Prof. Jeffrey Sachs : « Washington méprise l’ONU »

 

Pour le professeur Jeffrey D. Sachs, la guerre en Ukraine aurait pu être évitée. D. R.

Mohsen Abdelmoumen :  J’ai vu votre intervention courageuse dans la chaîne Bloomberg le 4 octobre et je pense que le monde a besoin de voix sages et justes comme la vôtre. Vous y avez déclaré que les Américains étaient responsables du sabotage de Nord Stream 1 et 2. Que pouvez-vous nous dire à ce propos ?

Prof. Jeffrey Sachs : Le rôle des États-Unis n’est pas prouvé, mais il va de soi.  Seuls les États-Unis avaient le motif, les moyens et l’opportunité de le faire.  Ce genre de sabotage industriel fait partie de la tradition des opérations secrètes américaines.  Je pense que les Européens diront bientôt : « On ne sait pas qui l’a fait. »  Les États-Unis, bien sûr, n’enquêteront jamais.  Il est vraiment remarquable que Biden ait averti en février 2022 que si la Russie envahissait l’Ukraine, l’oléoduc serait fermé, et lorsqu’on l’a interrogé, il a déclaré que les États-Unis avaient les moyens de le faire.

Pourquoi les médias mainstream empêchent-ils les voix contradictoires de s’exprimer ? Ne pensez-vous pas que les grandes victimes de la propagande de ces médias dominants sont la démocratie et la liberté d’expression dont ils se targuent pourtant d’être les champions ?

Les grands médias sont en grande partie les porte-paroles de la politique officielle.  Il existe une profonde imbrication entre le pouvoir de l’État et celui des grandes entreprises (qui possèdent les médias grand public).  Les médias n’aiment pas présenter des points de vue opposés, et le gouvernement, bien sûr, considère les médias comme une occasion de « vendre » son message, ce que l’on appelle aussi la propagande d’État.

Quel est d’après vous l’impact sur l’économie mondiale des sanctions économiques occidentales contre la Russie ?

Avant tout, les sanctions ont eu un effet dévastateur sur l’Europe qui traverse aujourd’hui une crise économique profonde.  Elles ont nui à l’économie mondiale de manière plus générale, avec des conséquences très dures pour de nombreux pays en développement.  À mon avis, elles sont malavisées.  J’ai averti dès le début que les sanctions ne parviendraient pas à atteindre les objectifs fixés.

Ces sanctions économiques contre la Russie ne sont-elles pas contre-productives ?

Toute la guerre est désastreuse, y compris le régime de sanctions.  La guerre aurait pu être évitée si les États-Unis avaient accepté de ne pas étendre l’OTAN, ce qui constitue la principale provocation envers la Russie.  Bien sûr, il y a aussi des problèmes internes en Ukraine, entre l’Ukraine orientale et l’Ukraine occidentale, mais ceux-ci auraient également pu être réglés, par exemple sur la base de l’accord de Minsk II.

Comment voyez-vous l’issue de cette guerre en Ukraine ?

Il n’y a qu’une seule solution pour éviter un désastre nucléaire : un règlement négocié dans lequel l’Ukraine est neutre et bénéficie de garanties de sécurité de la part du Conseil de sécurité des Nations unies et d’autres pays, et dans lequel l’OTAN ne s’étend pas à l’Ukraine et à la Géorgie.  La Russie procédera à une escalade afin d’empêcher l’expansion de l’OTAN.

A votre avis, sommes-nous à l’abri d’une guerre nucléaire ?

Non, nous ne sommes pas en sécurité. Comme Biden l’a dit à juste titre la semaine dernière, nous sommes plus proches de l’Armageddon nucléaire qu’à aucun autre moment depuis la crise des missiles de Cuba. La crise des missiles cubains a été résolue par la diplomatie et le compromis, pas par la guerre.  Cette crise devrait également être résolue par la diplomatie et le compromis.

A votre avis, un monde multipolaire débarrassé de l’hégémonie US ne serait-il pas profitable pour tous les pays ?

Nous avons besoin d’un monde qui fonctionne selon la Charte des Nations unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme, et dans lequel les puissances nucléaires éliminent les armes nucléaires comme elles sont tenues de le faire en vertu du traité de non-prolifération nucléaire.  L’hégémonie d’un pays n’a ni sa place ni sa raison d’être.

Vous connaissez très bien l’ONU grâce à votre fonction de consultant auprès de plusieurs secrétaires généraux. A votre avis, ne faudrait-il pas réformer l’ONU ? Sachant que beaucoup de résolutions sont bafouées et que certains pays se sentent au-dessus des lois, l’ONU est-elle encore utile aujourd’hui ?

L’ONU est vitale pour notre survie.  Malheureusement, les États-Unis traitent l’ONU avec mépris depuis des décennies, ne ratifiant pas et n’honorant pas les traités de l’ONU, et ne respectant pas le Conseil de sécurité de l’ONU, comme lors des guerres menées par les États-Unis en Irak, en Syrie et en Libye.  Bien sûr, toutes les grandes puissances devraient respecter le Conseil de sécurité de l’ONU, et le CSNU devrait être un lieu de délibération, et pas seulement d’injures et de positions.  Comme cela est discuté depuis des décennies, le CSNU devrait également être réformé pour représenter un monde très différent de celui de 1945.

Récemment, des sénateurs et députés américains ont demandé à Antony Blinken de prendre des sanctions à l’encontre de l’Algérie parce qu’elle achète de l’armement russe : https://mcclain.house.gov/press-releases?ID=86A55993-9A60-4129-ACDC-5D34154A07EA. Pensez-vous que ce soit le rôle d’un député ou d’un sénateur, qui sont élus par le peuple, de s’ingérer dans les affaires internes d’un pays tiers ? Comment expliquez-vous cette arrogance de ces sénateurs et députés US ? Je vous avoue qu’en tant qu’Algérien, je suis scandalisé par cette attitude belliqueuse.

Le gouvernement américain est beaucoup trop arrogant pour son propre bien.  Il croit vraiment à son propre communiqué de presse, selon lequel les États-Unis dirigent le monde.  Ce n’est pas le cas, et ce ne devrait pas être le cas.

Vous et votre confrère Neil Harrison vous êtes associés le 19 mai dernier pour lancer un appel au sein du journal Proceedings of the National Academy of Sciences, demandant une enquête indépendante sur l’origine du virus SARS-CoV-2. Par ailleurs, lors d’un débat le 14 juin dernier, au Gate Center en Espagne, vous avez fait une déclaration très importante selon laquelle vous vous dites convaincu, sachant que vous avez été président de la commission du Lancet sur le covid pendant deux ans, que le virus serait une erreur de la biotechnologie et non un accident naturel, et que le laboratoire en question serait américain. Y a-t-il eu des suites par rapport à votre demande d’enquête indépendante sur les origines du virus ? Et selon vous, qui a intérêt à cacher la vérité ?

Les États-Unis ont développé une biotechnologie avancée pour manipuler des virus semblables à celui du SRAS et ont financé des projets américano-chinois visant à prendre des virus naturels et à les manipuler avec la possibilité de les rendre beaucoup plus dangereux.  Il s’agissait d’un travail imprudent, promu par les Instituts nationaux de la santé des États-Unis.  Ils pourraient bien être à l’origine de la pandémie.  Nous ne le savons pas encore. Nous savons cependant que les NIH (National Institutes of Health = Instituts nationaux de la Santé) ont fait tout leur possible pour empêcher une enquête honnête visant à déterminer si la science américaine a contribué à la pandémie.  C’est une honte, et ce genre de comportement sournois doit cesser.  Nous avons un besoin urgent de transparence.


Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen


Qui est le Professeur Jeffrey Sachs ?

Jeffrey D. Sachs est un économiste de renommée mondiale, un auteur à succès, un éducateur innovant et un leader mondial du développement durable.  Il est largement reconnu pour ses stratégies audacieuses et efficaces pour relever des défis complexes tels que la lutte contre l’extrême pauvreté, la lutte contre le changement climatique d’origine humaine, les crises financières et de la dette internationale, les réformes économiques nationales, et le contrôle des maladies pandémiques et épidémiques.

Jeffrey Sachs est le directeur du Centre pour le développement durable de l’université de Columbia, où il occupe le poste de professeur d’université, le plus haut rang académique de l’université. Sachs a été directeur de l’Institut de la Terre de l’université Columbia de 2002 à 2016. Il est président du réseau de solutions pour le développement durable des Nations unies, président de la commission Lancet COVID-19, co-président du Conseil des Ingénieurs pour la Transition Energétique, académicien de l’Académie Pontificale des Sciences Sociales du Vatican, commissaire de la Commission des Nations unies pour le développement, Tan Sri Jeffrey Cheah, professeur honoraire distingué à la Sunway University, et défenseur des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) auprès du secrétaire général des Nations unies, António Guterres. De 2001-18, Jeffrey Sachs a été conseiller spécial des secrétaires généraux des Nations unies Kofi Annan (2001-7), Ban Kimoon (2008-16) et António Guterres (2017-18).

Sachs est l’auteur et l’éditeur de nombreux ouvrages, dont trois best-sellers du New York Times : The End of Poverty (2005), Common Wealth : Economics for a Crowded Planet (2008), et The Price of Civilization (2011). Parmi ses autres ouvrages, citons To Move the World: JFK’s Quest for Peace (2013), The Age of Sustainable Development (2015), Building the New American Economy : Smart, Fair & Sustainable (2017), A New Foreign Policy : Beyond American Exceptionalism (2018), et plus récemment, The Ages of Globalization: Geography, Technology, and Institutions (2020).

Jeffrey Sachs est le lauréat 2022 du prix Tang pour le développement durable et a été le corécipiendaire du Blue Planet Prize 2015, le principal prix mondial pour le leadership environnemental. Il a été nommé à deux reprises parmi les 100 leaders mondiaux les plus influents du magazine Time. Le Professeur Sachs a reçu 40 doctorats honorifiques et a été décoré récemment de la Légion d’honneur par décret du président de la République française et de l’Ordre de la Croix d’Estonie.

Avant de rejoindre Columbia, Jeffrey Sachs a été pendant plus de vingt ans professeur à l’Université de Harvard, dernièrement en tant que Galen L. Stone Professor of International Trade. Originaire de Détroit, Michigan, J. Sachs a obtenu son B.A., son M.A. et son doctorat à Harvard.

Le site web du Professeur Sachs : https://www.jeffsachs.org/


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.