrivé au début de la semaine. OneWorld a été déplateformé après que j’ai partagé mon article sur la façon dont « Il est temps d’utiliser les stratégies de ‘sécurité démocratique’ pour mettre fin au vol », qui encourageait tout le monde à exercer son droit constitutionnel consacré à la réunion pacifique en organisant des rassemblements légaux avec le soutien de Trump. Facebook a également trouvé une excuse technique, dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, pour m’empêcher de commenter les messages de Trump sur leur site, malgré le fait que je sois citoyen américain et qu’il soit donc littéralement mon Président. Vous ne me croyez pas ? Eh bien, essayez de partager quoi que ce soit avec l’URL oneworld.press vers Facebook et voyez ce qui se passe, et regardez ma capture d’écran ci-dessous confirmant l’autre exemple de censure :

La seule raison pour laquelle ils censurent les gens avec autant d’acharnement aujourd’hui est que Big Tech est de mèche avec le complot des Démocrates pour frauder le vote. Ils savent tous deux que de nombreux Américains se sont récemment éveillés à leurs jeux au cours des dernières années après que Trump ait ouvertement exposé leurs plans, d’où leur collaboration actuelle pour empêcher les citoyens inquiets de partager leurs réflexions sur ce qui s’est passé et éventuellement d’organiser une résistance pacifique et légale à cette tentative sans précédent de voler les élections. Si au moins quelqu’un se souciait vraiment de ce qui se passait ou si la plupart des gens soutenaient vraiment le récit des médias mainstream comme nos « gestionnaires de perception » essaient de nous le faire croire, alors ils n’auraient pas à recourir à des mesures aussi extrêmes. Cela prouve que quelque chose de très grave est en train de se passer et qu’un effort concerté est en cours pour s’ingérer dans nos démocraties depuis l’intérieur, et non de l’extérieur comme ils l’ont ridiculement prétendu avec la Russie essayant de le faire aux États-Unis depuis plus de quatre ans déjà, avant même l’élection de Trump en 2016.

Sans les possibilités de réseautage offertes par Facebook, il sera très difficile pour les patriotes de résister pacifiquement à ces actes de trahison. Le besoin du moment est donc de découvrir une alternative crédible et facile à utiliser qui pourrait leur permettre d’exercer leur liberté d’expression ailleurs, qu’il s’agisse simplement de partager leurs réflexions sur la façon dont les Démocrates et leurs alliés tentent de voler l’élection ou d’organiser des rassemblements pacifiques et légaux comme expression de leur autre droit constitutionnel de liberté de réunion.

La plupart des Américains n’en ont probablement jamais entendu parler auparavant, mais la solution réside dans le concurrent russe de Facebook, VKontakte (« En Contact » en russe et VK en abrégé). Cette plateforme anglophone est en fait un clone de Facebook, bien que « vintage » dans le sens où elle est facile à utiliser comme Facebook l’était avant ses innombrables « mises à jour » au fil des ans et qu’elle s’engage véritablement à respecter la liberté d’expression de ses utilisateurs en ne les censurant pas, sauf s’ils partagent de la propagande terroriste, de la pornographie infantile ou d’autres « produits numériques » universellement condamnés.

Cependant, pour qu’une « migration à grande échelle » de Facebook vers VK puisse avoir lieu, les dirigeants de ce dernier doivent être conscients de cette opportunité historique et ne doivent pas manquer de volonté pour saisir le moment grâce à une stratégie marketing intelligente visant le public de Facebook à vocation politique qui a été victime de sa récente vague de censure. Le défi est que les hommes d’affaires russes ont parfois des mentalités très différentes de celles de leurs homologues occidentaux et pourraient donc ne pas être pleinement conscients de l’existence même d’une telle opportunité. Même s’ils le sont, ils peuvent manquer de la créativité nécessaire à une stratégie marketing intelligente visant à attirer le public visé. La suggestion la plus évidente est qu’ils opposent le respect de la liberté d’expression des utilisateurs sur leur plateforme à l’absence de liberté d’expression sur Facebook, aussi publiquement que possible dans l’ensemble des États-Unis, en soulignant simplement qu’ils ne censureront pas ceux qui posent des questions provocantes sur les élections américaines controversées. Cela pourrait se faire par un marketing viral et en encourageant les partisans de Trump à soutenir leur plateforme.

Il est temps que les citoyens concernés envisagent sérieusement de passer de Facebook à VK afin de pouvoir enfin exprimer leur liberté d’expression, consacrée par la Constitution, sans craindre la censure. Il est triste de constater que la situation de l’époque de la Guerre Froide a changé de manière si radicale que les Américains recherchent aujourd’hui les plateformes de médias sociaux russes pour s’exprimer sur tout ce qu’ils ont à dire, alors que les Soviétiques recherchaient les plateformes d’information américaines telles que Radio Liberty pour avoir accès à la vérité pendant des décennies jusqu’à il y a trente ans.

Depuis lors, la Guerre Hybride de terreur contre l’Amérique, qui a duré des décennies, a enfin pris forme, le complot anti-Trump de changement de régime, planifié de longue date, a jusqu’à présent été parfaitement exécuté, et il ne fait guère de doute que « Chaque Démocrate est un dictateur désireux » de nos jours, de sorte que l’Amérique n’est certainement plus le pays qu’elle était pour environ la moitié de l’électorat. C’est pourquoi le moment est venu pour tous les patriotes de même sensibilité victimes de la censure de Facebook de migrer en masse vers VK afin de protéger leurs droits constitutionnels aux libertés d’expression et de réunion.

Andrew Korybko

source : https://oneworld.press

traduit par Réseau International


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.