Poutine appelle les BRICS à défendre les règles du commerce mondial et se passer du dollar

Follow by Email
Facebook
Twitter

Lors d’une réunion des BRICS en marge du sommet du G20, le président russe a appelé à défendre l’OMC. Il s’est aussi félicité du travail de la Nouvelle banque de développement des BRICS et a appelé à utiliser plus les devises nationales.

Le 28 juin, lors d’une rencontre des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en marge du G20 à Osaka, le président russe Vladimir Poutine a appelé les grandes économies émergentes à unir leurs forces pour défendre un modèle de relations commerciales internationales plus stable et plus équitable.

«La situation de l’économie mondiale est inquiétante […] Il est symptomatique que le commerce international ne soit plus le moteur de la croissance économique et qu’il supporte un fardeau de plus en plus lourd de protectionnisme, de restrictions à caractère politique et d’obstacles», a déclaré le dirigeant russe.

Vladimir Poutine a aussi appelé les membres de la communauté BRICS à utiliser de plus en plus les monnaies nationales dans les transactions internationales afin de stabiliser leur cours. Il a en particulier rendu hommage à la nouvelle banque de développement (NDB) des BRICS, qui a déjà financé 35 projets d’investissement d’une valeur supérieure à 9 milliards de dollars.

Basée à Shanghai, la NDB finance des projets d’infrastructure et de développement durable dans les économies émergentes. Elle a été créée en 2014 et a officiellement commencé à fonctionner un an plus tard.

Tout comme le Premier ministre indien Narendra Modi, Vladimir Poutine a volé au secours de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et estimé que «toute tentative de destruction de l’OMC ou de réduction de son rôle» serait contre-productive et plongerait le monde dans des conflits commerciaux. Narendra Modi a en outre plaidé pour une réforme de l’organisation «pour parvenir à un développement équilibré de l’économie mondiale de sorte que la croissance profite à tous».

Dans une allusion transparente à la politique suivie par l’administration américaine, le président chinois Xi Jinping a, quant à lui, qualifié le protectionnisme de source d’instabilité pour l’économie mondiale, appelant à des efforts communs pour protéger les membres de l’OMC de tels risques. Selon lui les BRICS devraient «augmenter [leur] résilience et [leur] capacité à faire face aux risques extérieurs» qui ont un impact sur «les intérêts communs [des Brics] et menacent la paix et la stabilité dans le monde».

Le groupe des cinq pays BRICS représente plus de 40% de la population mondiale. Les cinq pays ont un produit intérieur brut cumulé de 18 600 milliards dollars qui représente environ 23% du produit mondial brut. Selon les estimations du Fonds monétaire international, les États membres sont responsables de plus de la moitié de la croissance économique mondiale des 10 dernières années.

Lire aussi : «Guerre commerciale» américaine, partenariats : Vladimir Poutine s’exprime au sommet des Brics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *