La Russie a aussi son OTAN et elle s’appelle l’OTSC

Cinq pays d’Asie centrale, peu peuplés et dotés de faibles forces armées, sont les alliés inconditionnels de Moscou
otan-rusia
PHOTO/CSTO  –   Le traité de sécurité collective dirigé par la Russie, auquel appartiennent l’Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan, approche de son 30e anniversaire depuis sa signature à Tachkent le 15 mai 1992.

Le défi ferme et inébranlable lancé par le président Vladimir Poutine à l’administration Biden pour empêcher l’Ukraine d’être accueillie à bras ouverts par l’OTAN est un casus belli pour la Russie. Mais c’est aussi un casus belli pour l’Organisation du traité de sécurité collective, une alliance militaire dirigée par Moscou qui existe depuis près de 30 ans mais qui est inconnue de la grande majorité des Espagnols et des citoyens du monde.

On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une organisation directement antagoniste à l’Alliance atlantique, ni que son potentiel militaire soit comparable à la structure de défense euro-américaine dirigée par les États-Unis. Mais on ne peut négliger l’importance stratégique du traité de sécurité collective, qui remonte au 15 mai 1992, date à laquelle il a été signé dans la capitale de l’Ouzbékistan et est donc également connu sous le nom de pacte de Tachkent. 

otan-rusia
PHOTO/AP – En octobre 2002, l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), le bras armé du pacte euro-asiatique dirigé par la Russie, a été créée. Sa structure ressemble à celle de l’OTAN dirigée par les États-Unis.

La signature du traité, auquel ont adhéré dans un premier temps les républiques d’Arménie, du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan – et peu après l’Azerbaïdjan, le Belarus et la Géorgie – était une solution d’urgence. Elle a été fondée par le président russe de l’époque, Boris Eltsine, en réponse à l’autodissolution, le 1er juillet 1991, du traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle de mai 1955, plus connu sous le nom de pacte de Varsovie, qui permettait à l’Allemagne de l’Est, à la Bulgarie, à la Tchécoslovaquie, à la Hongrie, à la Pologne et à la Roumanie d’échapper aux griffes soviétiques.

Avec ce nouveau traité, le leader russe extraverti, l’un des architectes de la dissolution de l’Union soviétique et de l’indépendance de ses 15 républiques, a obtenu une alliance des nations aux mains des anciens dirigeants communistes, leur garantissant leur maintien au pouvoir, comme cela a été le cas dans la plupart des cas. Dans le même temps, Eltsine consolide une partie du marché des armes et des biens de consommation de la Grande Russie. Mais peu après la signature, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Ouzbékistan ont quitté la coalition.

La consolidation de l’Alliance a eu lieu en octobre 2002 avec la création de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Son entrée en vigueur le 18 septembre 2003 a donné vie au bras armé du pacte euro-asiatique dirigé par la Russie, dont le contenu présente de nombreuses similitudes avec l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dirigée par les États-Unis.

otan-rusia
PHOTO/Kremlin – Le dernier sommet des présidents s’est tenu par vidéoconférence le 10 janvier avec la participation du secrétaire général et a permis de discuter de l’intervention de l’OTSC au Kazakhstan et de la question de l’Ukraine.
 Prévenir les agressions et combattre le terrorisme

L’objectif des forces militaires envisagées dans le système de sécurité collective régionale de Moscou est large. Elles visent évidemment à prévenir, contrer et, si nécessaire, repousser les menaces et attaques armées contre un ou plusieurs États membres de l’OTSC. Mais leur spécificité réside dans le fait qu’ils incluent la lutte contre le terrorisme international, le trafic d’armes, de munitions et toute forme de criminalité transnationale organisée. 

Vladimir Poutine a proposé un plan jusqu’en 2025 pour intensifier la coopération militaire entre les membres, faire participer des pays tiers et augmenter les opérations de maintien de la paix sous le drapeau de l’ONU. Elle vise également à intensifier la lutte contre le trafic de drogue en provenance d’Afghanistan, ainsi qu’à prévenir et à combattre l’infiltration de l’islam radical dans les États membres, car trois de ses cinq alliés sont en grande majorité musulmans.

otan-rusia
PHOTO/Stratfor – Aucun des cinq alliés de Moscou au sein de l’OTSC n’étant enclavé, la seule marine de la coalition est celle de la Russie. C’est pourquoi les exercices navals en mer Noire sont menés avec les autres partenaires de Moscou.
PUBLICIDAD

L’article 11 de l’OTSC définit les organes de sa structure, qui sont très proches de ceux de l’OTAN. Au sommet se trouve le Conseil des chefs d’État, suivi en importance par les ministres des Affaires étrangères, les ministres de la Défense, le comité des secrétaires des conseils de sécurité de chaque pays membre, une assemblée parlementaire et un conseil permanent, dont les organes de travail sont le secrétaire général et les chefs d’état-major interarmées, tous deux basés à Moscou.

Le secrétaire général est le plus haut fonctionnaire de l’organisation et est élu pour un mandat de 3 ans. Depuis janvier 2020, il s’agit du lieutenant général de l’armée biélorusse Stanislav Zas, 58 ans, une figure très respectée de la coalition. Sa composante militaire opérationnelle est l’état-major interarmées, qui, depuis novembre 2015, est sous le commandement du général russe Anatoly Alexevich Sidorov, 63 ans, ayant une expérience du combat dans les guerres d’Afghanistan et de Tchétchénie. Responsable de la planification, de l’organisation, de la préparation et de la conduite des opérations militaires, elle dispose d’un centre de réaction aux crises pour assurer le commandement et le contrôle des décisions.

La structure de coopération militaire régionale a permis au Kremlin d’installer des radars et des centres de communication militaire sur le territoire de ses cinq alliés, ainsi que d’établir des bases et des casernes pour les unités terrestres, aériennes et navales. Elle a également facilité la mise en place des forces collectives de déploiement rapide dans la région d’Asie centrale, qui se rendront partout où les six alliés conviendront d’intervenir. Les avions de transport, en revanche, seront fournis par la Russie.

otan-rusia
PHOTO/CSTO – Le général de corps d’armée biélorusse Stanislav Zas, 58 ans, est le secrétaire général de l’Alliance depuis janvier 2020. Notez que l’emblème de l’OTSC ressemble fortement à celui de l’OTAN.
 Les Alliés sont passés de la ligne de front à l’arrière

Le principal protagoniste de l’organisation de la défense est sans aucun doute la Russie, qui compte plus de 146 millions d’habitants et possède les forces armées les plus importantes, avec près d’un million de soldats. Doté d’un grand potentiel technologique sur terre, en mer et dans les airs, d’une variété de systèmes d’armes nucléaires et de ressources spatiales et de cyberdéfense efficaces, le Kremlin est le rouage sur lequel repose la défense et la sécurité des frontières des nations adhérant au pacte de Tachkent.

Les autres pays de la coalition sont des nouveaux venus de la fin de l’année 1991, avec de petites populations et des forces armées réduites et mal équipées. L’article 4 du Traité de sécurité collective stipule que si l’un des Etats membres subit une agression « sous la forme d’une attaque armée qui menace la sécurité, la stabilité, l’intégrité territoriale ou la souveraineté », il est considéré comme tel par tous les Etats membres du Traité qui, à sa demande, « lui fourniront l’assistance nécessaire et immédiate, y compris une assistance militaire ».

otan-rusia
PHOTO/TASS-Sergei Malgavko – L’épine dorsale absolue de l’organisation de la défense est constituée par les forces armées russes, dont la puissance terrestre, navale et aérienne et le rideau de missiles sécurisent les frontières des nations du Pacte de Tachkent.

Mais en cas d’attaque présumée de l’OTAN contre la Russie, les armées de l’Arménie, du Belarus, du Kazakhstan, du Kirghizstan et du Tadjikistan ne peuvent pas faire grand-chose pour aider leur patron. Le Belarus européen, qui ne compte que 9,5 millions d’habitants, est dirigé depuis juillet 1994 par un ancien militaire soviétique de 67 ans, Alexandre Loukachenko, un allié fidèle de Vladimir Poutine. Mais elle ne dispose pas de 80 000 militaires.

Les 3 millions d’habitants de la minuscule Arménie, qui est avec la Biélorussie le seul des cinq alliés de Moscou à avoir une majorité chrétienne orthodoxe, sont dirigés depuis avril 2018 par le physicien Armen Sarkissian. Mais ses 50 000 combattants sont épuisés après avoir subi les conséquences négatives de son conflit avec l’Azerbaïdjan voisin. 

otan-rusia
PHOTO/TASS – Les unités des États membres de l’OTSC participent aux défilés du mois de mai sur la Place Rouge de Moscou, qui commémorent la victoire sur l’Allemagne en 1945. Sur la photo, on voit une formation du Kazakhstan, l’un des fidèles alliés de la Russie.

Les 19 millions de citoyens du riche Kazakhstan sont présidés par Kassym-Jomart Tokayev, 68 ans, au pouvoir depuis mars 2019. Il dispose d’un peu plus de 100 000 soldats sur un territoire cinq fois plus grand que l’Espagne. À tel point qu’au début du mois de janvier, il a dû demander l’aide de l’OTSC pour réprimer les manifestations contre la hausse des prix du carburant. Il s’agissait de la première intervention de l’Organisation, qui a envoyé quelque 3 600 soldats, dont 3 000 parachutistes russes et le reste composé d’Arméniens, de Biélorusses, de Kirghizes et de Tadjiks, qui se sont déjà retirés après avoir rétabli l’autorité du président Tokayev.

Le dirigeant du Tadjikistan depuis novembre 1992 est l’économiste Emomali Rahmonov, âgé de 69 ans, qui est à la tête d’une nation de quelque 10 millions d’habitants et dont la composante militaire compte moins de 17 000 soldats. Au Kirghizstan, une nation de 6,5 millions de citoyens, le populiste Sasyr Japarov, 53 ans, dont le potentiel armé s’élève à environ 25 000 militaires, est au pouvoir depuis janvier 2021. En bref, avec le Pacte de Varsovie, le Kremlin avait ses alliés aguerris en première ligne contre l’OTAN. Avec le pacte de Tachkent, elle les a laissés derrière elle, à l’exception de la Biélorussie, et ils sont peu nombreux et mal armés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

العربية AR 简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES Tiếng Việt VI