Le coup d’État militaire contre Morales ne mettra pas fin à la guerre hybride contre la Bolivie

Follow by Email
Facebook
Twitter

par Andrew Korybko.

Le Président Morales a démissionné sous la contrainte suite à la « demande » de l’armée de le faire après que l’OEA, soutenue par les États-Unis, ait prétendu avoir découvert des preuves supposées prouver que sa récente réélection était truquée. Mais le coup d’État militaire ne mettra pas fin à la guerre hybride contre la Bolivie, même dans le scénario improbable du « meilleur des cas » où elle mettrait fin au cycle de violence dans le pays, car les conséquences structurelles et institutionnelles de cette campagne en cours entraîneront inévitablement un renversement des droits socio-économiques accordés à la population indigène majoritaire et risquent de ramener des millions de personnes à leur situation d’esclaves dans le système néolibéral et mondialiste.

Le début de la fin ?

La Guerre Hybride contre la Bolivie a jusqu’à présent permis d’écarter le chef d’État légitime et démocratiquement réélu du pays après que le Président Morales ait démissionné sous la contrainte à la demande des militaires. Ce coup d’État n’a été rendu possible que parce que les services de renseignements US avaient déjà coopté les forces armées et s’était assuré que ce résultat serait un fait accompli avant même son annonce officielle. À première vue, on pourrait croire que la Guerre Hybride est terminée après avoir remporté sa victoire la plus visible de changement de régime dans cet État riche en lithium et géostratégiquement situé dans le centre de l’Amérique du Sud, mais le fait est que cette campagne est loin d’être terminée pour plusieurs raisons très importantes.

La guerre civile a déjà commencé

La première est la plus évidente, il pourrait y avoir un degré incertain de résistance physique de la part des partisans du (« ancien ») Président Morales, pour la plupart autochtones, que ce soit sous la forme de manifestations de rue ou même d’une insurrection naissante qui pourrait représenter le début tangible d’un mouvement de libération nationale pour libérer le pays du joug militaire-oligarchique soutenu par les États-Unis, qui refait surface soudainement après 13 ans de liberté. L’armée a tenté par anticipation de contrecarrer ce scénario juste avant le coup d’État en lançant ce que Reuters a qualifié « d’opérations aériennes et terrestres pour « neutraliser » les groupes armés qui agissent en dehors des lois« , ce qui, dans le contexte politique du pays, ne pouvait être qu’un euphémisme pour commencer des opérations contre les partisans du Président Morales, essentiellement autochtones et non leurs opposants de droite alliés aux forces armées qui se livraient depuis plusieurs semaines déjà à des émeutes dans le pays.

Il s’agit d’un détail important que de nombreux observateurs n’ont pas vu dans les événements qui se sont déroulés dimanche, mais qui révèle de manière cruciale que l’armée s’est rebellée avant même d’exiger la démission du Président Morales en lançant des opérations contre ceux qui sont vraisemblablement ses partisans, bien qu’elle n’ait pas légalement l’autorité pour le faire. Rétrospectivement, cela signifie non seulement qu’un coup d’État militaire s’est produit, mais qu’il a été précédé par ce qui était sans doute le début non officiel d’une guerre civile de bas niveau où les forces armées sont sorties de la chaîne de commandement légale (considérant qu’elles devaient encore exiger sa démission à l’époque) pour « affronter le peuple » alors qu’elles n’avaient aucune intention en ce sens auparavant. Cette décision dramatique est intervenue après que « l’opposition » se soit emparée des médias d’État dans la capitale, que les maisons de la sœur du Président Morales et de deux de ses gouverneurs aient été incendiées samedi soir et qu’une mairesse alliée ait été lynchée dans les rues quelques jours auparavant par « l’opposition ».

Morales en fuite

Il n’est donc pas étonnant que le Président Morales ait imploré ses compatriotes lors de son discours de démission de « cesser d’attaquer les frères et sœurs, de brûler et d’attaquer » car il craignait pour la vie de ses partisans après ce qui venait de se passer, et qu’il avait déjà pris connaissance des opérations militaires en cours contre eux commencées plus tôt ce même jour. Sachant cela, il a fui la capitale avant que l’on ne puisse le capturer et potentiellement exécuter un régicide de type Kadhafi en exécutant un soi-disant « mandat d’arrêt » contre lui (sur la base présumée de quelque chose en rapport avec les élections ou une autre forme de prétendue « corruption ») et en se fondant sur ce qui aurait été l’affirmation non fondée qu’il « résistait » ou était « armé » pour le tuer de sang froid, comme leurs prédécesseurs l’ont fait au célèbre Che Guevara il y a un peu plus de cinquante ans.

S’ils ne parviennent pas à le capturer rapidement, les forces armées soutenues par les États-Unis pourraient même demander l’aide « antiterroriste » US et/ou brésilienne après avoir prétendu que lui et ses partisans sont liés à l’IRGC d’Iran et/ou aux FARC de Colombie, compte tenu des liens étroits du Président Morales avec la République Islamique et du soutien virulent du socialisme. Ils pourraient également « justifier » leur demande d’intervention militaire directe en rappelant à la région son alliance avec le Président vénézuélien Maduro et en alléguant que ce dernier est en quelque sorte impliqué dans les prétendues activités « terroristes » du Président Morales et peut-être même dans le trafic de drogue. Le jeu est donc empilé contre lui et ses partisans, même au cas où ils mèneraient une campagne de libération nationale, ce qui serait tout à fait conforme à leurs droits légaux après que des forces extérieures aient pris le contrôle de l’État par procuration et aient entamé la guerre civile de bas niveau en cours.

Institutionnaliser l’esclavage néolibéral

C’est le pire des scénarios, mais le « meilleur scénario » n’est guère meilleur. Il verrait les forces de droite soutenues par les États-Unis renverser rapidement les droits socio-économiques que le Président Morales a accordés à la population majoritairement indigène pendant ses 13 années au pouvoir sans avoir à mener une guerre civile intense avant. En d’autres termes, ses partisans se rendraient simplement et laisseraient le processus se dérouler sans aucune résistance physique, ce qui semble extrêmement improbable mais pourrait néanmoins se produire si la campagne de terreur actuellement menée contre eux réussissait à effrayer la population et à la soumettre. Il faut tenir pour acquis que certains membres de la mafia émeute s’associeront à l’armée US pour former des escadrons de la mort qui tueront tous ceux qui résistent, à commencer par les membres de son gouvernement (ceux qui servent actuellement et ceux qui ont récemment démissionné afin de protéger leur famille après que leurs proches aient été exposés à un risque plausible de représailles) et leurs supporters qui pourraient descendre dans la rue pour protester contre cette prise illégale du pouvoir.

Quoi qu’il en soit, le grand résultat stratégique recherché par les putschistes est de purger toutes les structures étatiques des socialistes afin d’imposer le plus rapidement possible un régime hyper-néolibéral, la seule question étant de savoir si la population résiste activement ou non à cette « lustration ». Certaines des conséquences structurelles et institutionnelles les plus probables seraient l’octroi d’une autonomie fiscale (et peut-être même politique) aux fiefs « d’opposition » des basses terres de « Media Luna » riches en gaz où vivent la plupart des métisses et la réduction drastique des impôts des sociétés minières étrangères opérant dans les hautes terres peuplées par les autochtones, qui pourrait avoir pour effet d’empêcher les défenseurs, pour la plupart autochtones, de financer les programmes socioéconomiques du Président Morales. Le résultat final serait naturellement que des millions de personnes risquent de retourner à leur ancienne position de servitude indigne sous laquelle elles avaient travaillé avant l’accession au pouvoir du Président Morales.

« La Libye latino-américaine »

Très conscients de l’avenir qui les attend si le coup d’État militaire réussit à les dépouiller de leurs droits socio-économiques durement acquis et à institutionnaliser leur statut d’esclaves du système néolibéral-mondialiste soutenu par l’oligarchie de leur pays et ses partisans étasuno/brésiliens, il ne serait pas étonnant si le « pire scénario » se présente, que les partisans du Président Morales, pour la plupart autochtones, mènent une véritable insurrection de libération nationale. Mais cela comporte aussi dangereusement le risque élevé que l’État « simplifie » sa stratégie « anti-insurrectionnelle » en envoyant des escadrons de la mort à chaque autochtone (en particulier dans les zones rurales), entraînant un nettoyage ethnique, voire un génocide, si cette stratégie est menée à son terme « logique ». Il est donc beaucoup trop tôt pour dire que la Guerre Hybride contre la Bolivie est terminée simplement parce que le Président Morales a été forcé de démissionner sous la contrainte, car cette campagne ne se terminera jamais vraiment étant donné le résultat littéralement fasciste qu’elle vise à perpétuer indéfiniment sous la forme du retour informel de la population autochtone à l’esclavage néoliberal. Compte tenu de la dynamique en jeu, la Bolivie pourrait bientôt être connue sous le nom de « Libye latino-américaine », et les conséquences pourraient facilement se répandre dans le reste de l’Amérique du Sud tout comme la Libye s’est répandue en Afrique.

Andrew Korybko

source : The Military Coup Against Morales Won’t End The Hybrid War On Bolivia

traduit par Réseau International


Lire aussi :

>> Coup d’Etat en Bolivie: cinq leçons

>> Bolivie / La longue campagne du «Tout sauf Evo»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *