France / Zemmour vient cristalliser la haine de la liberté d’expression», selon Me Thibault Mercier

Follow by Email
Facebook
Twitter

Zemmour en direct, c’est fini: CNews a préféré opter pour le différé. Face aux polémiques, la chaîne cède-t-elle aux pressions? La liberté d’expression en prend-elle un coup, ou la borner est-il nécessaire pour éviter que les tensions ne s’aggravent? Me Thibault Mercier, président du Cercle Droit et Liberté, répond à Sputnik.

La chaîne CNews vient d’annoncer que l’émission «Face à l’info», où intervient Éric Zemmour depuis deux semaines, sera désormais diffusée en différé. La chaîne sera donc en mesure de couper les déclarations les plus sensibles de son chroniqueur.

Cette mesure intervient après un mois d’octobre pour le moins polémique en France, mois qui s’est ouvert avec le discours d’Éric Zemmour à la Convention de la droite, particulièrement véhément à l’encontre de l’Islam. À la suite de celui-ci, le Parquet de Paris a ouvert une enquête le 1er octobre pour «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence» et Zemmour a de surcroît été remercié de RTL avant de rejoindre CNews. La Société des journalistes du groupe Canal+, puis le comité éthique de CNews ont vivement protesté, rejoints par de nombreuses personnalités classées à gauche, qui refusent désormais d’être interviewées sur la chaîne.

Thibault Mercier est avocat, Président du Cercle Droit et Liberté et auteur de l’essai Athéna à la borne, discriminer ou disparaître? (PGDR, 2019). © SPUTNIK .

Parallèlement, le retour de la question du voile dans le débat public a contribué à polariser les opinions, de même que l’attentat du 28 octobre contre la mosquée de Bayonne, dont le suspect était un ancien candidat du FN ayant de surcroît manifesté son intérêt pour les propos d’Éric Zemmour. Entretien-choc avec l’avocat Thibault Mercier, président du Cercle Droit et Liberté.

Sputnik France: Faut-il craindre pour la liberté d’expression, ou considérer qu’Éric Zemmour est une menace pour un débat public apaisé?

Thibault Mercier: «Ce n’est malheureusement pas cette énième affaire qui doit nous faire craindre pour la liberté d’expression! Ces appels au boycott ne sont pas nouveaux et cela fait plusieurs années que l’on entend ces cris de vierge effarouchée. Aujourd’hui, on appelle au boycott d’Éric Zemmour, hier à celui de Sylviane Agacinski à l’Université Montaigne de Bordeaux. La représentation d’une pièce d’Eschyle avait été annulée à La Sorbonne plus tôt cette année. Et que dire du collectif Sleeping Giants, qui fait pression sur les annonceurs pour qu’ils cessent leur collaboration avec des médias employant des personnalités politiquement incorrectes? Cette nouvelle affaire Zemmour vient simplement cristalliser cette haine de la liberté d’expression qui se développe en France depuis des décennies. Il faut donc craindre un peu plus pour la liberté d’expression, notamment médiatique.»

«Ce que recherchent ceux qui veulent faire taire Zemmour, c’est plutôt le contrôle de la parole autorisée.»

Sputnik France: Vous opposez donc «la haine de la liberté d’expression» à l’accusation de «discours de haine». Quels sont ses ressorts selon vous?

Thibault Mercier: «La raison principale invoquée pour faire taire Zemmour est qu’il serait un “promoteur de la haine”. On voudrait ainsi “combattre la haine”, notamment en punissant pénalement son incitation et en limitant son expression, publique comme privée. Mais on devrait plutôt noter que ce terme de haine varie en fonction des intérêts politiques: certains ont la désagréable manie de qualifier de haineuses les analyses politiques qu’ils détestent. Il suffit de voir comment les accusations de racisme, d’homophobie ou encore de sexisme sont devenues des outils pour éviter toute autocritique. La haine est finalement un terme générique, un totem que l’on jette à la figure des opposants politiques pour les faire taire. En fait, ce que recherchent ceux qui veulent faire taire Zemmour, c’est plutôt le contrôle de la parole autorisée. C’est donc une guerre pour la parole autorisée qui se déroule, car celui qui contrôle celle-ci contrôlera la pensée médiatique ou même la pensée de l’opinion publique.»

Sputnik France: N’y a-t-il pas quand même un semblant de légitimité chez les opposants à Eric Zemmour? L’attentat de Bayonne, dont le suspect est un homme de 84 ans, ancien candidat du FN et admirateur d’Éric Zemmour, ne confirme-t-il pas la nécessité de contenir les discours d’incitation à la haine?

Thibault Mercier: «Je ne sais pas quelles ont été les motivations de celui qui a commis l’attentat, mais je ne pense pas qu’il ait eu besoin des chroniques d’Éric Zemmour pour passer à l’acte. Ce raccourci est une insulte à l’intelligence humaine. Si l’on suit ce raisonnement, alors tout propos un peu engagé pourrait entraîner une action néfaste. Devrait-on alors imposer une sorte de principe de précaution à la parole publique? Et dans ce cas, à moins que le juge se fasse chasseur de sorcières, comment pourrait-on prouver juridiquement un lien de cause à effet entre le discours d’un intellectuel et le passage à l’acte d’un déséquilibré?»

Sputnik France: Même si certains auteurs d’attentats citent explicitement certains écrivains, comme Renaud Camus, par exemple pour l’attentat en Nouvelle-Zélande?

Thibault Mercier: «Je vois ce que vous voulez dire, mais les personnes qui avancent cet argument rendent-elles responsable Allah des attentats terroristes perpétrés en son nom? Je ne le crois pas. Le “Pas d’amalgame”, ça doit marcher dans les deux sens.»

Sputnik France: Eric Zemmour semble au cœur de ces polémiques, mais il n’est pas le seul. Sylviane Agacinski a vu son intervention sur «l’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique» annulée à l’Université Montaigne de Bordeaux pour des «raisons de sécurité», à la suite d’une mobilisation d’étudiants l’accusant «d’homophobie». Le sujet diffère, mais les ressorts sont les mêmes si je vous comprends bien, puisque vous évoquez les deux cas: la discrimination et l’incitation à la haine. Est-ce un problème moral ou légal?

Thibault Mercier: «Les deux, mon adjudant: même si nous avons des lois qui répriment les abus de la liberté d’expression, nous assistons tout de même à la mise en place d’une nouvelle morale qui, plutôt que de vous punir pénalement, viendra, plus insidieusement prononcer votre mort sociale ou économique par l’intermédiaire du tribunal médiatique et d’un nouvel opprobre public.»

«il existe en France des dispositions légales pour contrer ces appels au boycott.»

Sputnik France: autre illustration de ce flou moral et juridique. Le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) a ciblé six personnalités avec le hashtag «#islamophobieenprocès»: Laurent Bouvet, Eric Zemmour, Julien Odoul, Olivier Galzi, Erik Tegner et Eddy Casterman, les accusant d’islamophobie et portant plainte. Quelles sont les chances de succès?

Thibault Mercier: «Cela dépendra de l’appréciation des faits que feront les juges, mais sans attendre une éventuelle punition judiciaire, il pourrait y avoir des conséquences pratiques. En effet, la peur d’un procès au coût certain, mais à l’issue incertaine suffit en général pour bâillonner un opposant politique. Quand un simple citoyen reçoit une lettre d’avocat ou un dépôt de plainte, il commence à réfléchir sérieusement à continuer à parler aussi librement et, la plupart du temps, à la réception de la plainte ou à la simple menace d’une plainte, celui-ci retirera ses propos incriminés et commencera à policer son discours. Ces dépôts de plainte deviennent alors des moyens d’intimidation.

Je rappelle qu’il existe en France des dispositions légales pour contrer ces appels au boycott. L’article 431-1 du Code pénal nous dit en effet que “le fait d’entraver d’une manière concertée et à l’aide de menaces l’exercice de la liberté d’expression […] est puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende”. Il serait temps de l’utiliser pour lutter contre tous ces appels au boycott dangereux pour la liberté d’expression et tenter de mettre un terme à cette guerre de tous contre tous pour la liberté d’expression.»

Sputnik France: L’un des arguments des opposants à Eric Zemmour est le refus de voir un polémiste condamné pour incitation à la haine reprendre parole. Est-ce selon vous acceptable?

Thibault Mercier: «Après avoir été puni par la justice et avoir purgé sa peine, chacun a le droit de revenir dans le champ social. Interdirait-on à une personne qui a fait une peine de prison de retrouver un emploi et d’exercer une vie normale? Interdire à Zemmour de parler publiquement après avoir été condamné pénalement serait donner au juge le pouvoir de mettre à mort médiatiquement toute personne ayant énoncé un propos qui dérange. La liberté d’expression n’a pas été inventée pour parler de la pluie et du beau temps…»


>> Réaction turque à la proposition française d’interdiction du port du foulard durant les sorties scolaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *