Colombie / La grève générale à Bogota tourne aux actes de violence

Follow by Email
Facebook
Twitter

En guise de protestation contre le gouvernement du président Ivan Duque

Meher Hajbi   22.11.2019

Colombie : la grève générale à Bogota tourne aux actes de violence
AA / Ankara

La grève générale en Colombie a commencé, jeudi, avec la présence de l’armée dans les rues de la capitale Bogota où des citoyens de tout le pays ont pris part à une marche pacifique sans précédent. Mais, la manifestation s’est transformée en actes de violences.

Les manifestations, les marches et les grèves, auxquelles des milliers de personnes ont fait part, interviennent en guise de protestation contre les politiques économiques libérales et la violence armée, réunissant des milliers de personnes.

Les syndicats ouvriers de différentes villes, les organisations estudiantines et des centaines d’organisations de la société civile ont répondu favorablement à l’appel à la grève pour protester contre le gouvernement du président Ivan Duque, ont rapporté des journaux locaux.

Le gouvernement Duque a renforcé les mesures sécuritaires avant les manifestations. Les autorités craignent que la vague de violences qui traverse les autres pays d’Amérique Latine bouleverse la stabilité du pays.

Des milliers de manifestants ont afflué vers la place Bolivar, au centre de la capitale, Bogota. Ils portaient des pancartes où ils ont écrit “les peuples sont plus grands que leurs dirigeants” et “démissionne, président”.

La marche s’est transformée en actes de violence, l’après-midi, après qu’un groupe d’hommes masqués ait jeté des œufs sur la police qui a riposté avec du gaz lacrymogènes.

Des affrontements auraient eu lieu dans d’autres quartiers de la capitale et dans la ville de Cali, où sept policiers ont été blessés. Le maire de la ville a imposé un couvre-feu de 19 heures à 6 heures du matin.

Le nombre de participants à la marche s’élèverait à 130 mille manifestants dans le pays, selon le chef de la police de Bogota.

La Colombie a temporairement fermé toutes ses frontières terrestres et maritimes en raison de la grève générale entamée jeudi.

Dans un communiqué rendu public, le département de l’immigration colombien a indiqué que les frontières terrestres et les postes de douane dans les ports seront fermés pendant deux jours, jusqu’au 22 novembre, en vue de la grève générale, selon le journal local “El Tiempo”.

Selon la même source, des responsables colombiens ont déclaré que tous les points de passage maritimes et terrestres du pays seront fermés, y compris les frontières avec l’Équateur, le Pérou, le Brésil et le Venezuela.

Les responsables ont indiqué que cette démarche avait été opéré afin de sécuriser les manifestations qui auront lieu dans les différentes villes du pays.


Lire aussi :

>> La Bolivie: un coup d’État pour un changement de régime


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *