Les investissements dans l’or vers un nouveau record

Follow by Email
Facebook
Twitter

Les investisseurs internationaux redirigent activement leurs placements vers des actifs sûrs. Le total des investissements dans l’or a renouvelé son record de début 2013 pour atteindre 2.520 tonnes.

Les nouvelles négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine suscitent peu d’espoir, et la Réserve fédérale américaine (Fed) comme la Banque centrale européenne (BCE) ont baissé leurs taux directeurs: les investisseurs ont donc choisi d’accroître leurs placements dans ce métal précieux, écrit le journal Kommersant.

Les actifs des fonds boursiers investissant dans l’or ont établi un nouveau record depuis le 20 février 2013. Selon les dernières informations de l’agence de presse Bloomberg, à l’issue des échanges de lundi ils avaient augmenté de presque 3 tonnes, jusqu’à 2523,18 tonnes. La croissance active des actifs des fonds se poursuit depuis trois mois consécutifs, avec une augmentation de 330 tonnes sur cette période – un chiffre comparable aux réserves d’or de pays tels que l’Ouzbékistan (327,8 tonnes), l’Arabie saoudite (323,1 tonnes) ou la Turquie (320,7 tonnes). Rien qu’au cours des deux dernières semaines, les actifs des fonds ont augmenté de plus de 70 tonnes.

Les principaux facteurs qui déterminent l’attractivité de l’or pour les investissements est la dynamique des taux d’intérêt des principales économies du monde, ainsi que les attentes des acteurs du marché en termes d’inflation. En septembre, la BCE et la Fed ont annoncé un nouvel assouplissement de la politique monétaire. Le régulateur européen a diminué le taux de dépôt de -0,4% à -0,5%, et, à partir du 1er octobre, a commencé à racheter des actifs à hauteur de 20 milliards d’euros par mois. De son côté, le régulateur américain a réduit le taux directeur de 0,25 point, jusqu’à 1,75-2%. «Les taux d’intérêt réels aux États-Unis sont restés négatifs, ce qui a réduit les frais alternatifs des investisseurs dans l’or, sachant que les attentes d’inflation ont commencé à grandir», indique Anton Kravtchenko, chef adjoint du département des investissements chez Raiffeisen Capital.

Les investisseurs sont inquiets face aux perspectives des négociations commerciales et économiques américano-chinoises prévues les 10 et 11 octobre. D’après Maria Krasnikova, stratège de la Sberbank pour les opérations sur les marchés de marchandises et de matières premières, les acteurs du marché ne sont pas convaincus qu’un accord commercial sera signé ou que les taxes ne seront pas augmentées le 15 octobre. Persistent également des risques liés à la poursuite des protestations à Hong Kong, à  l’éventuelle mise en œuvre du Brexit avant la fin du mois d’octobre, mais aussi à l’enquête dans le cadre de la procédure de destitution du président américain. «La croissance instable du PIB mondial et les relations commerciales extérieures tendues entre les États-Unis et la Chine poussent les investisseurs à acheter de l’or», note Carsten Menke, directeur d’études des problèmes des futures générations chez Julius Baer.

L’intérêt élevé des investisseurs professionnels pour l’or s’est positivement reflété sur son prix. Cet été, le prix du métal précieux a augmenté de plus de 20%, jusqu’à son maximum depuis avril 2013 – 1.557 l’once. Toutefois, le cours de l’or diminue ces derniers temps sur fond de hausse significative du dollar américain. En cinq jours, l’indice DXY (le dollar par rapport aux six monnaies mondiales principales) a augmenté de 1,4% et s’élevait mardi à 99,6 points. Pendant ce temps le prix de l’or a diminué, d’après Reuters, de 3,2% jusqu’à 1.482 l’once, soit 0,7% de plus par rapport à la fermeture de lundi.

Dans les semaines à venir la demande d’or auprès des investisseurs pourrait encore grandir, pensent les analystes. «A l’issue du troisième trimestre pourrait se produire une récession technique en Allemagne, l’économie britannique pourrait être confrontée à des difficultés après le Brexit, et on assiste à un ralentissement de la croissance chinoise. Si les risques énumérés se réalisaient dans une plus grande mesure que les attentes des investisseurs, la demande en actifs sûrs, l’or y compris, augmenterait davantage», estime Maria Krasnikova. Selon Carsten Menke, prochainement les placements des fonds boursiers dans le métal précieux pourraient renouveler le record historique du 20 décembre 2012, à 2.570 tonnes.


Lire aussi :

>> Le Boom de l’or au Soudan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *