Le journaliste canadien Matthew Ehret : «L’ONU est corrompue»

Matthew Ehret. D.R.

Mohsen Abdelmoumen :  Votre travail montre bien que, à quelques exceptions près (Lincoln, Roosevelt, Kennedy et Trump), tous les présidents américains après Andrew Jackson ont toujours été membres ou sous contrôle de l’élite anglo-américaine, y compris Obama et Biden.  Quels sont les facteurs expliquant que cette oligarchie ait gardé ce niveau d’influence aux Etats-Unis malgré la guerre d’indépendance et pendant plus de 200 ans ?

Matthew Ehret : La réponse comporte à la fois un aspect objectif et subjectif. Du côté subjectif, on peut citer l’omniprésence de faux mythes qui ont été véhiculés et qui ont suscité certains préjugés dans la mentalité contemporaine américaine. Les premiers Américains étaient à l’origine des citoyens britanniques qui ont mené une guerre civile contre l’Empire britannique entre 1776-1783 et le succès de cette lutte a donné naissance à une nouvelle sorte d’identité humaine qui n’avait jamais été exprimée à cette échelle ou à cette magnitude dans l’histoire de l’humanité.

C’était un sentiment de fierté bien mérité, gagné au prix de durs sacrifices. Une grande valeur était accordée à la liberté et à l’indépendance. La considération la plus importante était probablement le fait que l’on croyait que les humains avaient été créés égaux, parce que nous avions été créés à l’image de Dieu et que, de ce fait, les institutions héréditaires étaient reconnues comme obsolètes.

Tout cela était merveilleux, mais ce puissant sentiment de fierté, s’il était perverti, était une épée à double tranchant qui se transformait en un complexe de supériorité proclamant que les États-Unis étaient « la nation exceptionnelle », plutôt que la philosophie plus saine de la « ville sur la colline » exprimée par John Winthrop Jr. qui souhaitait que les Américains deviennent un modèle d’excellence morale pour inspirer le monde.

Le deuxième faux mythe qui a « empoisonné l’esprit du temps » était lié au mythe de l’« individualisme américain ». L’idée que chaque individu citoyen est souverain plutôt qu’un seul dirigeant couronné est une autre excellente idée, mais là encore, comme toutes les idées authentiques, si elles sont perverties, elles peuvent devenir très destructrices.

Dans le cas des États-Unis, le mythe de l’individu détaché de concepts « abstraits » comme le « bien commun » a été cultivé au fil des générations, en particulier pendant les années du pouvoir de la populace sous Andrew Jackson. Cette période a vu se répandre dans une grande partie de la population une définition de la « liberté personnelle » dénuée de tout devoir ou loi morale. L’ironie est que cette séparation de l’individu et de la société était en totale opposition avec les exigences réelles des documents fondateurs des États-Unis qui consacraient à la fois les droits inaliénables de l’individu de la Déclaration d’indépendance et le Bien-être général du Préambule constitutionnel comme base de la société. Pour être un véritable citoyen souverain, ces deux conditions devaient être remplies, et comme John Adams l’avait déclaré : « La république a été conçue pour un peuple dévotement moral et religieux. Elle est totalement inadaptée à tout autre peuple ».

C’était donc le deuxième faux mythe qui a aveuglé le peuple américain ainsi que l’élite quant à l’héritage authentique des États-Unis.

Le troisième faux mythe qui a endormi tant de gens était la croyance que les États-Unis étaient un produit fini après la fin de la guerre révolutionnaire de 1783. Le désir de croire que la guerre avait été gagnée a aveuglé des générations d’Américains sur la croissance réelle des cinquièmes colonnes dirigées par les services secrets britanniques au sein de leur société depuis les premiers jours, qui ont toujours cherché à démanteler la république et à rétablir un empire planétaire. Ce mensonge attrayant a engendré une profonde paresse mentale chez de nombreux citoyens qui ont refusé de résoudre la contradiction absurde consistant à autoriser l’esclavage tout en célébrant l’idée que tous les peuples sont libres.

Même après la proclamation de l’émancipation, ces préjugés subtils ont été alimentés pendant des générations, ce qui a donné lieu à un comportement oligarchique au sein de la population, où les différents groupes raciaux étaient en guerre les uns contre les autres.

Je viens donc d’exposer les trois principaux défauts subjectifs qui ont empêché les Américains de voir le développement de l’État profond dirigé par les Britanniques aux États-Unis depuis les premiers jours. Pour ce qui est de l’aspect objectif, j’en parle en détail dans ma trilogie « Clash of the Two Americas », mais en résumé, on peut dire que le développement des pratiques financières de type anglo-hollandais, avec la création de Wall Street sous la direction d’Aaron Burr et des traîtres post-Hamilton au sein du parti fédéraliste, a contribué au développement des cinquièmes colonnes aux États-Unis.

L’essor de ce système bancaire anglo-hollandais a coïncidé avec la subversion du système Franklin/Hamiltonien de protectionnisme, de gestion bancaire nationale et de développement interne, qui avait été fondé consciemment sur les meilleures traditions du Colbertisme et du Caméralisme européen antérieur, et qui reconnaissait que l’argent n’était qu’un serviteur pour les besoins d’un peuple, et jamais un maître. Comme je le démontre dans mes livres, lorsque l’on évalue les politiques économiques de CHAQUE cas des huit présidents américains qui sont morts pendant leur mandat, le même système économique hamiltonien est remis au goût du jour et chaque fois que des traîtres prennent le pouvoir, les États-Unis sont toujours rendus économiquement dépendants de puissances étrangères et des pratiques de culture de rente liées à l’esclavage (ce qui inclut notre actuelle mondialisation).

Après la période intense d’assassinats d’hommes d’État américains entre 1865 et 1901, le vide de leadership était suffisamment grand pour que personne ne résiste à la création d’opérations de renseignement dirigées par le Rite écossais, comme le Federal Bureau of Investigation, ou plus tard d’agences dirigées par des étrangers, comme la NSA ou la CIA, qui ont contribué à la construction d’une machine de manipulation plus puissante à l’intérieur des États-Unis et au niveau international.

Selon vous, la Couronne britannique, mais aussi les monarchies d’Europe continentale ou les monarchies fabriquées du Moyen-Orient et du Maroc constituent-elles une composante importante de l’élite ou ne sont-elles que des outils pour les véritables maîtres du jeu, intéressés par utiliser le capital symbolique et mystique inégalé dont elles disposent auprès de leur peuple ?

Le premier ministre britannique proto-fasciste Benjamin Disraeli l’a bien dit lorsqu’il a décrit la prise de contrôle de la Grande-Bretagne par les Vénitiens et les Néerlandais en 1688 :

« Le grand objectif des chefs whigs en Angleterre, depuis le premier mouvement sous Hampden jusqu’au dernier le plus réussi en 1688, était d’établir en Angleterre une haute république aristocratique sur le modèle de la Vénitienne… Deux grands nobles whigs, Argyle et Somerset, dignes de siéger au Conseil des Dix, obligèrent leur souveraine à changer de gouvernement sur son lit de mort. Ils ont accompli leur objectif. Ils firent entrer une nouvelle famille à leurs propres conditions. George Ier était un Doge ; George II était un Doge ; ils étaient ce que William III, un grand homme, ne voulait pas être. George III s’efforça de ne pas être un Doge, mais il était matériellement impossible de résister à la stratégie soigneusement élaborée. Il pouvait se débarrasser des magnats whigs, mais il ne pouvait pas se débarrasser de la Constitution vénitienne ».

Le poste de doge à Venise était un poste à vie, mais il ne conférait que très peu de pouvoir souverain à la personne assise sur le trône.

Au-dessus du doge se trouvait un comité de trois personnes qui avaient le pouvoir absolu de procéder à l’assassinat extrajudiciaire de toute personne à Venise – y compris un doge si l’on découvrait qu’il était engagé dans une activité de trahison, comme cela s’est produit à deux reprises dans l’histoire vénitienne. Il y avait aussi le « comité des dix » et le sénat héréditaire plus large de Venise.

Venise portait également le nom de « république », mais comme vous pouvez le constater, ce n’était pas vraiment le cas, car les classes inférieures étaient traitées comme une sous-espèce n’ayant aucun pouvoir sur leur destin. Mais de la même façon que toutes les républiques ne sont pas créées égales, toutes les monarchies ne le sont pas non plus. Il existe aujourd’hui sur terre quelques monarchies qui n’obéissent pas à cette structure gérant les couronnes d’Europe. La couronne de Thaïlande en est un exemple. Il y a une structure d’État profond dirigée par l’Occident en Thaïlande et il y a sûrement de la corruption, mais la monarchie de Thaïlande a une histoire de résistance récurrente aux puissances impériales mondiales pour défendre son peuple et sa nation, et ces dernières années, il y a eu un immense effort pour renverser la couronne thaïlandaise par des opérations de révolution de couleur dirigées par Soros/CIA. Je donne cet exemple particulier pour aider le lecteur à ne pas commettre l’erreur de trop simplifier le problème. Le cas de l’Arabie Saoudite est un autre cas étrange de monarchie arbitraire créée par les mêmes agents des services secrets britanniques qui étaient simultanément occupés à créer l’État d’Israël, et tout comme Israël, la maison des Saoud a toujours été vouée à être mise au rebut lorsque son utilité vient à échéance. Ainsi, il faut s’attendre à ce que certaines de ces monarchies d’ordre inférieur, installées par les oligarques européens au cours des XIXe et XXe siècles, rompent avec le scénario prévu lorsqu’elles se rendront compte qu’elles sont prêtes à être éliminées.

Pour revenir à votre question principale : la Couronne britannique, en tant qu’institution au sein du mécanisme des contrôles politiques mondiaux, est essentielle en tant que « source de tous les honneurs » qui insuffle l’autorité dans le cadre juridique et moral des structures du Commonwealth. La Couronne est bien plus que les individus qui vont et viennent et qui pourraient être considérés comme des créatures piégées, préparées à leur position royale, mais avec très peu d’accès à ce que l’on pourrait considérer comme leur libre arbitre, qui leur a été soigneusement retiré.

Comment expliquez-vous la force de l’alliance entre des suprémacistes anglo-saxons peu religieux et des juifs messianiques depuis plus d’un siècle, au point que la défense aveugle des intérêts d’Israël a été complètement intégrée par l’élite anglo-saxonne comme un élément majeur de ses propres intérêts ?

La réponse à cette question est un peu controversée mais importante. La plupart des personnes informées ont été frappées par le paradoxe que vous avez soulevé en examinant l’histoire d’Israël et du sionisme politique.

Le fait que tant de fascistes, et souvent des personnalités pro-nazies, aient été les fers de lance de la création d’Israël en tant qu’État, même avant la Première Guerre mondiale, avec une passion fanatique, est surprenant au premier abord.

Regardez Lord Balfour, célébré comme un héros pour les sionistes, qui était un antisémite enragé obsédé par l’idée de débarrasser l’Europe des Juifs qu’il détestait presque autant que les Noirs. Ce sont ses Accords qui, plus tard, ont préparé le terrain pour Israël et qui ont été co-rédigés par Lloyd George, un partisan ouvert du nazisme, Lord Milner (un autre antisémite enragé) et Leo America – un autre antisémite vicieux.

Même Sir Oswald Mosley, qui a dirigé le mouvement nazi anglais, l’Union britannique des fascistes, et a jeté les bases de l’Union européenne après la Seconde Guerre mondiale, s’est fait le champion de l’envoi de tous les Juifs en Israël dans les années 1920-1930. Le clan Rothschild, mercenaire dynastique depuis quelques centaines d’années, a également financé ce projet, Walter Rothschild jouant le rôle le plus agressif dans les accords de Balfour… ET pourtant aucun Rothschild ne s’est jamais soucié de vivre sur cette « terre sainte ».

Le problème devient donc plus compliqué.

Le comte Richard Coudenhove Kalergi, qui représentait une des principales factions de la [i]noblesse noire européenne, dont la lignée remontait aux premiers jours de Venise et peut-être à l’oligarchie impériale romaine, a résumé le problème en quelques mots : Il y a de bons juifs et il y a de mauvais juifs.

Les soi-disant « bons juifs » étaient considérés comme ceux qui avaient été libéralisés, sécularisés jusqu’à un certain point, et qui étaient donc susceptibles d’être fondus dans une nouvelle sorte de culture servile homogène de libéraux hédonistes dépourvus de tout lien avec les anciennes traditions morales ou religieuses (ce que l’oligarchie souhaite pour tous les groupes culturels du monde).

Les « mauvais juifs » étaient ces juifs orthodoxes qui ne se laisseraient jamais remodeler ou couper de leurs anciennes traditions. La solution proposée par Coudenhove-Kalergi et, je dirais même, par des figures protosionistes de l’oligarchie britannique, dont Disraeli et Lord Shaftesbury, consistait à trouver le moyen d’extraire ces « mauvais juifs » d’Europe et surtout de Russie, puis de les placer tous dans un environnement contrôlé. Si cela pouvait être accompli, il faudrait alors attiser les préjugés de ces groupes orthodoxes autour du mythe du « peuple élu » promulgué dans l’ancien testament et le désir profond d’un retour à une patrie physique.

Cela a contribué à corrompre la matrice culturelle de nombreux juifs orthodoxes en les transformant en adeptes du culte du sang et du sol.

Les travaux de divers fascistes de premier plan, comme Vladimir Jabotinsky, collaborateur de Leo Trotsky, ont également été utiles dans ce domaine et ont eu une influence corruptrice similaire à celle qui a été déployée pour corrompre les Amériques. Alors que l’influence de cette « doctrine du peuple élu » aux États-Unis a pris la forme de l’« exceptionnalisme » et d’une forme diabolique de la « [ii]destinée manifeste » (il existe également une version saine, trop compliquée à expliquer ici), dans le cas du mouvement sioniste, la destinée manifeste a pris la forme de l’idée du « Grand Israël » de Jabotinsky et de la soumission des « Untermenschen », les non-juifs vivant sur ces terres que Dieu avait destinées à ses favoris. Le mythe de la « reconstruction du temple de Salomon » a joué un rôle important dans cette stratégie, en particulier pour les agents kabbalistes qui étaient nécessaires pour que tout cela fonctionne. J’ajouterais également que Jabotinsky et Trotsky ont tous deux travaillé en étroite collaboration avec un personnage du nom d’Alexander Helphand (alias Parvus) qui a dirigé l’opération qui est devenue l’idéologie des Jeunes Turcs et de la « Grande Turquie » en utilisant une formule similaire. Parvus était également un bailleur de fonds du Pan Europa du comte Richard Coudenhove-Kalergi qui a créé le cadre de la future Union européenne en 1923.

Dans la mesure où les gens s’accrochent à la croyance qu’une « élite juive » est la force causale derrière tout ce qui façonne l’histoire du monde, le fait que des fascistes antisémites anglo-saxons travaillent en tandem avec des Juifs sionistes messianiques est extrêmement paradoxal. Toutefois, si l’on abandonne cette hypothèse, il devient plus clair que le sionisme politique n’est qu’un autre culte artificiel aux objectifs purement géopolitiques.

Les organismes supérieurs qui ont promu le mythe du « temple de Salomon » à travers les âges ne croient pas réellement à ce mythe puissant, mais préféreraient que ces « mauvais juifs » deviennent des outils géopolitiques sur un grand échiquier et soient finalement exterminés. C’est ce même agenda qui a sous-tendu l’orchestration géopolitique des premières Croisades aux XIe-XIVe siècles et qui a vu la création du culte manichéen artificiel connu sous le nom de Templiers.

De nombreux chercheurs insistent sur le risque de conflit nucléaire dans le conflit actuel entre l’« Ukraine » et la Russie du fait du rôle des « Straussiens » et leur culture messianique et eschatologique de rédemption par le chaos héritée des Frankistes. Dans le cas présent, pensez-vous également que nous sommes en train d’aller au-delà du schéma classique à la Mackinder de lutte de l’élite anglo-saxonne avec la puissance continentale eurasiatique la plus dangereuse du moment, en l’occurrence la Russie ?

Je crois fermement que nous sommes en effet à un tournant de l’histoire universelle en ce moment.

Rien ne sera plus jamais comme avant et l’oligarchie joue toutes ses cartes maintenant dans une course folle et fanatique vers le « nouvel ordre mondial » utopique dont elle rêve depuis longtemps. Ce nouvel ordre mondial implique à la base un nouvel ensemble de normes culturelles mondiales pour toutes les religions et tous les groupes sociaux qui doivent avoir certains points communs s’ils sont autorisés à exister. Certains de ces points incluent, mais ne sont pas limités à : 1) la négation des pouvoirs de la raison créatrice souveraine dans l’esprit de leurs adhérents, 2) la réduction de l’esprit à une simple machine logique au mieux et l’asservissement à des états émotionnels irrationnels comme normes de « véracité » à la place des principes de vérité découverts dans l’âme des adhérents, 3) la suppression de toute norme universelle traditionnelle de moralité, de bonté, de beauté ou de vérité qui reconnaît l’espèce humaine comme supérieure aux autres animaux de la biosphère.

Les adeptes de Leo Strauss, qui se sont infiltrés dans la classe dirigeante néoconservatrice des États-Unis pendant la guerre froide, faisaient partie de ce courant de corruption. Les Frankistes étaient une secte similaire de pervers qui partageaient beaucoup de points communs avec Strauss et Nietzsche. Tous ces fanatiques croyaient finalement, comme le personnage de Calliclès dans le dialogue Gorgias de Platon, que la moralité n’a aucune existence réelle, mais qu’elle n’est qu’un outil pour contrôler les masses. Le vrai philosophe, selon ces fanatiques, est celui qui a la force de briser tous les tabous et le pouvoir de nourrir toutes les pulsions hédonistes. Ce philosophe est l’élitiste nietzschéen qui peut manier et utiliser le « pouvoir scientifique » et le « pouvoir culturel » pour contrôler les ombres projetées sur le mur de la grotte que la plèbe est censée prendre pour la réalité.

L’oligarchie aurait préféré insuffler lentement cette corruption dans les matrices culturelles de la Russie, de la Chine et des autres nations qui se regroupent aujourd’hui autour de l’Alliance multipolaire, ce qu’elle a failli faire dans le cas de la Russie dans les années 1990, ou de la Chine dans les années 1980 sous la houlette de Zhao Ziyang, la marionnette de Soros.

Mais heureusement, un leadership est apparu au sein de ces forces civilisationnelles qui ont été capables de faire ce que leurs homologues occidentaux humanistes étaient incapables de faire en réussissant à extraire ces pulsions perverses de la gouvernance de leurs nations sur les plans culturel, économique et militaire.

Bien sûr, il reste encore à « désherber » les agents de l’État profond en Russie et en Chine, mais ces nations ont eu BEAUCOUP plus de succès que l’Occident. Puisque les dirigeants de ces forces civilisationnelles ne sont absolument pas disposés à s’adapter à la restructuration néo-féodale de l’humanité comme on l’attendait d’eux à l’origine, le danger d’une confrontation thermique chaude utilisant l’armement nucléaire augmente. Il s’agit d’une rupture définitive avec l’éthique de l’équilibre total de la « balance des pouvoirs » ancrée dans la grande stratégie de Mackinder. L’oligarchie est en train de se ruiner et, malheureusement, sa croyance dans la violence purgative comme « nettoyage » des péchés des valeurs traditionnelles de l’humanité est intégrée dans presque tous les cultes artificiels créés et utilisés par l’oligarchie à travers les âges.

Selon vous, qu’est-ce qui pourrait libérer les anciens dominions britanniques, en particulier le Canada, de la domination de l’oligarchie qui les contrôle ?

Il n’y a pas grand-chose dans la sphère politique qui puisse fonctionner sans rétablir les traditions économiques perdues de jadis, qui valorisaient la création plutôt que la simple consommation ou la spéculation comme moyen de stimuler l’activité économique.

La consommation n’est viable que si une société produit également, et la spéculation n’est viable que si elle est liée à des investissements dans une activité économique mesurable dans le monde réel.

Regardez l’approche simple de la Chine pour construire des infrastructures à grande échelle, encourager le progrès scientifique et traduire les nouvelles découvertes scientifiques en nouvelles formes d’activité industrielle. Regardez l’utilisation simple et efficace des banques d’État, du crédit productif, et leur système très différent de libre-échange.

Le succès du programme chinois n’est pas purement utilitaire, comme le dépeignent souvent ses détracteurs, mais MORAL, et il est inextricablement lié à la renaissance confucéenne classique que l’État chinois cultive soigneusement depuis des années dans le cadre de sa politique culturelle.

L’adoption par la Chine de la musique classique, de la poésie et de la littérature provenant de matrices orientales et occidentales est également profondément liée à la maturité des émotions, et donc à la force mentale d’un peuple qui est très puissant en Chine et qui était autrefois beaucoup plus puissant en Occident.

Les territoires du Commonwealth britannique ne pourront pas gagner leur liberté s’ils ne commencent pas par se réengager dans le type d’activités économiques que nous considérions autrefois comme normales. Cela implique de construire à nouveau de grands projets d’infrastructure et de sortir de nos zones de confort. Cela implique de découvrir nos pouvoirs créatifs supérieurs et de nous prouver que nous sommes faits pour quelque chose de mieux que de simplement nous adapter à des régimes techno-féodaux « bienveillants » qui nous donnent gratuitement des crédits de revenu de base universel, des médicaments, des insectes, des métavers et l’euthanasie.

Dans mon pays, l’Algérie, après notre indépendance acquise dans les années 60, le gouvernement a été très méfiant en qui concerne l’influence économique et politique de l’oligarchie occidentale. Mais nous avons été de fervents défenseurs des principes et de la Charte des Nations unies et avons noué des partenariats importants avec des institutions internationales telles que l’Unesco, l’OMS, l’OIT ou le si « charmant » WWF.  Aujourd’hui, grâce à votre travail, nous découvrons que toutes ces « nobles » institutions ont été soit des tromperies dès le départ, soit assujetties à des intérêts impérialistes. A votre avis, quelle est la meilleure réponse pour combattre cette forme vicieuse d’impérialisme ?

Pour cela, je pense qu’il est utile de s’inspirer du modèle Russie-Chine.

Les dirigeants de ces nations ont choisi une ligne de conduite qui a du sens, du moins en ce qui concerne l’ONU. En défendant la charte de l’ONU, ces États 1) démontrent l’hypocrisie des « tenants de l’ordre fondé sur des règles » qui agissent comme des internationalistes mais qui, en réalité, ne veulent qu’un asservissement international dans le cadre d’un programme unipolaire et 2) obligent les gens à réexaminer le véritable conflit de paradigmes entre Franklin Roosevelt, qui a le plus contribué à l’élaboration de la charte de l’ONU dans le but d’établir un monde d’États-nations souverains coopérants, et les féodaux impériaux comme Keynes et Churchill, qui voulaient uniquement utiliser les États-Unis comme leur géant stupide pour reconquérir le monde après la Seconde Guerre mondiale.

Cette histoire représente l’un des pivots les plus stratégiques et les plus obscurs de l’histoire qui permettrait à de nombreux Américains de reconnaître leurs véritables traditions. Cette prise de conscience culturelle est vitale pour éviter le choc des civilisations qui s’annonce comme une guerre mondiale et que nous voyons actuellement se dérouler. De ce point de vue, je crois que l’ONU corrompue et nombre de ses institutions pourraient devenir des instruments de coopération et de coexistence créative dans cet esprit multipolaire qu’expriment actuellement les dirigeants de la Russie et de la Chine.

En ce qui concerne les organisations telles que le WWF, le WEF (ndlr : Forum économique mondial) ou l’OMS, je doute qu’elles puissent être réformées, car leurs graines semblent avoir été assez pourries dès le départ, et il est probablement préférable de les détruire et de les remplacer par de nouvelles structures organisationnelles qui comportent de bonnes graines et qui servent réellement les intérêts de l’environnement, de l’économie et de la santé de l’humanité.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Matthew Ehret ?

Matthew est journaliste et cofondateur de la Rising Tide Foundation. Il est rédacteur en chef de Canadian Patriot Review, Senior Fellow à l’Université américaine de Moscou et animateur de The Great Game on Rogue News. Il est l’auteur de la série de livres « The Untold History of Canada » et de la série de livres récemment publiée « The Clash of the Two Americas ».

 

[i] Ndlr : fraction de la noblesse italienne qui se rangea au côté du pape Pie IX lorsque les troupes du roi Victor-Emmanuel II s’emparèrent de Rome en 1870

[ii] Ndlr : expression apparue en 1845 pour désigner la forme américaine de l’idéologie calviniste selon laquelle la nation américaine aurait pour mission divine l’expansion de la « civilisation » vers l’Ouest, et à partir du XXe siècle dans le monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.