Jean-Pierre Raffarin salue le « formidable développement de la Chine » (interview)

Follow by Email
Facebook
Twitter

PARIS – « Je suis le témoin du formidable développement de la Chine. J’ai vu la Chine globalement sortir de la pauvreté. J’ai vu les voitures remplacer les vélos, j’ai vu les tours remplacer des taudis, j’ai vu les couleurs des vêtements remplacer le gris des uniformes. J’ai vu la Chine devenir fière d’elle-même », a salué l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin dans une récente interview à Xinhua à l’approche du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.

M. Raffarin a oeuvré de manière constante à la promotion des relations amicales entre les deux pays et il est un représentant de ces personnalités du monde politique français qui connaissent bien la Chine et qui ont une grande amitié pour elle.

Résultat de recherche d'images pour "Jean-Pierre Raffarin chine photo"
Jean-Pierre Raffarin a été honoré par Xi Jinping.
© Capture CCTV

Il se dit « profondément touché et ému » en recevant récemment la Médaille d’Amitié. « J’ai travaillé depuis près de 50 ans à l’amitié entre les peuples français et chinois. Je suis sincèrement heureux que ce travail soit reconnu par les plus hautes autorités de Chine », salue-t-il en rappelant qu’il fêtera l’an prochain le 50e anniversaire de son premier voyage dans ce pays.

Ces fréquents voyages ont permis à M. Raffarin d’avoir une impression personnelle et directe sur le développement et la progression de la Chine. « Au début des années, j’ai connu quatre ou cinq personnes, parfois plus, qui vivaient dans la même pièce. Maintenant, le confort moderne a profondément pénétré la Chine. On ressent dans la rue chinoise un changement humain majeur : la population, et notamment les jeunes, semble avoir confiance dans l’avenir », analyse-t-il.

L’ex-Premier ministre note que « le plus impressionnant dans ce retour de la Chine aux premiers rangs des nations du monde, c’est la vitesse d’exécution ». « La Chine suit son propre chemin, à savoir le socialisme à la chinoise ». « Pour moi, l’essentiel de ces ‘caractéristiques’, c’est le leadership du Parti. Il est évident pour les observateurs attentifs que le PCC (Parti communiste chinois, ndlr) est la colonne vertébrale de la RPC ».

M. Raffarin remarque que l’influence de la Chine dans le monde a considérablement progressé en 70 ans. « Deuxième économie du monde, la Chine est présente partout dans le monde par ses productions, mais elle est surtout présente par sa culture qui influence beaucoup de gens dans de nombreux pays. Par exemple, en France, le Nouvel An chinois est pratiquement devenu un événement d’ampleur national », assure-t-il.

« Dans les grandes institutions internationales, la Chine a conquis des postes à hautes responsabilités à l’ONU, à l’UNESCO, au FMI, à la FAO, etc. et son influence au sein du multilatéralisme mondial est grandissante », souligne-t-il.

En ce qui concerne la diplomatie de la Chine depuis 70 ans, M. Raffarin estime qu’elle paraît inspirée par une conviction très enracinée dans la culture chinoise :  » la coopération vaut mieux que les tensions ».

Le président chinois Xi jinxing entouré du président russe Vladimir Poutine et de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, avec derrière eux, l'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, lors du sommet international "One Belt One Road" à Pékin le 14 mai 2017. (Crédits : Sergey Guneev/POOL/Sputnik/via AFP)
Le président chinois Xi jinxing entouré du président russe Vladimir Poutine et de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, avec derrière eux, l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, lors du sommet international « One Belt One Road » à Pékin le 14 mai 2017. (Crédits : Sergey Guneev/POOL/Sputnik/via AFP)

D’après lui, l’Initiative la Ceinture et la Route est un grand projet international de coopération dans « une période où nous connaissons un déficit de projets ». Dans le cadre de cette initiative, les investissements se mettent progressivement en place. Par ailleurs, dans la situation mondiale troublée notamment par un retour de l’unilatéralisme, promu principalement par les Etats-Unis, la Chine participe à la mobilisation pour un renouveau du multilatéralisme. La France s’inscrit aussi dans ce nécessaire travail diplomatique.

« Personnellement, j’ai une relation de confiance avec le peuple chinois, je le comprends bien et mon lien est très affectif. Je pense que le peuple chinois est le premier atout de la Chine. Quand on est à la fois intelligent et travailleur, on a quand même toutes les chances de son côté. Pour cette raison, je pense que l’innovation est la clé de l’avenir en Chine. Le levier de l’avenir est ‘l’intelligence ajoutée’. Dans ce match pour demain, la jeunesse chinoise me paraît bien armée », assure M. Raffarin.

L’ex-Premier ministre relève que « de nombreux défis restent cependant à relever en Chine comme dans tous les pays du monde. La question de l’environnement est une priorité, car elle concerne l’économie mais surtout la santé de la population (…) La Chine joue un rôle mondial dans cette bataille contre la pollution depuis qu’elle s’est engagée pour l’Accord de Paris relatif au changement climatique ».

« Dans ce monde d’interdépendance, nous devons élargir nos pensées au-delà de toute forme de nationalisme pour assumer notre destin commun. Pour tout cela, la Chine restera utile au monde », conclut Jean-Pierre Raffarin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *