Travail au Maroc : «55,2% ne disposent d’aucun contrat» les reliant à leur employeur, selon le Haut-Commissariat au plan

    Par
 

Le Haut-Commissariat au plan (HCP) marocain affirme dans une note publiée sur son site que plus de la moitié des travailleurs marocains n’ont pas de contrat les reliant à leur employeur, et que moins de 50% d’entre eux bénéficient d’une couverture maladie. Enfin, près d’un quart seulement sont affiliés à un système de retraite.

Dans sa note sur les principales caractéristiques de la population active occupée en 2020 au Maroc publiée sur son site, le Haut-Commissariat au plan (HCP) fait état d’une économie nationale dominée à plus de 50% par l’informel.

Le HCP affirme que «plus de la moitié des salariés (55,2%) ne disposent d’aucun contrat formalisant leur relation avec l’employeur (54,9% en 2019)».

Il ajoute qu’un «peu plus du quart (26,4%) disposent d’un contrat à durée indéterminée, 12,2% d’un contrat à durée déterminée et 6,2% d’un contrat verbal». «La part des salariés ne disposant d’aucun contrat s’élève à 43,2% parmi les femmes, contre 58,2% parmi les hommes, respectivement 43% contre 58% en 2019».

Quid de la sécurité sociale et de la retraite?

Par ailleurs, le HCP souligne qu’en 2020, «seul le quart des actifs occupés (24,7%) bénéficient d’une couverture médicale liée à l’emploi (36,6% dans les villes et 8,2% à la campagne) contre 24,1% en 2019, 36,4% en milieu urbain et 7,8% en milieu rural».

L’institution précise qu’«un peu moins de la moitié (46,1%) des salariés bénéficient d’une couverture médicale assurée par l’employeur».

Dans le même sens, le Haut-Commissariat au plan indique que «près d’un actif occupé sur quatre (24,1%) est affilié à un système de retraite, 36,3% en milieu urbain et 7,1% en milieu rural». «Le taux de couverture par un système de retraite est légèrement plus élevé parmi les femmes que les hommes, respectivement 27,5% et 23,1%», poursuit-il.

Enfin, le HCP informe que «parmi les actifs occupés exerçant dans le secteur de l’ »agriculture, forêt et pêche », 80,8% n’ont aucun diplôme». «Cette proportion atteint 59,2% dans le secteur des BTP, 45,2% dans l’industrie (y compris l’artisanat) et 37,4%dans les services», conclut-il.


   Un reportage du Monde décrit la grande misère qui sévit dans le nord du Maroc

Marooc Marocains du Nord
Les Marocains du Nord privés de contrebande. D. R.

Par Abdelkader S. – «Nous n’avons plus aucun revenu», crient les Marocains du Nord qui se plaignent de ce que l’arrêt de la contrebande a plombé l’économie dans cette région du royaume alaouite. «La fermeture de la frontière avec l’enclave espagnole de Ceuta pour cause de Covid-19, il y a un an, a mis fin au commerce atypique qui faisait vivre la région de Fnideq», rapporte le journal français Le Monde qui a dépêché un journaliste pour constater la situation intenable sur place.

Après le verrouillage hermétique de la frontière algérienne, les Marocains, abandonnés à leur sort par le Makhzen, survivent difficilement et font part de leur grand mécontentement en occupant la rue sous un blackout médiatique total. «Les habitants de la petite ville côtière de Fnideq ont manifesté pour la deuxième semaine» et organisé «un sit-in non autorisé avait été organisé devant la mosquée Mohammed-V, demandant la mise en place d’alternatives après l’arrêt de l’activité de contrebande au poste frontalier de Bab Sebta», écrit l’envoyée spéciale du Monde.

«Toute la région dépend des échanges avec Ceuta et Melilla, plus à l’est, et notamment de la contrebande», souligne le quotidien français qui fait parler des Marocains qui n’ont «plus aucun revenu». «Nous avons faim», témoigne une habitante de Fnideq qui se plaint de ce que «personne ne nous écoute, même pas au Parlement». «La rue, c’était notre dernier recours», explique-t-elle. Ces citoyens affirment ne pas quémander quelque aide et exigent «de vraies actions pour la création d’emplois». La misère est telle, décrit-on, que «certains ont vendu leur réfrigérateur, leurs matelas ou leurs vêtements pour pouvoir nourrir leur famille». Une association locale apprend à la journaliste que dans le souk local, 40% des commerces ont baissé rideau.

Les organisations marocaines des droits de l’Homme ont dénoncé l’arrestation de jeunes manifestants et leur condamnation par la justice, fustigeant «des autorités particulièrement agressives» et estimant que «ces jeunes n’ont rien fait de mal».

Fnideq est connue pour ses femmes portant de lourds sacs sur le dos et traversant la frontière avec l’Espagne, ployant sous quatre-vingt kilos de marchandises, poids maximum autorisé par les douanes espagnoles. Seul moyen de survie pour les habitants de cette ville qui affirment ne pas pouvoir vivre sans la contrebande. «Même si la crise n’a pas épargné l’économie de Ceuta, l’enclave espagnole reste, aux yeux de beaucoup, la seule issue», commente l’envoyée spéciale du Monde.

A. S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.