Examiner les aspects militaires de la guerre biologique

par le Saker.

Le XXe siècle a connu un nombre apparemment incalculable de conflits militaires, allant de petits affrontements locaux à au moins deux guerres mondiales. Le même XXe siècle a vu les grandes puissances déployer d’énormes efforts pour développer trois types « d’armes de destruction massive » (ADM) : Atomiques, Bactériologiques et Chimiques (ABC). Toutes ces ADM ont d’abord été considérées comme très efficaces et terrifiantes, mais elles n’ont été utilisées que dans quelques rares cas.

Demandez-vous, pourquoi cela ?

La raison est simple : alors que les États-Unis ont pu atomiser des villes japonaises en toute impunité en 1945, et que les puissances anglo-saxonnes ont élaboré au moins TROIS plans pour mener une guerre totale contre l’Union Soviétique (détails dans cet article), elles n’ont jamais osé les mettre en œuvre.

Encore une fois, demandez-vous, pourquoi cela ?

Je suis un ignorant total de la médecine, et je n’ai rien à dire sur la nature du SRAS-CoV-2, je suis un analyste militaire et l’un de mes deux domaines de spécialisation (outre la planification des forces nucléaires) était l’art opérationnel, c’est-à-dire le niveau des opérations militaires au-dessus de la tactique, mais sous le stratégique : vous pouvez le considérer comme ce qui relie les moyens tactiques aux objectifs stratégiques. On peut aussi le considérer comme le niveau auquel les formations interarmes (au-dessus du niveau de la division) sont rassemblées en quelque chose de similaire à un corps d’armée. C’est exactement le niveau auquel l’utilisation d’ADM serait la plus probable. Pourtant, si vous regardez les manuels soviétiques/russes ou américains typiques traitant de l’art opérationnel, vous remarquerez qu’il est toujours supposé que l’autre partie initiera l’utilisation des ADM (même dans les documents secrets).

Là encore, demandez-vous, pourquoi cela ? S’agit-il seulement de politiquement correct montrant que « nous sommes les gentils » et « ils sont vraiment mauvais » ?  Dans une certaine mesure, oui, mais pas seulement.

Je soutiens que les trois cas ont la même explication : Les ADM sont très délicates à utiliser et, lorsqu’elles sont utilisées, elles peuvent avoir des conséquences politiques absolument cataclysmiques. Prenez par exemple les rapports (complètement faux) sur l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien contre les Takfiris : ils n’avaient aucun sens pour aucun analyste militaire simplement parce que 1) ils n’apportaient aucun avantage à Damas et 2) tout le monde savait que dès que ce dernier « nouvel Hitler » serait accusé d’utiliser des munitions chimiques, l’Empire saisirait ce prétexte pour frapper la Syrie.

Il est vrai que les Takfiris *ONT* développé des armes chimiques, apparemment, ils ont essayé de les utiliser ici et là, sans résultat particulier démontré, et récemment ils semblent s’être empoisonnés (selon des rapports russes). En outre, les stocks très réels d’armes biologiques takfiris ont été utilisés comme preuve des attaques du gouvernement syrien (vraiment stupide, non ?). Pour ces fous de Takfiris, il n’y a donc pas de véritables conséquences politiques. Quant à leur image publique, après de nombreuses heures d’atrocités filmées, vous pouvez être sûr qu’ils ne se soucient pas du tout de ce que pensent les « kafirs » et autres « croisés »…

Même chose pour Saddam Hussein qui, aidé par la « communauté internationale » (principalement l’Empire, l’URSS et la France), a bien utilisé des produits chimiques contre sa propre population et contre l’Iran, mais comme il était « notre fils de pute », il était sous un risque de représailles ZERO. Mais quand l’Empire s’est retourné contre lui, il n’a pas osé utiliser ses ADM contre qui que ce soit.

Pourquoi ?

Parce que les forces dirigées par les États-Unis n’auraient pas été arrêtées par une attaque chimique. Et parce qu’une telle attaque aurait donné aux États-Unis et au reste de la coalition anti-irakienne un « permis » pour utiliser n’importe quelle arme ou technologie contre l’Irak, y compris des armes nucléaires tactiques.

