Qu’est-ce qui a motivé les réussites économiques de l’Asie et que devrait imiter l’Afrique?

Getty Images
Les pays d’Asie de l’Est ont considéré le Japon comme un modèle de réussite.

La remarquable transformation économique de l’Asie au cours des dernières décennies a attiré l’attention du monde entier. Il a déclenché des débats scientifiques et politiques sur les modèles et stratégies de développement de la région.

Les décideurs africains n’ont pas été à l’abri de la fascination mondiale pour le «miracle asiatique». Les dirigeants et responsables africains ont ces dernières années entrepris un flux constant de visites d’étude dans des pays comme la Chine, Singapour, la Corée du Sud et le Vietnam.

Quelles leçons les pays africains peuvent-ils tirer des succès et des échecs de l’Asie? Et comment peuvent-ils imiter ces succès et éviter les erreurs commises par leurs pairs asiatiques? Telles sont les deux questions clés auxquelles le livre L’aspiration asiatique – Pourquoi et comment l’Afrique devrait émuler l’Asie cherche à répondre. Co-écrit par Greg Mills Olusegun Obasanjo , Hailemariam Desalegn et Emily van der Merwe , le livre est divisé en deux parties.

La première partie présente les «histoires de croissance» de 10 pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est asiatique. Ce sont le Japon, Taiwan, Singapour, la Corée du Sud, les Philippines, la Malaisie, l’Indonésie, la Thaïlande, la Chine et le Vietnam. Il analyse les trajectoires de développement de ces pays, soulignant ce qu’ils ont bien fait pour alimenter leur ascension ainsi que leurs faux pas politiques. La deuxième section traite de cinq leçons pour réussir en Asie et les éclaire avec des exemples comparatifs d’Asie et d’Afrique.

Le livre note les différences entre l’Asie et l’Afrique, et l’importance de la différenciation. Mais il conclut en demandant ce que Lee Kuan Yew aurait pu faire s’il s’était retrouvé à la tête de l’Afrique. Lee était le formidable homme d’État qui a présidé au changement de fortune de Singapour de 1959 à 1990.

Pas un miracle, mais des étapes délibérées

Le livre identifie quelques parallèles entre l’Afrique et l’Asie de l’Est. Il s’agit notamment d’un héritage colonial, d’une composition complexe de groupes ethniques ainsi que d’un sous-développement humain et institutionnel.

Le livre attire également l’attention sur les différences entre les deux. Celles-ci sont enracinées dans la façon dont l’économie politique de l’Afrique a évolué après l’indépendance. Cela a été caractérisé par le clientélisme,

la gestion de l’accès de l’élite et des préférences en échange d’un soutien, conduisant à la «recherche de rente» – la création de richesse non pas par l’investissement mais par les connexions de groupes organisés.

En revanche, l’histoire du développement en Asie de l’Est a été définie par l’unité de vues entre les dirigeants de plusieurs pays. Elle a également été caractérisée par l’utilisation délibérée de moyens institutionnels et constitutionnels pour élargir les opportunités au-delà d’une petite élite. Cela ne signifie pas que ces pays ont été isolés ou épargnés des maux de la mauvaise gouvernance. Les expériences de l’Indonésie et des Philippines, par exemple, démontrent l’influence funeste de la corruption, du copinage, des institutions fragiles et du populisme sur la gouvernance.

Les auteurs soulignent l’importance de différencier les pays d’Asie de l’Est – et au sein de ceux-ci – en se fondant sur des facteurs tels que la langue, la religion, la richesse économique, les systèmes de gouvernance et les clivages urbain-rural. Ils soutiennent, à l’aide de 10 études de cas, que les changements phénoménaux qui ont eu lieu en Asie de l’Est ne sont pas le produit d’un «miracle». Ils sont le résultat d’actions politiques calculées.

Ils identifient les principes vitaux du leadership, les choix politiques et les compromis qui doivent être faits, et l’exécution des politiques qui est nécessaire.

Le cas du Japon

Les pays d’Asie de l’Est ont considéré le Japon comme un modèle de réussite. Le Japon représente la puissance de l’exemple et de l’innovation. Le processus d’industrialisation du pays est emprunté à un mélange de modèles d’industrialisation américains, britanniques et allemands.

La technocratie japonaise, dirigée par le ministère du Commerce international et de l’Industrie (MITI), a joué un rôle clé dans l’extraordinaire ascension du pays dans la période d’après-guerre. Au cœur du développement du pays se trouvait une étroite collaboration entre le gouvernement et les entreprises, facilitée et guidée par le MITI.

Ce prototype gouvernement-entreprise a ensuite été copié par Taiwan et la Corée du Sud.

Le succès de Taiwan peut être attribué à sa capacité à moderniser son économie grâce à la stabilité macro-économique, à une planification minutieuse et à l’institutionnalisation. Pour sa part, la Corée du Sud a réussi à faire la transition d’une société agraire à une société de haute technologie. Dans les deux pays, le secteur des entreprises était au cœur des efforts d’industrialisation.

Dans le cas de la Chine, les auteurs reconnaissent les progrès impressionnants accomplis par le pays. Mais ils soutiennent que son expérience de développement n’offre pas un modèle sans faille de gouvernance africaine. Cela pourrait décevoir plusieurs décideurs africains amoureux du modèle de développement chinois.

La méritocratie de Singapour

Le succès de Singapour est vénéré dans toute l’Afrique. La cité-État a profité de la crise résultant de sa séparation de la Fédération malaisienne en 1965 pour se concentrer sans relâche sur la croissance et le développement nationaux.

Singapour incarne le summum de la domination technocratique. Son succès repose sur la règle des experts, l’accent mis sur le talent méritocratique et la réflexion à long terme. La performance du leadership n’est pas négociable. Comme l’a déclaré un universitaire singapourien interrogé pour le livre:

La réalité est que les dirigeants d’Asie de l’Est doivent être performants, même dans un contexte autoritaire, car leur légitimité et leur mandat sont dus à leur croissance réussie, même en l’absence d’élections libres et équitables.

Comme Singapour, la Corée du Sud avait un leader autoritaire à Park Chung-hee .

Mais les auteurs mettent en garde contre l’accent mis sur l’autoritarisme comme raison de la croissance et de la transformation rapides de ces pays. Ils citent d’autres facteurs clés de succès, notamment une fonction publique méritocratique, une habileté à fusionner les composants politiques et experts du système de gouvernement et le pragmatisme politique.

Ces pays accordent également une grande importance au travail acharné, à la discipline, à l’éducation, à l’innovation, à l’incitation et à la croissance. Ces expériences ont été absorbées et reproduites par d’autres pays de la région, le Vietnam en étant un exemple.

Le livre présente cinq leçons pour l’Afrique du succès de l’Asie. Ceux-ci sont encapsulés sous les en-têtes:

  • La prime du leadership et des institutions;
  • Ne soyez pas prisonnier du passé;
  • Obtenez les bonnes bases pour la croissance;
  • Construire et intégrer;
  • Ouvrez-vous pour garder le contrôle.

Appel à l’action

Ce livre méticuleusement recherché, bien écrit et axé sur les solutions est un appel à l’action. Il exhorte les dirigeants africains et les autres acteurs à éviter les mentalités paroissiales et les dogmes idéologiques, et à adopter des politiques qui donnent la priorité aux intérêts collectifs de leurs nations. Il ne se limite pas à fournir un diagnostic des problèmes qui affligent l’Afrique. Il propose également des idées bien réfléchies et testées sur la manière dont le continent peut les surmonter.

Le livre a été publié avant l’éclosion de la pandémie mondiale de coronavirus, qui a causé des dommages sociaux et économiques importants à travers le monde, y compris en Afrique. Cela rend son message encore plus pertinent et urgent, étant donné le besoin urgent pour les pays africains de mettre en œuvre des réformes institutionnelles et politiques pour contrer les effets de la pandémie.

L’Asie a sorti un milliard de personnes de la pauvreté en une seule génération grâce à des politiques de croissance inclusive et durable. Comme le notent les auteurs, l’Afrique n’est ni un continent de désespoir chronique ni un continent d’optimisme débridé. Avec le leadership, la mentalité et les politiques appropriés, les pays africains peuvent atteindre, voire dépasser, les succès étonnants enregistrés par leurs homologues asiatiques.

Ils ne peuvent pas reproduire le chemin du développement asiatique, mais ils peuvent apprendre des expériences de leurs pairs, éviter leurs erreurs et reproduire leurs succès.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *