Revue de presse du 22/08/2019

Follow by Email
Facebook
Twitter

DÉMOCRATIE

Hong Kong : manifs 3.0

« Les méthodes des manifestants de Hong Kong intriguent beaucoup les réseaux sociaux. Tout jugement politique mis à part, et face à une police qui n’est pas la plus tendre du monde, les activistes ont montré une singulière inventivité. On se souvient déjà qu’en 2014, lors des manifestations dites des parapluies, ils utilisaient leurs smartphones avec une application Firechat plus des réseaux locaux (même sans Internet ou sans réseau téléphonique, chaque appareil pouvant contacter ceux qui sont à proximité peer-to-peer par Bluetooth ou Wifi) à faible portée, mais sans crainte de coupure. Depuis, entre la messagerie cryptée Telegram (avec ses groupes de discussion), des forums qui permettent même de voter et l’activation d’Air Drop sur leurs mobiles, le détournement politique de Tinder et même de Pokemon, les foules sont capables de se passer très rapidement des messages, des slogans, des images. Mais aussi de se transmettre des avertissements et de prendre des décisions. »

Source : Le blog de François Bernard Huygue

Hong Kong : l’ingérence occidentale la main dans le sac !

« La main dans le sac ! Lorsque la presse chinoise a publié la photo de quatre dirigeants du mouvement de protestation hongkongais en compagnie du chef du département politique du consulat des Etats-Unis, on a senti comme un trou d’air dans la rhétorique anti-Pékin. Difficile, tout-à-coup, de nier l’intervention d’une puissance étrangère – à 15 000 km de ses frontières – dans une crise qui ne la concerne pas. Tenter d’occulter ce qui saute aux yeux est toujours un exercice de haute voltige, et l’on sait la propagande occidentale coutumière de ces acrobaties ! Depuis le début des récents événements de Hong Kong au mois de juin 2019, la narration de ces événements par les officines du monde libre offre un concentré de mauvaise foi et d’inversion des signes qui passionnera certainement les politologues du futur. Multipliant les distorsions de langage, en effet, elle fait passer une affaire intérieure chinoise pour un conflit international, une décolonisation pour une colonisation et l’ingérence étrangère pour une entreprise humanitaire. » [Point de vue discutable, mais illustration d’un deux poids deux mesures patent.]

Source : Réseau International

ENVIRONNEMENT

Climat : la croissance végétale en panne sèche

« Publiée dans la revue Science Advances par une équipe internationale, cette découverte porte sur une des questions majeures du réchauffement climatique : jusqu’où la végétation planétaire va t-elle réagir positivement à l’élévation du taux de CO2 atmosphérique et des températures ? Et donc stocker une part du CO2 supplémentaire que nous injectons chaque année dans l’atmosphère, réduisant ainsi le réchauffement futur en permettant aux arbres et à certaines cultures de croître plus vite. La réponse de cette étude ? Ce phénomène positif se serait arrêté vers l’an 2000. A cause… de l’humidité qui croît moins vite que la température de l’air. On pourrait la résumer par un adage shadokien : plus c’est moins humide que ce serait possible et moins les végétaux croissent. »

Source : Blog {Sciences²}

EUROPE

Analyse du CETA, le traité de libe échange entre l’UE et le Canada, son contexte, ses particularités, et les impacts attendus

« Dans le monde, les accords de libre-échange s’expliquent par l’échec des négociations multilatérales de l’OMC et certains pays cherchent malgré tout à garantir leur accès préférentiel à des marchés externes. Un nouveau type d’accord, dit de « nouvelle génération » ou « mixte » couvre tant les compétences de l’UE que celles de ses États membres. Ces accords mixtes sont controversés. »

Source : Mémoire de Sophie Delcoigne

FRANCE

Imposition des dividendes : un succès en trompe-l’oeil

« A son arrivée au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron avait, toutes affaires cessantes, introduit des changements majeurs dans le système fiscal français pour diminuer l’imposition du capital et de ses revenus. A côté de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), il avait notamment soumis les versements de dividendes et d’intérêts à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % (y compris prélèvements sociaux) au lieu de la CSG et de l’impôt sur le revenu comme c’était le cas jusque-là. Or cette flat tax, comme on dit, a rapporté finalement en 2018 environ un milliard d’euros de plus que prévu initialement au budget. D’où des réactions, comme celle de notre confrère Les Echos, soulignant le succès de cette réforme. Y compris pour le renflouement des finances publiques, contrairement à ce que les oiseaux de mauvais augure, comme Alternatives Economiques, avaient pronostiqué. Mais quand on y regarde de plus près, on se rend compte que si la flat tax a rapporté plus que prévu en 2018, c’est parce que les versements de dividendes, destinés pour l’essentiel aux ménages les plus riches, ont bondi de 7,2 milliards d’euros entre 2017 et 2018. Une hausse vertigineuse de 24 % ! Les profits des entreprises, eux, n’ont progressé que de 0,9 % sur la même période, selon l’Insee. Cela signifie très probablement que, du fait de la flat tax, les dirigeants d’entreprises ont préféré se rémunérer en dividendes plutôt qu’en salaires, pour éviter d’avoir à payer plein pot l’impôt sur le revenu et la CSG. »

Source : Alternative Économique

La vraie-fausse baisse du chômage

« L’Insee a rendu public le 14 aout l’enquête emploi du second trimestre 2019. Ce sont ces chiffres qui font foi pour suivre l’évolution du chômage en France. Bonne surprise : celui-ci a continué de reculer de 0,2 point ce trimestre, malgré le ralentissement de l’économie, pour s’établir à 8,5 % en France (8,2 % en France métropolitaine). Un niveau qu’on a constamment dépassé depuis le début de 2009, au moment où la crise financière a commencé à toucher vraiment le pays. Les défenseurs du pouvoir actuel, comme les économistes Gilbert Cette et Stéphane Carcillo invités ensemble à France Inter le 14 aout au matin, n’ont pas manqué de mettre ce bon résultat sur le compte de la flexibilisation du marché du travail, mise en œuvre à grande échelle depuis 2017 avec la loi Travail puis les ordonnances Macron. Sauf que, quand on y regarde de plus près, la bonne nouvelle n’en est en réalité (malheureusement) pas une. Le niveau du chômage résulte en effet de l’écart entre le nombre des personnes qui sont dites actives sur le marché du travail (qui ont un emploi ou en cherchent un) et le nombre de celles qui ont un emploi. »

Source : Alternative Économique

GÉOPOLITIQUE

Gaffe nucléaire de l’OTAN

« Que les États-Unis gardent des bombes nucléaires dans cinq pays de l’OTAN -Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Turquie- est prouvé depuis longtemps (en particulier par la Fédération des scientifiques américains – FAS). Mais l’OTAN ne l’a jamais admis officiellement. Cependant quelque chose vient de déraper. Dans le document “A new era for nuclear deterrence ? Modernisation, arms control and Alien nuclear forces”, publié par le sénateur canadien Joseph Day pour le compte du Comité Défense et Sécurité de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, le “secret” a été révélé. À travers la fonction “copié-collé”, le sénateur a par mégarde reporté dans son document le paragraphe suivant (numéro 5), extrait d’un rapport OTAN réservé : “Dans le contexte OTAN, les États-Unis ont déployé dans des positions avancées en Europe environ 150 armes nucléaires, spécifiquement les bombes de gravità B61. Ces bombes sont stockées dans six bases étasuniennes et européennes – Kleine Brogel en Belgique, Buchel en Allemagne, Aviano et Ghedi-Torre en Italie, Voikel en Hollande et Incirlik en Turquie. » »

Source : Mondialisation.ca

Corée du Nord : Pyongyang poursuit les essais de ses nouveaux missiles balistiques de courte portée pour la cinquième fois consécutive

« Les bureaux d’études du département de recherches et de conception de la Seconde Artillerie nord-coréenne ont le vent en poupe : Pyongyang vient de procéder à un cinquième essai de deux missiles balistiques supersoniques de courte portée d’un modèle inconnu mais qui semble inspiré du redoutable Iskander E russe. »

Source : Strategika 51 Intelligence

La Corée du Sud va augmenter ses dépenses militaires de 7,1% par an jusqu’en 2024

« Les avancées du sommet intercoréen de Panmunjon, en avril 2018, sont désormais bien loin. Et les négociations sur la dénucléarisation de la péninsule n’ont pas avancé d’un iota. La Corée du Nord cherche toujours à contourner les sanctions imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies tout en étant soupçonnée de poursuivre ses activités nucléaires. En outre, Pyongyang a repris les tirs de « projectiles » [c’est à dire de missiles balistiques] en guise d’ »avertissements solennels » adressés à Séoul et à Washington pour la tenue de manoeuvres militaires conjointes. Depuis le 25 juillet, six salves ont été lancées par les forces nord-coréennes… Ainsi, ce plan prévoit une hausse des dépenses militaires de 7,1% par an, en moyenne, au cours de la période 2020-24. Ce qui représente un investissement de 216,77 milliards d’euros [290.500 milliards de wons]. Environ un tiers de cette somme [soit 77,46 milliards d’euros, +10,3%] servira à « renforcer les capacités de défense ». »

Source : Opex 360

Trump remplacera-t-il l’Allemagne par la Pologne ?

« Nous pourrions admettre que l’affaire devient enfin sérieuse, parce que lorsqu’il s’agit à la fois de gros sous et d’arguments-bulldozers, Trump ne plaisante jamais et ne laisse sa place à personne. Trump a, depuis son arrivée à la Maison-Blanche, l’Allemagne dans son viseur, parce que l’Allemagne exporte beaucoup aux USA (des automobiles, notamment) et compromet ainsi son programme d’une apparente reprise économique éclatante aux USA (Make America Great Again), situation de communication essentielle notamment pour sa réélection. Trump a un argument de poids, selon la logique subversive et invertie qui marque les relations entre alliés de l’OTAN, surtout entre l’Allemagne et les USA. Il s’agit simplement, mais très lourdement, de transformer la présence imposée depuis deux tiers de siècle des forces US en Allemagne, forces quasiment d’“occupation” voulue par le Pentagone dans son dispositif mondial, en forces de “protection” de l’Allemagne voulues par l’Allemagne elle-même. Dès lors, dit cette logique subversive et invertie dont Trump use avec un brio et une pression consommés, les dépenses d’entretien et de logistique de ces forces doivent être payées par l’Allemagne et non par les USA »

Source : De Defensa

LIBERTÉS

Quel contrôle démocratique sur la vidéosurveillance privée en réseau ?

« Aux États-Unis, les quartiers résidentiels les plus aisés ne sont pas toujours les mieux pourvus en caméras de vidéosurveillance publiques. C’est pourtant dans ces quartiers que se développe une nouvelle forme de surveillance, popularisée notamment par le succès de Ring, la sonnette vidéo d’Amazon, explique le journaliste Alfred NG (@alfredwkng) sur Cnet (@cnet). »

Source : Internet Actu

MATIÈRES PREMIÈRES

L’Europe sous tension [3/3]

« Le 10 octobre 2018 les dix principales associations de professionnels du secteur électrique, réunis à Berlin, ont tiré la sonnette d’alarme dans un communiqué commun. Ce communiqué appelle à trouver d’urgence des solutions de stockage pour gérer la production croissante d’énergies intermittentes et alerte sur le risque de rupture d’approvisionnement qui menace l’Europe. Il anticipe, le cas échéant, la fin de la solidarité européenne si des pays comme l’Allemagne ne parviennent plus à assurer leurs propres pointes de consommation. Or les derniers bilans prévisionnels des gestionnaires de réseaux allemands redoutent précisément de ne plus être en mesure d’assurer l’adéquation offre demande d’ici 2 ans. »

Source : European Scientist

RÉFLEXION

Reproduire pour produire

« Dans ce dernier livre intitulé « Le capitalisme patriarcal », Silvia Federici,en s’appuyant sur des archives d’époque, nous ramène principalement en Grande-Bretagne et aux États-Unis à la moitié du XIXe siècle, au passage de l’industrie légère (basée sur le textile) à l’industrie lourde (basée sur le charbon et l’acier). Dans les usines de textile, dans les mines, tant les femmes et les enfants que les hommes y passaient leur vie, travaillant un maximum d’heures par jour et par semaine, sous-payés, mal nourris. Dans ces conditions d’exploitation maximale, les travailleuses(eurs) étaient dans un état lamentable ce qui provoquait une chute de l’espérance de vie et une mortalité infantile endémique. Les femmes avaient toutefois une relative autonomie financière bien souvent complétée par la prostitution. De nombreux mouvements sociaux revendiquaient de meilleures conditions de vie. Entre 1850 et le début du XXe siècle, l’incapacité de la classe travailleuse à se reproduire suite aux conditions de vie désastreuses, devient problématique et inquiète les capitalistes qui ont besoin de forces de travail. De plus, le passage à l’industrie lourde et la transformation du système de production nécessite des travailleurs plus forts, plus productifs. » [Retour vers le passé 1/]

Source : CADTM

La dilapidation mortelle des ressources

« Dès 1930, au Tonkin, désormais Vietnam du Nord, nous soulignions que la croissance de la population qui s’amplifiait, grâce à l’hygiène, dans les deltas d’Asie méridionale, déjà surpeuplés, représentait une lourde menace. Traité de néo-malthusien de droite et de gauche, nous ne fûmes pas écouté. Ceylan demandait aux Nations unies, dès 1950, une aide pour généraliser le contrôle des naissances. Le principe de celle-ci ne fut accepté, après de laborieux débats, qu’en 1966. Nous écrivions alors que nous allions à la famine. Nous y voici maintenant, et si 1973 a vu plus de trois cent mille morts de faim, en trois parts à peu près égales (Sahel, Ethiopie, Asie du Sud), 1974 risque fort d’en dénombrer davantage. » [01/08/1974 – Retour vers le passé 2/]

Source : Le Monde Diplomatique

SOCIETÉ

JO de Tokyo : la mort d’un troisième ouvrier relance le débat sur les conditions de travail

« Troisième décès sur un chantier des JO de Tokyo. Un travailleur de 50 ans est mort, jeudi 8 août, alors qu’il installait un câble électrique à l’extérieur du vaste centre des congrès Tokyo Big Sight, situé dans la baie de la capitale. Cet ouvrier a été découvert inanimé et la cause de sa mort n’a pas été précisée par le comité organisateur des JO. Les médias locaux lient toutefois ce drame aux conditions climatiques accablantes dans la capitale japonaise. »

Source : France TV info

ÉCONOMIE

Autour de la fondation des institutions de Bretton Woods [Rappel…]

« En 2019, la Banque mondiale (BM) et le FMI atteignent l’âge de 75 ans. Ces deux institutions financières internationales (IFI), créées en 1944, sont dominées par les États-Unis et quelques grandes puissances alliées qui agissent pour généraliser des politiques contraires aux intérêts des peuples. La BM et le FMI ont systématiquement prêté à des États afin d’influencer leur politique. L’endettement extérieur a été et est encore utilisé comme un instrument de subordination des débiteurs. Depuis leur création, le FMI et la BM ont violé les pactes internationaux sur les droits humains et n’hésitent pas à soutenir des dictatures. Une nouvelle forme de décolonisation s’impose pour sortir de l’impasse dans laquelle les IFI et leurs principaux actionnaires ont enfermé le monde en général. De nouvelles institutions internationales doivent être construites. Nous publions une série d’articles d’Éric Toussaint qui retrace l’évolution de la BM et du FMI depuis leur création en 1944. »

Source : CADTM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *