Daniel Kovalik : « La troisième guerre mondiale a commencé ».

   

L’avocat et militant américain pour la paix Daniel Kovalik. D. R.

L’avocat et militant américain pour la paix s’est rendu à Donetsk où, affirme-t-il dans cet entretien, l’armée ukrainienne a bombardé une école, un stade de football et un monastère, sans que les médias occidentaux aient rapporté ces crimes de guerre. L’auteur de l’ouvrage Le complot pour renverser le Venezuela, Comment les Etats-Unis orchestrent un coup d’Etat pour le pétrole révèle que l’armée américaine est directement engagée dans la guerre en Ukraine. Interview.

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes en Russie en ce moment et vous suivez le conflit en Ukraine. Pouvez-vous nous faire un état des lieux sur l’évolution de la situation dans le terrain ?

Daniel Kovalik : J’étais à Donetsk et je peux dire que la situation y est très stable. Bien que l’Ukraine ait bombardé des cibles civiles dans cette région (par exemple, une école, un stade de football, un monastère), la vie reprend lentement son cours normal après le référendum de septembre, au cours duquel les électeurs ont choisi de faire partie de la Fédération de Russie. La Russie est engagée dans la construction et la reconstruction de logements, d’hôpitaux, de parcs et d’autres infrastructures, et les gens poursuivent leur vie quotidienne.

Vous affirmez qu’il y a des troupes américaines engagées au sol en Ukraine. Comment expliquez-vous cet engagement des troupes américaines ? Ne pensez-vous qu’il s’agit d’un grave précédent ?

La situation est en effet très grave. Bien que l’administration Biden affirme que ces troupes ne sont pas impliquées dans des combats réels, leur présence et l’aide qu’elles apportent à l’armée ukrainienne en matière de formation, de conseil et de ciblage soulignent que ce conflit oppose l’OTAN et la Russie. En bref, c’est un signal que la troisième guerre mondiale a commencé, et qu’une conflagration plus importante est maintenant devenue très possible.

A votre avis, nous dirigeons-nous vers un conflit mondial et une guerre nucléaire ?

Nous sommes certainement plus proches d’un conflit mondial et d’une guerre nucléaire que nous ne l’avons été depuis la crise des missiles de Cuba en 1962. Mais la différence est que pendant la crise des missiles de Cuba, l’URSS et les États-Unis se sont efforcés de trouver rapidement une solution négociée à la crise afin d’éviter la guerre. Finalement, la crise a été résolue en quelques jours, les deux parties faisant des concessions l’une à l’autre. En ce qui concerne le conflit actuel, les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils ne souhaitaient pas trouver une solution négociée ou faire des concessions pour répondre aux préoccupations de la Russie en matière de sécurité. Cela rend la situation actuelle encore plus dangereuse.

Pourquoi les Etats-Unis et les Européens s’acharnent-ils à soutenir le gouvernement ukrainien coûte que coûte ? Quelles en sont les véritables raisons ?

Du point de vue de l’Occident, et en particulier des États-Unis qui mènent la danse, ce conflit a pour but d’affaiblir, voire de détruire la Russie. Les déclarations des responsables américains et de la Rand Corporation montrent clairement que les États-Unis utilisent simplement l’Ukraine comme un moyen de déstabiliser la Russie, tout comme ils ont utilisé la guerre en Afghanistan pour déstabiliser l’URSS. Les États-Unis sont prêts à se battre jusqu’au dernier ukrainien pour atteindre leur objectif d’affaiblir la Russie.

Les sanctions de l’Union européenne contre la Russie ont prouvé leur inefficacité. Ont-elles encore un sens aujourd’hui et pourquoi l’Europe suit-elle les Etats-Unis jusqu’à nuire aux populations qui vivent dans la précarité la plus totale ?

Le fait que l’UE se conforme à ces sanctions a un effet dévastateur sur l’Europe. Les citoyens européens souffriront grandement cet hiver des coûts élevés de l’énergie, s’ils peuvent en obtenir, et des pays comme l’Allemagne perdent des industries à cause des sanctions. Ces sanctions n’ont absolument aucun sens pour l’Europe et lui portent un grand préjudice. En effet, il est maintenant clair que les États-Unis ont l’intention de nuire à l’UE autant qu’à la Russie avec ces sanctions. Les États-Unis considèrent que l’UE n’est qu’un concurrent de plus dans l’économie capitaliste, et ils sont heureux de voir l’UE subir un déclin suite à ces mesures.

Certains pays se considèrent au-dessus des lois comme Israël qui occupe les territoires palestiniens et qui se livre au massacre permanent des populations palestiniennes, et le Maroc qui occupe et pille le territoire du Sahara occidental et opprime le peuple sahraoui. On a vu le vote à l’ONU demandant la levée du blocus contre Cuba, contrée par les seuls États-Unis et Israël qui ont voté pour le maintien du blocus. A-t-on encore besoin d’une organisation comme l’ONU ? Ne faut-il pas dépasser l’ONU et créer une autre organisation qui sera plus juste ?

Nous avons certainement besoin d’une organisation internationale qui ait la volonté et la capacité de tenir tous les pays responsables des crimes de guerre et des violations des droits de l’homme. Le droit international actuel échoue malheureusement à cet égard, car il n’est appliqué que contre les pays les plus faibles, tout en permettant aux pays les plus forts de s’en tirer à bon compte. Nous avons besoin d’un nouvel ordre international qui obligera les puissants à rendre des comptes tout autant que les faibles. Sinon, il ne s’agit pas du tout d’un véritable ordre international.

Vladimir Poutine est en train de bâtir un autre monde débarrassé de l’hégémonie US, un monde multipolaire plus juste. Ne pensez-vous pas que ce soit la seule issue qui s’offre à l’humanité pour son salut ?

Je suis d’accord sur le fait que la seule voie à suivre est celle d’un monde multipolaire dans lequel le pouvoir des États-Unis est fortement contrôlé et limité. Depuis 1991 et l’effondrement de l’URSS, les États-Unis disposent d’un pouvoir pratiquement incontrôlé qu’ils ont utilisé pour mener des guerres d’agression dans le monde entier, portant ainsi atteinte à la paix et à la sécurité de nations et de régions entières. Les États-Unis ont également utilisé leur domination économique pour affamer les pays avec lesquels ils n’étaient pas d’accord. Cela doit cesser, et la seule façon d’y parvenir est de créer un monde dans lequel des pays de même puissance défient les États-Unis et fournissent aux autres pays des partenaires commerciaux alternatifs.

On a remarqué lors de cette opération spéciale russe en Ukraine que les médias désinforment en diffusant en permanence la propagande US et les voix discordantes sont interdites de s’exprimer alors que l’Occident n’arrête pas de nous chanter les droits de l’homme, la liberté d’expression, la démocratie, etc. Ne pensez-vous pas que ce conflit nous a montré le visage hideux d’un Occident fasciste ?

Je pense que l’hypocrisie et l’aveuglement de l’Occident ont été révélés par tous ces événements. Ce conflit en Ukraine aurait pu être facilement évité si l’Occident avait fait des concessions mineures aux préoccupations raisonnables de la Russie en matière de sécurité, mais l’Occident, et surtout les États-Unis, ont refusé de le faire parce qu’ils pensaient qu’ils pouvaient simplement intimider la Russie pour la soumettre. Et maintenant, ceux qui soulignent les faits évidents concernant le conflit et la façon dont l’Occident l’a provoqué sont censurés et réduits au silence. Toute notion libérale de la liberté d’expression fait maintenant place à des mesures de plus en plus autoritaires en Occident, les dissidents étant privés de leur gagne-pain et menacés d’emprisonnement pour avoir simplement dit la vérité. L’Occident est désormais mort.

Comment expliquez-vous que l’Occident se livre au pillage des avoirs russes pour les donner à l’Ukraine, comme ils ont volé les avoirs libyens ? N’est-ce pas de la piraterie de la part de l’Occident ? Ne vivons-nous pas dans un monde de corrompus et de pirates ?

L’Occident se livre aujourd’hui au vol et au pillage colonial à l’ancienne dans le monde entier, sans la moindre justification légale. Non seulement l’Occident a volé 300 milliards de dollars des réserves de la Russie, mais les États-Unis ont volé 7 milliards de dollars de l’Afghanistan ; les États-Unis continuent de piller le pétrole de la Syrie ; les États-Unis ont tout simplement volé la compagnie pétrolière vénézuélienne CITGO basée aux États-Unis et la vendent maintenant en morceaux ; et le Royaume-Uni a volé 1 milliard de dollars d’or vénézuélien. Pour l’Occident, parler de droit international et de procédure régulière est une farce cruelle. L’Occident a détruit tout semblant de droit international et nous vivons désormais selon la loi de la jungle.

Mon pays l’Algérie qui est une cible permanente de l’impérialisme US et de ses satellites a subi une attaque de certains sénateurs, dont Marco Rubio, et députés néocons pour le motif d’avoir des liens avec la Russie à travers notamment l’achat d’armement. Ces sénateurs et députés ont demandé des sanctions contre mon pays. Selon vous, quand l’Occident avec les Etats-Unis à sa tête cesseront-ils de se mêler des affaires des autres pays ?

L’Occident ne cessera de s’ingérer dans d’autres pays que lorsqu’il ne pourra plus le faire en raison de son effondrement économique et social. Je pense que ce moment est proche. Vivant aux États-Unis, je ne me réjouis pas de ce fait, mais il est indéniable que le mode de vie occidental n’est pas viable et que l’Occident devra bientôt faire face à son châtiment.

Comment expliquez-vous la corruption des dirigeants politiques occidentaux qui écrasent leurs peuples et se livrent à une guerre suicidaire contre la Russie ?

Cela peut s’expliquer par le fait que nous vivons aujourd’hui sous le régime d’un capitalisme totalement débridé, dans lequel les profits de quelques-uns priment sur les besoins et le bien-être de la grande majorité des gens dans le monde. Lorsque l’URSS existait, elle jouait un rôle modérateur à cet égard, mais depuis son effondrement, les pires tendances du capitalisme ont fini par prédominer. Cela a conduit le monde entier au bord de la destruction.

Vous connaissez bien l’Amérique latine. Cuba et le Venezuela continuent à subir les attaques de l’empire contre eux. Quelle est votre analyse à ce propos ?

Cuba, le Venezuela et également le Nicaragua souffrent de la guerre économique incessante que leur livrent les États-Unis. De nombreux experts et organismes internationaux ont condamné cet assaut comme une violation des droits de l’homme et des normes du droit humanitaire international, car il vise les plus vulnérables de ces pays en les privant de produits de première nécessité tels que la nourriture et les médicaments. En conséquence, des centaines de milliers de personnes sont mortes inutilement dans ces pays.

A votre avis, n’y a-t-il pas une nécessité de construire un front mondial anti-impérialiste qui mettra fin à l’oligarchie infâme, corrompue et criminelle qui dirige le monde ?

La construction d’un tel front anti-impérialiste est en effet le besoin le plus pressant des peuples du monde aujourd’hui, et il est déjà en train de voir le jour. C’est ce qui me donne de l’espoir.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen


Qui est Daniel Kovalik ?

Daniel Kovalik est un avocat américain, un défenseur des droits de l’homme et un militant pour la paix qui enseigne actuellement les droits de l’homme internationaux à la faculté de droit de l’université de Pittsburgh.  Il est diplômé de la faculté de droit de l’université Columbia en 1993. Il a ensuite été conseiller juridique interne pour les Métallurgistes unis, AFL-CIO (USW= United Steel Workers) jusqu’en 2019. Au sein de l’USW, il a travaillé sur des affaires d’Alien Tort Claims Act contre The Coca-Cola Company, Drummond et Occidental Petroleum – des affaires découlant de violations flagrantes des droits de l’homme en Colombie. Le Christian Science Monitor, faisant référence à son travail de défense des syndicalistes colombiens menacés d’assassinat, a décrit M. Kovalik comme « l’un des plus éminents défenseurs des travailleurs colombiens aux États-Unis ». M. Kovalik a reçu la bourse de mentorat David W. Mills de la faculté de droit de l’université de Stanford et a reçu le prix Project Censored pour son article dénonçant l’assassinat sans précédent de syndicalistes en Colombie. Il a beaucoup écrit sur la question des droits de l’homme internationaux et de la politique étrangère des États-Unis pour le Huffington Post et Counterpunch et a donné des conférences dans le monde entier sur ces sujets. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont le plus récent, « The Plot To Overthrow Venezuela, How The US Is Orchestrating a Coup for Oil » (Le complot pour renverser le Venezuela, comment les États-Unis orchestrent un coup d’État pour le pétrole), qui comprend une préface d’Oliver Stone, ainsi que « No More War: How the West Violates International Law by Using ‘Humanitarian’ Intervention to Advance Economic and Strategic Interests » (Plus jamais la guerre : comment l’Occident viole le droit international en utilisant l’intervention « humanitaire » pour faire avancer ses intérêts économiques et stratégiques).


Son site officiel : https://danielmkovalik.weebly.com/


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.