La vérité est qu’il y a très peu de scénarios militaires dans lesquels l’utilisation d’ADM a un sens, c’est vrai pour les trois, mais c’est particulièrement vrai pour la guerre biologique qui est la plus difficile à contrôler.

Ici, je dois rappeler à tout le monde que la guerre n’est jamais une fin en soi, mais seulement un moyen pour atteindre une fin, et cette fin est toujours POLITIQUE. Aller simplement tuer des gens et même bombarder un pays en le ramenant à l’âge de pierre n’est PAS un objectif politique. Si vous préférez, l’objectif politique est ce qui devrait être défini comme la « victoire ». Donc, encore une fois, « détruire tous les navires ennemis » ou « lancer une attaque de décapitation contre des dirigeants » ne sont PAS des objectifs politiques.

Il existe plusieurs pays capables de développer des armes biologiques. En fait, la plupart des biolabs pourraient fabriquer une arme biologique simple en utilisant des agents courants. Mais les laboratoires n’ont pas à décider d’engager de telles armes. Cette décision ne peut être prise qu’au niveau du centre de commandement national et seulement après un argumentaire convaincant de la part des spécialistes militaires et scientifiques. Enfin, aucun gouvernement responsable n’ordonnerait jamais l’utilisation d’ADM s’il estimait qu’il y a un risque de représailles, tant militaires que politiques.

Enfin, dans le cas du SRAS-CoV-2 et de toutes les autres épidémies/pandémies, on observe une situation où l’infection n’est pas confinée au site d’infection initial mais se propage à l’échelle mondiale.

Pour autant que je sache, et veuillez me corriger si je me trompe, mais je sais qu’aucun virus déployé avec succès contre une cible spécifique n’est ensuite resté confiné à cette cible. En d’autres termes, le risque de « dommages collatéraux » causés par les armes biologiques est pratiquement infini (du moins potentiellement).

Oui, en théorie, un pays pourrait développer un nouveau virus, ou armer un virus connu, puis mettre au point un vaccin et vacciner ses forces armées ou même toute sa population. Mais cela reviendrait à placer un énorme panneau sur la Maison Blanche disant « Oui, nous l’avons fait ! » : suicide politique.

Maintenant, la VASTE majorité des commentaires ici ont porté sur les aspects médicaux possibles de cette pandémie, ce qui est bien mais je ne peux rien y apporter. Cependant, je vous demande maintenant d’examiner les dimensions MILITAIRES et, par conséquent, POLITIQUES de cette crise et de vous demander cui bono ?

Il me semble que la Chine et la Russie se sont très, très bien débrouillées. La crise est à peu près sous contrôle en Chine, et en Russie, elle est à la fois limitée et confinée. Le fait que ni les Chinois ni les Russes ne se fassent d’illusions sur le « secteur privé » et le fait que ces sociétés comprennent parfaitement qu’un gouvernement puissant est nécessaire pour répondre à ce type de crise (et à bien d’autres) les ont aidés. Pas de chance pour les États-Unis, qui comptent moins de 950 000 lits d’hôpitaux dans tout le pays et dont le président semble croire que Walmart et Amazon peuvent fournir des respirateurs à ceux qui en ont besoin.

En fait, les États-Unis sont un pays qui peut le MOINS se permettre une véritable pandémie, alors pourquoi les dirigeants américains décideraient-ils de lancer une arme contre des pays comparativement mieux préparés alors qu’ils sont eux-mêmes l’un des plus vulnérables de la planète ?

Et que dire du fait que la situation en Europe semble absolument horrible ? Oui, je sais, l’idiot en chef n’a même pas pris la peine de consulter les soi-disant « alliés » des États-Unis avant de déclarer son interdiction (confuse) de voyager pendant 30 jours entre les États-Unis et l’UE. Mais c’est une chose de ne pas avoir de bonnes manières et de ne pas comprendre la diplomatie, c’en est une autre d’être responsable de dizaines de milliers, voire de millions, de morts parmi vos soi-disant « alliés ».

Tout se résume donc à ceci : croyons-nous que les véritables dirigeants de l’empire anglo-sioniste (et non les clowns de la Maison Blanche, évidemment) sont suffisamment fous pour tenter encore de mener à bien une telle opération ?

Franchement, je ne dirai pas « non ». Je reconnais que c’est possible.

Mais, comme j’aime à le rappeler à tout le monde, possible n’est PAS la même chose que « probable » et c’est radicalement différent de « établi ».

En conclusion :

  1. Jusqu’à présent, tout ce que nous avons, ce sont des spéculations et des suppositions.
  2. Nous savons également que, indépendamment de la « bonne »/« mauvaise »/efficacité du virus SRAS-CoV-2, l’utilisation de TOUTES les ADM est fantastiquement dangereuse, tant politiquement que militairement.
  3. Et nous ne connaissons aucun cas moderne d’attaque virale réussie et limitée par une arme biologique.

Voici maintenant ma demande à tous les commentateurs :

Puisque nous avons discuté ad nauseam des aspects biomédicaux du SRAS-CoV-2, arrêtons-nous un moment et discutons UNIQUEMENT des implications politiques et militaires d’une utilisation délibérée du SRAS-CoV-2 contre la Chine (ou tout autre pays).

Il y a deux autres choses que j’aimerais partager avec vous.

Tout d’abord, j’ai regardé le tweet du responsable politique chinois qui a déclaré que le SRAS-CoV-2 pouvait provenir des États-Unis. Je crois qu’il s’agit de celui-ci :

Il fait référence à cet article de GlobalResearch : China’s Coronavirus: A Shocking Update. Did The Virus Originate in the US?. L’article de GlobalResearch fait à son tour référence à un article du GlobalTimes New Chinese study indicates novel coronavirus did not originate in Huanan seafood market. Ce dernier article fait référence au site web ChinaXiv (je crois !). Nous avons donc un responsable politique chinois, qui fait référence à un média canadien, qui fait référence à une source chinoise qui fonde elle-même ses rapports sur un site Internet clairement proche du gouvernement chinois.

Maintenant, contrairement à la plupart des gens en Occident, je fais infiniment plus confiance au gouvernement chinois qu’à n’importe quel régime occidental, mais même moi, je peux voir qu’une fois que la campagne de dénigrement de la Chine a atteint un niveau totalement nouveau après que la panique du SRAS-CoV-2 a commencé, les Chinois avaient un intérêt politique majeur à pointer du doigt les États-Unis.

En fait, je dirais qu’AUCUN gouvernement ne veut être blâmé pour cette dernière catastrophe et que les accusations ne vont pas cesser, surtout si un politicien américain meurt de complications respiratoires.

L’autre chose qui va inévitablement augmenter est la panique. Jusqu’à présent, relativement peu de personnes sont mortes en Occident, mais la plupart des spécialistes s’accordent à dire que cette crise est loin d’être terminée, surtout dans l’UE et aux États-Unis où l’épidémie est encore en progression. En ce moment, le grand public en Occident me rappelle un type qui tombe d’un gratte-ciel et qui, en passant le 10e étage, pense « jusqu’ici, tout va bien ». Mes amis, cela *VA* s’aggraver, même si seulement 1 ou 2 % des personnes infectées meurent. Je déteste à la fois Merkel et Johnson, mais comparés au « meilleur idiot en chef de la galaxie », ils passent pour des politiciens presque honnêtes (au moins et seulement dans ce cas).

Enfin, je souhaite publier une interview extrêmement intéressante de l’académicien et pneumologue en chef de Russie, Aleksandr Chuchalin, par la version russe de RT. Cette interview est EXTRÊMEMENT intéressante et contient une foule de déclarations importantes qui, vu qui les fait, sont certainement vraies. Un problème, cette interview est uniquement en russe :

Et voici ma demande spéciale à tous les russophones : si vous le pouvez, pourriez-vous trouver l’interview en anglais, peut-être juste une transcription ou, sinon, pourriez-vous traduire autant que possible cette interview et poster votre traduction dans la section commentaires (ou l’envoyer pour qu’elle soit postée) ? Si vous ne pouvez pas tout traduire, pouvez-vous poster au moins un résumé des points les plus intéressants ?

source : Looking at the military aspects of biological warfare

traduit par Réseau International


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *