Hirak, NED et ONG algériennes

  par Ahmed Bensaada

On l’aura remarqué: dès que l’on parle de financements étrangers, une réaction pavlovienne est immédiatement activée : les yeux sont exorbités, la salive est sécrétée, les langues sont aiguisées et les claviers subissent, inexorablement, la frénésie des phalangettes. Seules les méninges restent en mode « repos ».

On a beau exhiber des documents sérieux, des références solides ou des témoignages en béton. Rien n’y fait.

Mais, ne perdons pas espoir et essayons de réveiller ces méninges anesthésiées.

Lorsque j’ai entrepris d’écrire mon article « Huit ans après : la « printanisation » de l’Algérie » (publié le 4 avril 2019), j’ai eu besoin de consulter le site de la NED pour me renseigner sur le financement des ONG algériennes.

Ouvrons ici une petite parenthèse. En 2011, à l’écriture de mon premier livre sur le « printemps » arabe, « Arabesque américaine », le site de la NED offrait la possibilité de consulter les rapports des six dernières années. Après la publication de ce livre, l’accès n’était permis qu’au seul rapport de l’année précédente. Et c’est toujours le cas jusqu’aujourd’hui.

Je suis donc allé télécharger le rapport NED 2018 relatif à l’Algérie en date du 26 mars 2019, comme mentionné dans le document qu’il est possible de consulter en ligne en cliquant sur le lien suivant :

>> Rapport NED Algérie 2018 (26 mars 2019)

Comme on peut le constater, les montants et les bénéficiaires sont clairement indiqués. Pour la première subvention, le CIPE (Center for International Private Enterprise), un des quatre satellites de la NED est nommé en toute lettres.

La publication de mon article sur la printanisation de l’Algérie avait provoqué des remous et des questionnements, mais avait aussi engendré des tonnes de quolibets du genre « complotiste » et « conspirationniste ».

Pour des fins de vérifications, je suis revenu au site de la NED le 8 octobre 2019 afin de revoir le financement Algérie 2018. Quelle ne fût ma surprise de remarquer que le rapport avait été modifié :

>> Cliquez ici pour lire le rapport NED Algérie 2018   (8 octobre 2019)

Les textes et les montants sont les mêmes, mais la désignation des bénéficiaires a complètement disparu.

Pourquoi une institution aussi imposante que la NED a-t-elle été amenée à biffer les noms des bénéficiaires de ses subventions?

Aurait-elle reçu des instructions de sa tutelle? Ou est-ce que les ONGistes algériens se seraient plaints?

Les deux éventualités suggèrent, de toute façon, une collaboration active entre les ONG et la NED et ce, durant le Hirak.

Poursuivons notre idée. Qu’en est-il du rapport 2019? Va-t-on connaître les noms des heureuses ONG algériennes qui ont gagné le jackpot ou ce sera motus et bouche cousue?

Voici en ligne le rapport 2019:

>> Rapport NED Algérie 2019

De l’argent, des domaines d’activité, des missions, mais point de bénéficiaires. La nouvelle règle qui consiste à taire les noms des ONG algériennes financées est donc adoptée.

Mais ce qu’il y a de très intéressant, c’est le pourquoi de ce financement en cette période cruciale de l’histoire de l’Algérie.

Voici une traduction en français de ce rapport 2019 :

Le tableau suivant résume les missions assignées par la NED aux ONG algériennes qu’elle finance :

 La NED, vitrine légale de la CIA

Tout d’abord, commençons par l’IRI. Cette composante de la NED était dirigée par feu le sénateur John McCain (1936 – 2018). Ce belliqueux sénateur a été personnellement très impliqué dans les révolutions colorées, mais aussi dans l’Euromaïdan (Ukraine) et le « printemps » arabe. C’était un fervent adepte de la « lutte non violente » théorisée par le philosophe américain Gene Sharp (1928 – 2018) et popularisé par les Serbes de CANVAS.

Viktor Iouchtchenko et John McCain (Kiev, Février 2005)

 

Révolution Orange (Ukraine)

                    John Mc Cain (Kiev, 15 décembre 2013)

 

Euromaïdan (Ukraine)

Et qu’est-ce que nous a proposé l’IRI pour notre Hirak? 200 000$ pour « soutenir les démocrates algériens dans leur participation active à la transition politique actuelle ».

On aurait tellement aimé connaître la chanceuse ONG récipiendaire!

Ah! La générosité de l’IRI! Dommage, John McCain en personne aurait déambulé dans les rues d’Alger après la « démocratisation » de l’Algérie.

                                                         John Mc Cain visite les pays arabes printanisés

Un simple contrôle de ses « investissements »

La générosité de la NED ne s’arrête pas là : 36 000$ pour « promouvoir l’état de droit », 30 000$ pour « renforcer les capacités des défenseurs des droits humains en Algérie » et 25 000$ pour « promouvoir l’activisme civique auprès des jeunes marginalisés en Algérie ».

La NED qui vient à la rescousse des « démocrates », de « l’état de droit », des « défenseurs des droits humains » et des « activistes civiques ». En plein Hirak! Quel élan altruiste!

Alors, la réaction pavlovienne est-elle toujours là ou est-ce que les méninges sont finalement sorties de leur torpeur?


Lire aussi :

    La NED frappe à nouveau : comment l’argent des néoconservateurs de Washington finance les protestations de Hong Kong


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *