Le cœur du problème dans la Mer de Chine Méridionale

       par Pepe Escobar.

La bataille pour la région maritime contestée est terminée avant même que les tirs n’aient commencé et la Chine a gagné.

Lorsque les groupes d’attaque des porte-avions Ronald Reagan et Nimitz se sont récemment engagés dans des « opérations » en Mer de Chine Méridionale, beaucoup de cyniques ont pensé que la Flotte du Pacifique américaine faisait de son mieux pour transformer la théorie infantile du Piège de Thucydide en une prophétie autoréalisatrice.

La version officielle pro forma, par l’intermédiaire du Contre-Amiral Jim Kirk, commandant du Nimitz, est que les opérations ont été menées pour « renforcer notre engagement en faveur d’un Indo-Pacifique libre et ouvert, d’un ordre international fondé sur des règles, et de nos alliés et partenaires ».

Personne ne prête attention à ces clichés, car le véritable message a été délivré par un agent de la CIA se faisant passer pour un diplomate, le Secrétaire d’État Mike « Nous Mentons, Nous Trompons, Nous Volons » Pompeo : « La RPC n’a aucun fondement juridique pour imposer unilatéralement sa volonté à la région », en référence à la Ligne en Neuf Tirets. Pour le Département d’État, Pékin ne déploie que des « tactiques de gangsters » dans la Mer de Chine Méridionale.

Une fois de plus, personne n’y a prêté attention, car les faits réels en mer sont frappants. Tout ce qui se déplace en Mer de Chine Méridionale – l’artère commerciale maritime cruciale de la Chine – est à la merci de l’APL, qui décide si et quand elle doit déployer ses missiles mortels DF-21D et DF-26 « tueur de porte-avions ». Il n’y a absolument aucun moyen pour la Flotte du Pacifique américaine de gagner une guerre de tirs en Mer de Chine Méridionale.

Brouillage électronique

Un rapport chinois crucial, non disponible et non mentionné par les médias occidentaux, et traduit par l’analyste Thomas Wing Polin, basé à Hong Kong, est essentiel pour comprendre le contexte.

Le rapport fait référence aux avions de guerre électroniques américains Growler rendus totalement incontrôlables par des dispositifs de brouillage électronique placés sur des îles et des récifs de la Mer de Chine Méridionale.

Selon le rapport, « après l’accident, les États-Unis ont négocié avec la Chine, exigeant que celle-ci démantèle immédiatement le matériel électronique, mais cela a été rejeté. Ces dispositifs électroniques sont une partie importante de la défense maritime de la Chine et ne sont pas des armes offensives. Par conséquent, la demande de démantèlement de l’armée américaine est déraisonnable ».

Il y a mieux : « Le même jour, l’ancien commandant Scott Swift de la Flotte du Pacifique américaine a finalement reconnu que l’armée américaine avait perdu la meilleure occasion de contrôler la mer de Chine méridionale. Il estime que la Chine a déployé un grand nombre de missiles de défense aérienne Hongqi 9, de bombardiers H-6K et de systèmes de brouillage électronique sur les îles et les récifs. On peut dire que la défense est solide. Si les avions de chasse américains se précipitent dans la Mer de Chine Méridionale, ils risquent de connaître leur « Waterloo ».

Le fait est que les systèmes – notamment le brouillage électronique – déployés par l’APL sur les îles et les récifs de la Mer de Chine Méridionale, qui couvrent plus de la moitié de la surface totale, sont considérés par Pékin comme faisant partie du système de défense nationale.

J’ai déjà détaillé ce que l’Amiral Philip Davidson a déclaré au Sénat américain lorsqu’il était encore candidat à la tête du Commandement Américain du Pacifique (PACOM). Voici ses trois principales conclusions :

1) « La Chine cherche à se doter de capacités avancées (par exemple, des missiles hypersoniques) contre lesquelles les États-Unis n’ont actuellement aucune défense. Alors que la Chine poursuit ces systèmes d’armes avancés, les forces américaines dans l’ensemble de l’Indo-Pacifique seront de plus en plus exposées à des risques ».

2) « La Chine sape les règles de l’ordre international ».

3) « La Chine est maintenant capable de contrôler la Mer de Chine Méridionale dans tous les scénarios, sauf en cas de guerre avec les États-Unis. »

Le « secret » de la stratégie indo-pacifique est implicite dans tout ce qui précède : au mieux un exercice d’endiguement, alors que la Chine continue de consolider la Route de la Soie Maritime reliant la Mer de Chine Méridionale à l’Océan Indien.

Se rappeler les Nusantao

La Mer de Chine Méridionale est et continuera d’être l’un des principaux points chauds géopolitiques du jeune 21e siècle, où se jouera une grande partie de l’équilibre des pouvoirs entre l’Est et l’Ouest.

J’ai déjà abordé ce sujet dans le passé de manière assez détaillée, mais un bref rappel historique est une fois de plus absolument essentiel pour comprendre la situation actuelle, car la Mer de Chine Méridionale ressemble et se sent de plus en plus comme un lac chinois.

Commençons en 1890, lorsque Alfred Mahan, alors Président du Collège Naval des États-Unis, a écrit l’ouvrage fondateur « Influence de la Puissance Maritime dans l’Histoire : 1660-1783 ». La thèse centrale de Mahan est que les États-Unis devraient s’internationaliser à la recherche de nouveaux marchés, et protéger ces nouvelles routes commerciales grâce à un réseau de bases navales.

C’est l’embryon de l’Empire des Bases Américaines – qui reste en vigueur.

C’est le colonialisme occidental – américain et européen – qui a donné naissance à la plupart des frontières terrestres et des frontières maritimes des États bordant la Mer de Chine Méridionale : Philippines, Indonésie, Malaisie, Vietnam.

Nous parlons de frontières entre différentes possessions coloniales – et cela impliquait dès le départ des problèmes insolubles, hérités ensuite par les nations post-coloniales.

Historiquement, cela a toujours été une histoire complètement différente. Les meilleures études anthropologiques (celles de Bill Solheim, par exemple) définissent les communautés semi-nomades qui ont réellement voyagé et commercé à travers la Mer de Chine Méridionale depuis des temps immémoriaux comme les Nusantao – un mot composé austronésien pour « île du sud » et « peuple ».

Les Nusantao n’étaient pas un groupe ethnique défini. Ils étaient un Internet maritime. Au fil des siècles, ils ont eu de nombreux centres clés, depuis le littoral entre le centre du Vietnam et Hong Kong jusqu’au delta du Mékong. Ils n’étaient rattachés à aucun « État ». La notion occidentale de « frontières » n’existait même pas. Au milieu des années 1990, j’ai eu le privilège de rencontrer certains de leurs descendants en Indonésie et au Vietnam.

Ce n’est donc qu’à la fin du XIXe siècle que le système westphalien a réussi à geler la Mer de Chine Méridionale dans un cadre immuable.

Ce qui nous amène au point crucial qui explique pourquoi la Chine est si sensible à ses frontières ; parce qu’elles sont directement liées au « siècle de l’humiliation » – lorsque la corruption et la faiblesse internes de la Chine ont permis aux « barbares » occidentaux de prendre possession des terres chinoises.

Un lac japonais

La Ligne en Neuf Traits est un problème immensément complexe. Elle a été inventée par l’éminent géographe chinois Bai Meichu, un nationaliste féroce, en 1936, initialement dans le cadre d’une « carte de l’humiliation nationale chinoise » sous la forme d’une « ligne en U » qui engloutit la Mer de Chine Méridionale jusqu’au Shoal James, situé à 1 500 km au sud de la Chine mais à seulement plus de 100 km de Bornéo.

Dès le début, la Ligne en Neuf Traits a été promue par le gouvernement chinois – souvenez-vous, à l’époque pas encore communiste – comme la lettre de la loi en termes de revendications chinoises « historiques » sur les îles de la Mer de Chine Méridionale.

Un an plus tard, le Japon a envahi la Chine. Le Japon avait déjà occupé Taïwan en 1895. Le Japon a occupé les Philippines en 1942. Pour la première fois dans l’histoire, la quasi-totalité du littoral de la Mer de Chine Méridionale était donc contrôlée par un seul empire. La Mer de Chine Méridionale était devenue un lac japonais.

Cela n’a duré que jusqu’en 1945. Les Japonais ont occupé Woody Island dans les Paracels et Itu Aba (aujourd’hui Taiping) dans les Spratlys. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et le bombardement nucléaire du Japon par les États-Unis, les Philippines sont devenues indépendantes en 1946 et les Spratlys ont immédiatement été déclarés territoire philippin.

En 1947, toutes les îles de la Mer Méridionale ont reçu des noms chinois.

Et en décembre 1947, toutes les îles ont été placées sous le contrôle de Hainan (elle-même une île du sud de la Chine.) De nouvelles cartes ont dûment suivi, mais maintenant avec des noms chinois pour les îles (ou récifs, ou hauts-fonds). Mais il y avait un énorme problème : personne n’expliquait la signification de ces tirets (onze à l’origine).

En juin 1947, la République de Chine a revendiqué tout ce qui se trouvait à l’intérieur de la ligne – tout en se déclarant ouverte à négocier des frontières maritimes définitives avec d’autres nations par la suite. Mais, pour l’instant, il n’y avait pas de frontières.

Et c’est ce qui a ouvert la voie à « l’ambiguïté stratégique » immensément compliquée de la Mer Méridionale qui perdure encore aujourd’hui – et qui permet au Département d’État d’accuser Pékin de « tactique de gangster ». Le point culminant d’une transition millénaire entre « l’internet maritime » des peuples semi-nomades et le système westphalien n’a fait qu’engendrer des problèmes.

L’heure du COC

Qu’en est-il de la notion américaine de « liberté de navigation » ?

En termes impériaux, la « liberté de navigation », de la côte ouest des États-Unis à l’Asie – en passant par le Pacifique, la mer de Chine Méridionale, le détroit de Malacca et l’océan Indien – est strictement une question de stratégie militaire.

La marine américaine ne peut tout simplement pas imaginer de s’occuper des zones d’exclusion maritime – ou de devoir demander une « autorisation » chaque fois qu’elle doit les traverser. Dans ce cas, l’Empire des Bases perdrait « l’accès » à ses propres bases.

À cela s’ajoute la paranoïa du Pentagone, qui joue une situation où une « puissance hostile » – à savoir la Chine – décide de bloquer le commerce mondial. Cette prémisse est en soi ridicule, car la Mer de Chine Méridionale est la première artère maritime vitale pour l’économie mondialisée de la Chine.

Il n’y a donc aucune justification rationnelle pour un programme de liberté de navigation. À toutes fins utiles, ces porte-avions comme le Ronald Reagan et le Nimitz qui font des allées et venues en Mer de Chine Méridionale relèvent de la diplomatie des canonnières du 21e siècle. Et Pékin n’est pas impressionné.

En ce qui concerne les dix membres de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), il s’agit maintenant d’élaborer un Code de Conduite (COC) pour résoudre tous les conflits maritimes entre les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, le Brunei et la Chine.

L’année prochaine, l’ANASE et la Chine fêteront 30 ans de relations bilatérales fortes. Il est fort possible qu’elles soient élevées au rang de « partenaire stratégique global ».

En raison du Covid-19, tous les acteurs ont dû reporter les négociations en deuxième lecture du projet unique de COC. Pékin voulait que celles-ci se déroulent en face à face – car le document est ultra-sensible et pour le moment, secret. Pourtant, ils ont finalement accepté de négocier en ligne – via des textes détaillés.

Ce sera une tâche ardue, car comme l’a clairement indiqué l’ANASE lors d’un sommet virtuel fin juin, tout doit être conforme au droit international, y compris à la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (UNCLOS).

S’ils parviennent tous à s’entendre sur une convention sur le droit de la mer d’ici à la fin de 2020, un accord final pourrait être approuvé par l’ANASE à la mi-2021. L’histoire ne commence même pas à le décrire – car cette négociation dure depuis pas moins de deux décennies.

Sans parler du fait qu’un COC invalide toute prétention des États-Unis à garantir la « liberté de navigation » dans une zone où la navigation est déjà libre.

Pourtant, la « liberté » n’a jamais été l’enjeu. Dans la terminologie impériale, « liberté » signifie que la Chine doit obéir et maintenir la Mer de Chine Méridionale ouverte à la marine américaine. C’est possible, mais il faut bien se comporter. Arrivera le jour où la marine américaine se verra « refuser » la Mer de Chine Méridionale. Il n’est pas nécessaire d’être Mahan pour savoir que cela signifiera la fin impériale de la domination des sept mers.

Pepe Escobar

source : https://asiatimes.com

traduit par Réseau International


Lire aussi :

    Le Japon accroît les tensions avec Pékin dans la mer de Chine orientale

Par Ben McGrath
31 juillet 2020

Alors que les États-Unis accélèrent leur guerre contre la Chine, le gouvernement du Premier ministre japonais Shinzo Abe intensifie également sa propre confrontation contre Pékin. Le 22 juillet, Tokyo a dénoncé Pékin pour avoir envoyé des navires près des îles contestées Senkaku / Diaoyu dans la mer de Chine orientale pendant 100 jours consécutifs, plus longtemps que jamais dans le passé. Les îles revendiquées par la Chine, mais administrées et contrôlées par le Japon, sont situées sur des voies maritimes stratégiques. Les navires chinois sont entrés dans les eaux revendiquées par le Japon pendant onze jours au total.

Tokyo a également annoncé le 18 juillet qu’il brouillerait immédiatement les avions de combat pour répondre à tout lancement d’avions chinois depuis la base aérienne de ce dernier dans la province du Fujian. Auparavant, le Japon ne brouillait les chasseurs que lorsque les avions chinois s’approchaient de l’espace aérien revendiqué par Tokyo. Cependant, des avions de guerre chinois opérant dans la région avaient déjà décollé de la province du Zhejiang, à une plus grande distance des îles contestées. Du Fujian aux îles Senkaku / Diaoyu, le vol dure 20 minutes, tandis qu’il faut environ 25 minutes aux avions de la Force aérienne d’autodéfense japonaise (ASDF) pour atteindre les îles depuis leur base de Naha, Okinawa.

Force maritime d’autodéfense du Japon (Crédit: Destroyer Squadron 15)

Le Japon enverra également quatre avions de combat pour chaque chasseur chinois au lieu de deux. En outre, les avions ASDF effectuent des patrouilles quotidiennes au-dessus de la mer de Chine orientale. Tout cela augmente le risque d’une rencontre militaire qui pourrait dégénérer en un conflit plus vaste.

Tokyo tente de présenter ses mesures comme défensives. «Les activités répétées sont extrêmement graves. Les patrouilleurs de la Garde côtière japonaise ont émis des avertissements et nous avons protesté auprès de la partie chinoise par les voies diplomatiques à maintes reprises », a déclaré le secrétaire en chef du cabinet Yoshihide Suga lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Tokyo a également affirmé qu’au cours de l’exercice 2018, le Japon avait brouillé des jets contre des avions militaires chinois 638 fois et 675 fois au cours de la même période se terminant en mars dernier.

Autre signe de montée des tensions, le ministre de la Défense Taro Kono a pris le 23 juin la rare décision d’annoncer la nationalité d’un sous-marin chinois prétendument détecté près des eaux au large de l’île japonaise d’Amami-Oshima, qui abrite des batteries de missiles. Le sous-marin n’est pas entré dans les eaux japonaises et Kono l’a décrit comme se déplaçant «en direction de la Chine».

En décidant d’annoncer la nationalité du sous-marin, Kono a déclaré: «En plus des conditions dans les mers de Chine orientale et méridionale, nous avons vu divers événements (concernant la Chine), y compris l’augmentation rapide de son budget militaire, la montée des tensions avec l’Inde et la pression sur Hong Kong ‘un pays, deux systèmes’, nous devons donc déduire clairement l’intention du Parti communiste chinois dans ces situations.

Le livre blanc annuel sur la défense du Japon publié le 14 juillet a accusé la Chine de «continuer à tenter de modifier le statu quo dans la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridionale» et pour la première fois de qualifier les actions de la Chine d ‘«implacables».

Un expert anonyme de la Chine au sein du gouvernement japonais a déclaré au South China Morning Post : «Il est facile de voir une forte détermination de la part des Chinois à changer le statu quo entourant les îles Senkaku. C’est une stratégie à long terme, mais la situation actuelle est une opportunité pour Pékin car les États-Unis, le Japon et d’autres pays de la région se concentrent sur la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Cependant, les États-Unis et le Japon ont la responsabilité principale de renverser le statu quo dans la mer de Chine orientale. Sous le président américain Obama, des différends territoriaux de longue date, mais mineurs, entre la Chine et divers autres pays de la région ont été enflammés et se sont transformés en points de pression sur Pékin.

En 2012, alors que le Parti démocrate du Japon était au pouvoir, Tokyo a «nationalisé» les îles Senkaku / Diaoyu en les achetant à leur propriétaire privé, ce qui a fortement augmenté les tensions avec Pékin.

De plus, Tokyo a militarisé la région au cours des cinq dernières années, en dépêchant une station radar sur l’île de Yonaguni et en construisant des bases avec des batteries de missiles sur Ishigaki, Miyako et Amami-Oshima, qui entourent tous les Senkakus / Diaoyus.

Les déclarations de Tokyo et de Washington dégoulinent d’hypocrisie. La Chine est régulièrement dénoncée pour avoir prétendument tenté d’empêcher la «liberté de navigation» dans la mer de Chine méridionale, les États-Unis menant des opérations dans les eaux revendiquées par la Chine depuis 2015 sous l’administration Obama. Cependant, lorsque des navires ou des aéronefs chinois naviguent près des eaux japonaises, cela est considéré comme une menace.

La semaine dernière, des navires de guerre américains, japonais, australiens et indiens (le Dialogue quadrilatéral sur la sécurité) ont organisé des jeux de guerre navale coordonnés dans la région. Les États-Unis ont mené des exercices dans la mer des Philippines avec le Japon et l’Australie, voisins de la mer de Chine méridionale, tout en organisant également des exercices conjoints avec l’Inde près du détroit de Malacca, une voie maritime clé et un «point d’étranglement» pour la navigation.

Patrick Cronin, président de la sécurité Asie-Pacifique à l’Institut Hudson, a déclaré: «Les exercices navals internationaux en cours dans l’Indo-Pacifique ne sont que la dernière démonstration de l’Inde, de l’Australie et du Japon qui se sont débarrassées des inhibitions antérieures sur les manœuvres militaires multilatérales.» En d’autres termes, les trois pays s’alignent de plus en plus sur la campagne de guerre américaine dans la région contre la Chine.

Washington a également perpétué le mensonge selon lequel Pékin est responsable de la pandémie de COVID-19 en libérant le virus d’un laboratoire de Wuhan; a ordonné de manière provocante la fermeture du consulat chinois à Houston avec des allégations non prouvées d’espionnage chinois; soutenu l’Inde dans son récent différend frontalier avec la Chine; et s’est rapproché de Taiwan, menaçant de renverser la politique de «Une Chine» qui reconnaît officiellement l’île comme faisant partie de la Chine.

Le danger d’éclatement d’un conflit augmente. La semaine dernière, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a plaidé en faveur d’une guerre avec la Chine, déclarant que «nous ne pourrons jamais revenir au statu quo». «L’ancien paradigme de l’engagement aveugle avec la Chine» a dû être remplacé par une nouvelle stratégie dans laquelle le «monde libre» met fin à la «nouvelle tyrannie» de la Chine, a-t-il déclaré.

Washington et Tokyo mêlent leurs condamnations de Pékin à des professions préoccupantes pour des régions comme Hong Kong et le Xinjiang. Leur objectif n’a rien à voir avec les droits de l’homme, mais est d’isoler Pékin et de se préparer à la guerre comme moyen de subordonner et de saper un rival potentiel et de se détourner des immenses crises sociales et économiques auxquelles il est confronté chez lui.


     Situation actuelle en mer de Chine méridionale et politique du Vietnam

4533

«Nous voyons que, avec l’ordre mondial changeant, la rivalité entre les centres de pouvoir actuels continue de s’intensifier, tout comme la bataille pour le leadership à l’avenir. Malheureusement, la menace posée par le nouveau Coronavirus n’a pas réduit ces tensions géopolitiques, les exacerbant au contraire. Nous tenons à réaffirmer que, de notre point de vue, la pandémie de COVID-19 est devenue un catalyseur supplémentaire accélérant ces changements… »

La déclaration susmentionnée, faite par le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Ryabkov, décrit très précisément l’évolution de la situation dans la mer de Chine méridionale (SCS). Et même lors de la propagation du nouveau Coronavirus à travers le monde, qui, à un degré ou à un autre, a eu un impact sur toutes les nations du SCS, la situation dans la région devient de plus en plus volatile et tendue. Les actions de Washington sont particulièrement alarmantes car les navires de la marine américaine, en grand nombre, naviguent dans la mer de Chine méridionale. Récemment, clairement dans le but de provoquer la Chine, le navire d’assaut amphibie USS America, le croiseur à missiles guidés Bunker Hill et le destroyer USS Barry ont navigué dans le SCS. Ils étaient accompagnés de la frégate HMAS Parramatta de la Royal Australian Navy. Selon le département américain de la Défense,

Au milieu des tensions qui ont surgi à la suite de la confrontation entre les deux puissances mondiales, les États-Unis et la Chine, qui se déroule également dans la mer de Chine méridionale, la politique suivie par le Vietnam, la nation la plus influente de la région, et sa réponse aux événements en cours sont tous des plus importants. Après tout, la position que le Vietnam, avec ses puissantes forces armées, décide de prendre aura un impact substantiel sur la manière dont le conflit se déroulera et sur la possibilité qu’il conduise à une nouvelle guerre à part entière.

Naturellement, il ne sert à rien de comparer la puissance de la marine populaire vietnamienne à celle de la marine de l’armée populaire de libération ou des forces navales américaines, néanmoins, il est clair que Hanoi est certainement capable de défendre ses intérêts et d’infliger des pertes considérables à son ennemi pendant un conflit armé. Quant à la politique relative à la confrontation en mer de Chine méridionale, les dirigeants vietnamiens ont décidé d’agir de manière responsable et de préserver la paix et la stabilité en essayant de résoudre la confrontation en cours par des moyens pacifiques uniquement.

En fait, la voie choisie constitue la base de la politique étrangère du Vietnam. Un autre aspect important de sa politique extérieure est la volonté de Hanoï de dépendre de partenaires éloignés pour affronter ses ennemis de plus près, une stratégie qui a fonctionné pour elle dans le passé. Pendant la guerre contre les États-Unis, l’allié du Vietnam «venu de plus loin» était l’URSS, qui, plus tard, en 1979, a pleinement rempli ses obligations envers le Vietnam. Actuellement, Washington cherche à s’associer avec ce pays d’Asie du Sud-Est, avec lequel il collabore activement dans les domaines économique et de la défense. Pourtant, le Vietnam comprend clairement qu’il y a des limites à une telle coopération, qui, néanmoins, du point de vue du maintien d’un certain équilibre des pouvoirs et des intérêts en ce qui concerne Hanoï, joue un rôle important. La nation doit faire preuve de prudence alors qu’elle développe des liens plus étroits avec les États-Unis. Après tout, Washington est capable d’utiliser la situation actuelle à son avantage, en particulier en faisant pression sur le Parti communiste et les dirigeants du gouvernement pour qu’ils adoptent une position plus ferme à l’égard de la RPC et coopèrent encore plus étroitement avec Washington dans le domaine de la défense et de la sécurité.

La politique complexe du Vietnam dans la mer de Chine méridionale implique également la pleine participation des États membres de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) afin d’encourager la stabilité et de réduire la volatilité dans la région SCS. À cet égard, beaucoup d’espoir repose sur la signature à l’avenir du Code de conduite de la mer de Chine méridionale. La rédaction du document a pris du temps, manifestement en raison des difficultés rencontrées dans le processus. Pourtant, le Vietnam a toujours plaidé pour son achèvement et son adoption.

Hanoï juge crucial de coopérer avec d’autres nations puissantes en Asie et en dehors de la région, ce qui peut également contribuer à apaiser les tensions dans la mer de Chine méridionale. L’auteur fait référence à l’Inde, à l’Australie, au Japon et à la Russie, pays avec lesquels le Vietnam jouit actuellement d’un haut niveau de coopération. Leur implication politique et économique dans la situation de SCS peut faire pencher la balance vers la paix et la stabilité.

Comme on peut le voir, la politique du Vietnam en mer de Chine méridionale vise à bien des égards à l’internationalisation du conflit et à sa résolution via une collaboration avec les puissances régionales et mondiales ainsi qu’avec les organisations internationales. Tous ces efforts, en grande partie, jouent un rôle décisif dans la préservation de la paix et dans l’empêchement d’une guerre à part entière dans la région. Il est impossible de ne pas féliciter les dirigeants vietnamiens pour leur persévérance alors qu’ils continuent de suivre la voie de la paix malgré tous les défis, tels que les pressions de l’intérieur et les provocations de l’extérieur. Les principales dispositions de ce cours de politique sont incluses dans de nombreux documents. Ils sont décrits de manière particulièrement détaillée dans la célèbre déclaration commune, publié à l’issue de la visite du secrétaire général du Parti communiste du Vietnam en Russie en septembre 2018. Selon ce document, les deux parties étaient unies dans leur conviction «que tout différend, y compris territorial, frontalier et autre en Asie -La région du Pacifique »devait être« résolue pacifiquement sans recourir à la force ni à la menace de recourir à la force, notamment par le biais de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 pour soutenir la paix et la stabilité ainsi que la libre et la sécurité de la navigation maritime et aérienne en la région ». La déclaration conjointe a également déclaré que la Russie et le Vietnam soutenaient et préconisaient «le plein respect de la Déclaration sur la conduite des Parties dans la mer de Chine méridionale», et se sont prononcés en faveur d’une adoption rapide de ce code de conduite par les parties en tant que document contraignant. En outre,

Depuis la publication de la déclaration, des événements qui ont considérablement augmenté la volatilité dans la mer de Chine méridionale et ont parfois provoqué un conflit à part entière semblent parfois inévitables dans la région. Malgré les défis les plus difficiles, les dirigeants vietnamiens ont réussi à rester fidèles à leur politique fondamentale de promotion de la paix et de la stabilité, démontrant ainsi leur plein engagement à prévenir les conflits, à apaiser les tensions et à trouver une solution juste aux conflits existants. Une telle position fait du Vietnam l’un des principaux garants de la paix et de la stabilité de nos jours dans la région de la mer de Chine méridionale.

Dmitry Mosyakov, professeur, docteur en sciences historiques, directeur du Centre pour l’Asie du Sud-Est, l’Australie et l’Océanie à l’Institut d’études orientales de l’Académie russe des sciences, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *