Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc

ILES CANARIES- La formation politique espagnole Podemos a dénoncé « les politiques expansionnistes de Rabat » dans les eaux territoriales sahraouies, tout en exhortant le gouvernement espagnol en collaboration avec le gouvernement des îles Canaries de lancer des actions pour freiner « cette manœuvre marocaine ».

« Nous ne permettrons pas que nos eaux marines soient touchées par le Maroc, et nous exigeons que la médiane établie jusqu’à aujourd’hui soit respectée », a-t-on indiqué dans un communiqué publié jeudi par la formation politique.

« De Podemos Canarias, nous rejetons la politique expansionniste du Maroc, non seulement avec nos eaux, mais avec les eaux du Sahara occidental, un territoire non autonome en attente de décolonisation, un conflit qui dure depuis 43 ans », a souligné dans le tetxe, Francisco Lopez, secrétaire régional de Podemos.

La formation présidée par le vice-président du gouvernement espagnol, Pablo Iglesias, a rappelé dans le communiqué « les différents arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne qui interdisent la commercialisation avec des ressources sahraouies ».

Selon des sources médiatiques, le Parlement marocain a approuvé « deux projets de loi relatifs à la création de la zone économique exclusive et à la délimitation des frontières maritimes, étendant la zone exclusive illégale à Lagüera, aux zones occupées du Sahara occidental, et partie des eaux proches des îles Canaries que l’Espagne considère dans sa zone économique exclusive ».

Face à une telle atteinte à la légalité internationale, le Front Polisario a exprimé sa condamnation énergique « des manoeuvres du Maroc et a déploré la soumission de l’Espagne au régime de Mohamed VI ». « Faire plus de concessions par le gouvernement espagnol ne fera qu’encourager le Maroc à persister dans son expansionnisme que le peuple sahraoui continue de subir depuis que le Maroc a occupé le Sahara occidental par la force en octobre 1975 avec la complicité des autorités espagnoles de l’époque », a dénoncé le Front Polisario.

Dans une déclaration à l’Agence sahraouie SPS, le coordinateur sahraoui auprès de la Minurso, M’hamed Kheddad, a dénoncé cette dernière « loi marocaine expansionniste » qui vise à annexer les eaux territoriales sahraouies, soulignant que cette loi n’a aucune base légale.

« Nous condamnons fermement ces projets de loi marocains qui ne sont rien d’autre qu’un nouvel épisode d’expansionnisme marocain dont toute la région souffre », a souligné M. Kheddad, coordinateur sahraoui auprès de la mission de l’ONU pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental.

M’hamed Kheddad a soutenu que « cet acte intervient également dans le cadre de la campagne désespérée menée par le Maroc pour légitimer son occupation illégale de parties du Sahara occidental par des pots-de-vin et l’implication d’entités étrangères dans leur aventure coloniale dans la partie occupée de notre territoire national ».

« La loi marocaine expansionniste, qui vise également à annexer les eaux territoriales adjacentes aux îles Canaries et à d’autres territoires espagnols, est également une conséquence directe de l’échec de l’Espagne, en tant que puissance administrante du Sahara occidental, à s’acquitter de sa responsabilité juridique et historique de décoloniser le territoire sahraoui conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies d’une part, et la soumission injustifiée de l’Espagne à la politique de chantage marocaine, d’autre part », a-t-il souligné.

>> Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination


Lire aussi :

>> Sahara occidental: les décisions de la Centrafrique et Sao Tomé-et-principe, une violation du droit international


>> Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée


>> Ouverture de consulats au Sahara occidental: l’UA appelée à prendre des mesures d’urgence


23.01.2020

Le Maroc intègre les eaux du Sahara occidental à son espace maritime

Les lois établissant la compétence juridique du Maroc sur l’espace maritime allant de Tanger à Lagouira, à la frontière mauritanienne, ont été votées le 22 janvier à l’unanimité par les députés. Menaçant de saisir la justice internationale, le Front Polisario estime que cette décision «n’aura aucun effet légal».

Le Maroc a intégré le 22 janvier les eaux du Sahara occidental à son espace maritime, en votant deux lois qui renforcent sa tutelle sur cette ancienne colonie espagnole au statut toujours indéfini.

«Ces lois visent à réactualiser l’arsenal juridique national», en phase avec «la souveraineté totale du royaume sur ses frontières effectives, terrestres et maritimes», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avant l’adoption du texte par le Parlement à Rabat.

Les lois établissant la compétence juridique du Maroc sur l’espace maritime allant de Tanger (nord) à Lagouira, à la frontière mauritanienne, ont été votées à l’unanimité par les députés et saluées par des applaudissements.

«Aucun effet légal»

Dans une déclaration écrite à l’AFP, reçue à Alger, le Front Polisario, qui réclame l’indépendance du Sahara occidental, a estimé que la décision du Maroc n’aurait «aucun effet légal» et a menacé de saisir le tribunal international du droit de la mer. «Il ne s’agit que de propagande, dénuée de toute valeur juridique internationale», a réagi Mhamed Khadad, un membre de la direction de ce mouvement.

La question du statut du Sahara occidental, toujours classé «territoire non autonome» par l’Onu en l’absence d’un règlement définitif, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Polisario, soutenus par l’Algérie.

Cette vaste étendue désertique bordée sur environ 1.000 km par l’Atlantique est en grande partie contrôlée par le Maroc, qui veut une «autonomie sous contrôle» pour la zone qu’il considère comme sienne, précise l’AFP.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *