«La France est un pays musulman», assure l’ambassadeur de France en Suède

      Par

>> Caricatures de Mahomet : le monde musulman s’indigne (23)

>> «Fatwas numériques»: au Canada, des professeurs jugés racistes harcelés et intimidés

Intervenant ce week-end sur la chaîne nationale suédoise SVT, l’ambassadeur de France en Suède, Étienne de Gonneville, a qualifié la France de pays musulman. Il a en même temps appelé à ne pas «se laisser piéger» par les «islamistes radicaux».

Les propos d’Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet ont suscité de vives critiques de la part de certains musulmans et ont été suivis de manifestations et d’appels au boycott dans le monde islamique.

Le 25 octobre, Étienne de Gonneville, ambassadeur de France auprès du royaume de Suède depuis le 9 septembre 2020, a été interviewé sur la chaîne publique SVT au sujet des événements qui ont suivi la décapitation de Samuel Paty, professeur assassiné pour avoir montré des caricatures du prophète de l’islam lors d’un cours sur la liberté d’expression.

Dans son interview, de Gonneville a qualifié la France de «pays musulman», phrase qui a été reprise par de nombreux médias.

«Tout d’abord, la France est un pays musulman. L’islam est la deuxième religion de France. Nous avons entre quatre et huit millions de citoyens français qui ont un héritage musulman», lance-t-il dans son interview sur SVT.

 

L’ambassadeur a fait ressortir que c’était la «propagande d’Al-Qaïda*» qui forçait les musulmans à commettre des actes terroristes, et non l’islam en tant que tel.

Lorsque le journaliste a suggéré que même les musulmans qui ne sont pas radicaux sont offensés par les caricatures du prophète Mahomet, de Gonneville a rétorqué qu’il s’agissait d’une «question chargée et moralement ambiguë».

«C’est le piège que les islamistes ont tendu pour que nous tombions dedans. […] Al-Qaïda* et sa propagande utilisent les caricatures de Charlie Hebdo pour détourner la conversation de ce qui est en fait le terrorisme vers autre chose», affirme-t-il.

«C’est le terrorisme et non l’islam qui est au cœur de la discussion»

Selon de Gonneville, il serait erroné de mettre l’accent sur l’islam plutôt que sur le terrorisme qui est «au cœur de la discussion».

«Les médias doivent savoir comment aborder la question du terrorisme islamique et ne pas tomber dans le piège de l’offense supposée à l’islam. L’islam est une religion à plusieurs facettes. Ceux que nous entendons maintenant, ce sont des représentants de groupes islamistes radicaux. Nous ne devrions pas leur donner plus de poids qu’ils n’en ont. Ils ne sont qu’une infime minorité», a conclu l’ambassadeur.

*Organisation terroriste interdite en Russie


     NDLR.-  Deux poids et deux mesures…

Liberté d’expression et …Liberté d’expression…

Hara-Kiri Hebdo devient Charlie Hebdo En novembre 1970, suite à la mort de Charles de Gaulle à son domicile de Colombey-les-Deux-Églises, l’hebdomadaire Hara-Kiri Hebdo portait le titre «Bal tragique à Colombey: 1 mort» (Eng: «Bal tragique à Colombey: 1 mort « ).  A titre de contradiction, le choix du titre renvoie à la perte de vies bien plus importante le même mois: un incendie dans une discothèque dans lequel 146 personnes sont mortes. Le gouvernement a estimé que ce choix éditorial constituait un délit de lèse-majesté contre le président décédé et son ministre de l’Intérieur de l’époque, Raymond Marcellin, a ordonné une interdiction immédiate et permanente de la publicité et de la vente aux mineurs.  Charlie Hebdo a été lancé immédiatement après. Charlie dans le titre fait référence au général de Gaulle (dit Georges Wolinski); mais c’était aussi le nom d’un autre magazine des Éditions du Square Charlie Mensuel, du nom du personnage Charlie Brown de Peanuts de Charles M. Schulz.

Extrait de Wikipedia (en anglais): https://en.wikipedia.org/wiki/Hara-Kiri_(magazine)

La loi no 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, dite loi Gayssot (du nom de son initiateur le député communiste Jean-Claude Gayssot) est une loi française. Elle est la première des lois mémorielles françaises.

Principale innovation juridique, elle réprime la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité qui furent définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg. La plupart des débats portant sur cette loi, lors de son adoption et ultérieurement, mettent en avant une possible atteinte à la liberté d’expression et à la liberté de recherche historique en général.

Extrait de Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Gayssot#:~:text=Un%20article%20de%20Wikip%C3%A9dia%2C%20l’encyclop%C3%A9die%20libre.&text=La%20loi%20no%2090,Gayssot)%20est%20une%20loi%20fran%C3%A7aise.

A citer :

Personne ne naît pas en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé. (Nelson Mandela)




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *