Conférence de presse d’Emmanuel Macon au sujet de la situation au Liban – vidéo

   Alors que le Premier ministre libanais a jeté l’éponge samedi, renonçant à former un gouvernement, Emmanuel Macron tient en ce 27 septembre une conférence de presse portant sur la situation politique au Liban.

«Si les promesses ne sont pas tenues d’ici octobre, il y aura des conséquences», avait averti le Président français début septembre, lors de son deuxième déplacement au Liban depuis l’explosion dévastatrice dans le port de Beyrouth. Alors, le dirigeant français avait reçu l’engagement des forces politiques libanaises de former un gouvernement dans les 15 jours et la mise en place des réformes était posée comme condition du déblocage de l’aide internationale. Or, Moustapha Adib, le Premier ministre de ce pays, a renoncé samedi. Le lendemain, Emmanuel Macron tient une conférence de presse depuis l’Élysée.

Lire >>>   Macron accuse la classe politique libanaise d’avoir pris le pays en otage

Le Président français a blâmé ce dimanche 27 septembre les responsables politiques libanais pour avoir trahi leur engagement pris au début du mois de former un gouvernement pour faire sortir le pays de la crise aggravée par l’explosion du 4 août au port de Beyrouth.

S’exprimant ce dimanche 27 septembre sur la situation au Liban, Emmanuel Macron a déclaré avoir pris acte de la «trahison collective» commise, selon lui, par les forces politiques libanaises qui n’ont pas respecté leur engagement de former un gouvernement.

 

D’après le Président, elles ont fait le choix de «privilégier leurs intérêts partisans au détriment de l’intérêt général du pays». Répondant aux questions des journalistes libanais, il a en outre affirmé qu’il avait honte pour les autorités libanaises.

Emmanuel Macron a tout de même souligné que la classe politique libanaise avait une «dernière chance».

«La feuille de route du 1er septembre demeure […], elle est la seule initiative prise sur le plan national, régional et international […], elle n’est pas retirée de la table […] mais il appartient maintenant aux responsables libanais de saisir cette dernière chance eux-mêmes», a-t-il déclaré, cité par l’AFP.

Le rôle du Hezbollah

Le Hezbollah a également été évoquépar le locataire de l’Élysée qui a estimé que ce mouvement chiite «ne doit pas se croire plus fort qu’il ne l’est».

 

Le Hezbollah «ne peut en même temps être une armée en guerre contre Israël, une milice déchaînée contre les civils en Syrie, et un parti respectable au Liban. C’est à lui de démontrer qu’il respecte les Libanais dans leur ensemble. Il a, ces derniers jours, clairement montré le contraire», a-t-il déclaré.

Le soutien français

En outre, Emmanuel Macron a promis que la France n’abandonnera pas le peuple libanais dans la situation actuelle.

«La France restera engagée au côté de ses amis libanais, du peuple libanais. […] Nous pensons à vous sans cesse, nous sommes là pour vous, et nous ne vous lâcherons jamais», a-t-il lancé.


     Macron évoque une «trahison collective» de la classe politique libanaise 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *