L’armée de Haftar annonce le déploiement en Libye de systèmes antiaériens turcs

La Turquie a livré au gouvernement d’union nationale des systèmes de défense antiaérienne, selon un porte-parole de l’Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar.

Le gouvernement libyen d’union national basé à Tripoli a reçu des systèmes antiaériens turcs, a annoncé un porte-parole de l’Armée nationale libyenne sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar.

© AP Photo / Esam Omran Al-Fetori

«Nous avons constaté qu’un système antiaérien avait été déployé dans l’aéroport de Mitiga», a indiqué le porte-parole, cité par le portail égyptien Al-Ahram.

Il a ajouté que le cessez-le-feu était observé par les militaires alors que des armements étaient livrés par la mer et par les airs au gouvernement d’union nationale.

Le porte-parole a souligné que l’Armée nationale libyenne continuait à respecter ce cessez-le-feu.

Discussions à Moscou

Le 13 janvier, le chef du gouvernement d’union nationale libyen (GNA) établi à Tripoli, Fayez el-Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne, sont arrivés à Moscou pour prendre part aux discussions autour de la situation dans leur pays, lesquelles étaient organisées à l’initiative russo-turque.

Le maréchal Khalifa Haftar à Moscou
Khalifa Haftar écrit une lettre à Vladimir Poutine © SPUTNIK . VLADIMIR ASTAPKOVICH

Toutefois, le maréchal Haftar a d’abord demandé un délai de réflexion puis a quitté la capitale russe sans apposer sa signature sur le document négocié sur le cessez-le-feu en Libye.

Haftar accepte un cessez-le-feu

Le 16 janvier, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré à l’issue des négociations à Benghazi que le maréchal Haftar avait promis «de respecter le cessez-le-feu existant».

Conférence de Berlin

Le 19 janvier, l’Allemagne organise à Berlin une conférence internationale sur le règlement en Libye. Des invitations officielles ont été envoyées à Fayez el-Sarraj et Khalifa Haftar. Les deux ont déclaré qu’ils y participeraient.

La conférence doit réunir des représentants, dont des chefs d’État, de Russie, d’Algérie, du Royaume-Uni, d’Égypte, des Émirats arabes unis, de Chine, des États-Unis, de Turquie et de France, ainsi que de l’UE et de l’Onu.

Selon le projet du communiqué final de l’événement dont Reuters a pris connaissance, les participants proposeront d’organiser des élections en Libye et de former un gouvernement national unique.

>> Président du parlement de Tobrouk: «En cas d’intervention étrangère, nous ferons appel à nos frères arabes» – exclusif

>> Des drones venus de Libye ont-ils violé l’espace aérien tunisien?


Lire aussi :

>> Erdogan estime que la Libye deviendrait un «terrain fertile» du terrorisme sans soutien à al-Sarraj

>> Libye : selon Moscou, les projets d’accords finaux de la conférence de Berlin sont presque prêts

>> Conférence de Berlin sur la Libye : l’Algérie, l’Egypte et le Congo conviés, la Tunisie boudée


>> Ankara transfère davantage de terroristes du nord de la Syrie vers la Libye


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *