Les clés de la fracture publique de l’opposition vénézuélienne

La fracture de l’opposition vénézuélienne dirigée par Juan Guaidó semble être irréparable, à un moment où l’unité et le dialogue seraient la seule formule apparente pour parvenir à un accord

Le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaidó, que de nombreuses nations ont reconnu comme le dirigeant intérimaire légitime du pays
Le chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó, que de nombreuses nations ont reconnu comme le dirigeant intérimaire légitime du pays.    REUTERS/MANAURE QUINTERO  – 

 

La fracture de l’opposition vénézuélienne dirigée par Juan Guaidó semble irréparable, à un moment où l’unité et le dialogue seraient la seule formule apparente pour atteindre l’objectif souhaité, à savoir vaincre le président Nicolás Maduro ou, du moins, l’affaiblir. Le moment semble idéal, puisque le gouvernement n’est pas non plus exempt de problèmes et de différends dans ses propres rangs, mais tout indique que l’opposition n’a pas su tirer parti de la division entre les Chavistas, qui les considèrent comme des partis alliés qui se dissocient de Maduro et du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir.

La semaine dernière, la Cour suprême de justice (TSJ), notée pour son parti pris en faveur du gouvernement Maduro, a disqualifié les conseils d’administration des partis Tendances unifiées pour atteindre le mouvement d’action révolutionnaire organisé (Tupamaro) et Patrie pour tous (PPT). Mais les désaccords entre le gouvernement et ses anciens amis, et la fuite des désaccords au sein de l’exécutif n’ont pas été suffisants pour que Guaidó profite de la situation pour se renforcer.

Voici quelques clés de la fracture de l’opposition :

1- Combattre les ego

Guaidó, Henrique Capriles, María Corina Machado, Leopoldo López Quatre grands noms de l’opposition vénézuélienne qui ont su prouver que l’unité fait la force et que, une fois au moins, quand, face à la galerie, ils ramaient dans la même direction, les gens se sont excités, ont cru et sont sortis pour le crier dans les rues. Mais l’illusion n’a pas duré longtemps. Parmi le quatuor d’opposition, seuls Guaidó et López visent le même point, tandis que Machado et Capriles – séparément – marquent des feuilles de route individuelles avec des horizons disparates. Si leur objectif est le même – retirer Chavismo du pouvoir – leurs stratégies sont disparates, au point de ne pas faciliter même un dialogue qui cherche une convergence au milieu. Personne ne cède.

María Corina
 María Corina Machado, chef de l’opposition             – REUTERS/CARLOS GARCÍA RAWLINS –
2- Guaidó propose, les autres fournissent

Guaidó a proposé au reste de l’opposition mercredi dernier de créer « un grand pacte unitaire pour faire face à la fraude (des élections du 6 décembre prochain) et sauver le Venezuela ». Quatre jours plus tard, il a assuré que sa proposition avait été entendue par « les principales figures de l’opposition » et par divers secteurs sociaux, désireux, a-t-il déclaré dimanche sur son compte Twitter, de former une nouvelle alliance pour affronter le gouvernement Maduro. Il a déclaré avoir reçu des propositions de Capriles, qui a été candidat à la présidence du Venezuela à deux reprises et jouit d’une grande popularité auprès d’un secteur de l’opposition, et de Machado, pour la création d’une nouvelle feuille de route. Mais Guaidó n’en a rapporté que la moitié.

3- Capriles réagit

L’unité oui, mais pas à n’importe quel prix. Capriles, qui n’a pas attendu sa réponse à la déclaration de Guaidó, a publié sur ce même réseau social un communiqué clair et percutant avec des messages directs. « Les appels politiques à l’unité peuvent être vides, alors que ce qu’il faut maintenant, c’est s’occuper de notre Venezuela et le sortir de la pandémie, de la faim de la destruction de l’autocratie, de l’indolence, de la fantaisie », a-t-il dit. En outre, il a assuré que « l’unité n’est pas une question sur laquelle seuls quelques hommes politiques s’accordent, mais qu’elle doit être travaillée avec tous les Vénézuéliens, en particulier avec les grandes majorités qui subissent l’assaut de la pauvreté, aujourd’hui au plus haut niveau de notre histoire. Il est question d’établir une nouvelle route, comme si une discussion entre quelques personnes suffisait pour cela ».

 

Capriles
Henrique Capriles – AFP/FEDERICO PARRA – 
4- « Le linge sale » dans l’air

Capriles a rappelé que le peuple « a toujours fini par être le plus touché par la dynamique des tâtonnements de ceux dont la priorité est leur propre intérêt et non celui du pays », en référence à l’énorme harangue de Guaidó sur l’unité des grandes forces d’opposition. Dans sa lettre, un autre message au Président du Parlement, faisant référence aux ressources du Venezuela à l’étranger et que l’opposition a réussi à arracher au gouvernement pour assister, selon Guaidó, à l’émergence de la crise sanitaire par COVID-19 et dont les comptes ou les justifications n’ont jamais été rendus publics. « Je pense que les ressources de la nation à l’étranger doivent être utilisées avec des critères et de manière transparente, afin que l’Organisation panaméricaine de la santé ou toute autre organisation reconnue puisse acquérir des tests pour le diagnostic de COVID-19, en plus des respirateurs, des équipements de protection pour les travailleurs de la santé et des fournitures hospitalières. En outre, il a demandé que 100 dollars par mois soient prélevés sur ces ressources pour au moins 6 millions de familles vulnérables.

5- Plus de voix rebelles

M. Guaidó a également déclaré ce dimanche que, « étant donné le grand nombre de secteurs qui ont rejoint » son appel, il a formé « une équipe de grands Vénézuéliens » qui le soutiendra « dans l’articulation avec les secteurs et l’incorporation de toutes les idées » qu’il reçoit. Il a notamment mentionné l’avocat et écrivain Thays Peñalver, à qui il a demandé d' »intégrer les visions des intellectuels et universitaires vénézuéliens pour la route qui se construit » dans le pays. La réponse de l’avocat, également via Twitter, a été immédiate : « Bonjour, Juan. J’ai participé à une réunion où ils m’ont demandé mon avis et je pense que vous devriez faire de même avec d’autres personnes qui ont quelque chose à dire. Je profite du fait que vous demandez publiquement de vous donner le même avis que celui que je vous ai donné en privé. Je ne peux pas participer à quelque chose que je ne connais pas.

6- L’impossible unité

Et bien que tout le monde s’accorde sur la nécessité de trouver une issue au pouvoir de Maduro, il semble que la blessure ouverte soit profonde et la fracture difficile à restaurer. La Table d’unité démocratique (MUD), avec laquelle ils ont remporté avec une large majorité les élections législatives de 2015, est loin derrière. Si Capriles n’est pas d’accord, Leopoldo López – invité de l’ambassade d’Espagne au Venezuela depuis fin avril 2019, après avoir échappé à son assignation à résidence – est le champion et le guide de Guaidó. Et dans l’aile la plus radicale, María Corina Machado. Elle s’est engagée depuis longtemps dans une opération de paix et de stabilisation au Venezuela (OPE) avec la présence de forces internationales pour aider à obtenir le contrôle du territoire, la sécurité et le désarmement.

Leopoldo López
 Leopoldo Lopez, chef de l’opposition – REUTERS/CARLOS GARCÍA RAWLINS –

Selon lui, ce serait aussi un moyen de parvenir à la reconstruction des infrastructures et des services publics d’urgence, au rétablissement de l’ordre public, à la promotion de l’État de droit et à la ré-institutionnalisation démocratique du pays. Et donc, chacun pour sa part, l’unité est impossible, ce dont le gouvernement de Nicolás Maduro continue de profiter pour gagner du terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

العربية AR 简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES Tiếng Việt VI