Revue de presse du 28/09/2019

Follow by Email
Facebook
Twitter

DÉMOCRATIE

La ministre de la justice demande une enquête administrative sur le vice président d’Anticor

« Éric Alt, vice-président d’Anticor et magistrat sera entendu dans le cadre d’une enquête administrative par l’Inspection générale des services judiciaires, à la demande de la ministre de la Justice. Il lui est reproché un entretien tenu à France 3 Corse, Via stella le 16 février 2019. Il était interrogé sur les propos tenus par la préfète de Corse du Sud sur une plainte déposée par Anticor, concernant la fraude aux primes agricoles en Corse. En effet, celle-ci avait dénigré l’association et fait part de sa « consternation », suggérant qu’Anticor ignorait l’existence d’un parquet à Ajaccio. M. Alt, interrogé par la presse télévisée avait dénoncé « l’arrogance désinvolte » de la préfète face à la plainte déposée, aux préoccupations sur le respect de l’état de droit dans l’Ile et aux initiatives courageuses de citoyens, relayées par l’association. Il avait aussi regretté que le procureur se soit affiché aux cotés de la préfète dans une affaire susceptible d’impliquer les services de l’État. »

Source : ANTICOR

Grande manifestation en faveur du climat policier sur BFMTV

« Depuis l’arrivée de Marc-Olivier Fogiel à la tête de BFMTV, tout a changé dans la couverture des manifestations : les journalistes se vantent d’être “embarqués avec la police”, les experts saluent la violence “légitime” de la répression, Dominique Rizet insinue que les voltigeurs ne sont pour rien dans la mort de Malik Oussekine… »

Source : TELERAMA

ENVIRONNEMENT

Nous allons vers la sixième extinction: Les pays industrialisés premiers responsables

« «Nous vivons sur une Terre nourricière, tempérante, protectrice. Mais à épuiser ses ressources, à exploiter trop intensivement ses sols et ses forêts, nous mettons en péril, non seulement notre capacité à faire face au réchauffement, mais aussi nos conditions de vie et de subsistance. Il est donc urgent d’adopter, à l’échelle mondiale, une gestion des terres plus durable.» (Rapport du Giec, 8 août 2019.) Cet été a été celui de toutes les peurs ! Il n’est pas de région épargnée par les convulsions climatiques. C’est selon la région, des ouragans comme ceux qui ont ravagé la Jamaïque et continuent sur les États-Unis, les inondations en Chine et pratiquement dans tous les pays où la moindre averse prend des allures de catastrophe, comme en Algérie où, en plus des aléas climatiques, la gabegie et le laisser-aller dans la gestion et la prévention des pluies font qu’on est en retard d’une saison pour déboucher des avaloirs. Les dernières pluies dans le pays ont été catastrophiques et 6 personnes ont perdu la vie en plus des dégâts matériels importants. »

Source : Mondialisation

EVASION FISCALE

Fiscalité internationale et taxe Gafa: la Cour des comptes met en garde Bercy

« La Cour des comptes craint que les négociations en cours à l’OCDE sur la taxation des multinationales, notamment du numérique, ne portent préjudice à la France. Elle estime que l’État avance « quasiment à l’aveugle » sur le dossier et l’appelle à renforcer son expertise. Selon la Cour des comptes, la France a signé le 5 juillet « une convention fiscale multilatérale » qui, à ses yeux, « ne contient guère d’avancées sur le plan de l’appréhension fiscale des activités numériques ». Il s’agit toutefois d’un premier pas vers l’accord mondial négocié à l’OCDE, dont l’objectif est « d’atteindre en 2020 une nouvelle répartition du droit d’imposer entre les pays ». Les craintes de la Cour des Comptes concernent tout particulièrement la notion « d’établissement stable ». « Si une évolution de ce critère paraît souhaitable s’agissant des activités numériques, il n’est pas certain qu’une évolution générale de la notion d’établissement stable bénéficie aux finances publiques françaises », a-t-elle prévenu. »

Source : BFM TV

FRANCE

La préfecture de Loire-Atlantique révèle une surmortalité de 28 % autour de Saint-Nazaire

« La communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire (Carene), qui regroupe 22 communes, connaît « une surmortalité atteignant 28 % pour la population âgée de moins de 65 ans », ont révélé le 10 septembre la préfecture de Loire-Atlantique et l’Agence régionale de santé (ARS). Ce chiffre résulte d’un diagnostic de santé des habitants des Pays-de-la-Loire réalisé par l’ARS et l’Observatoire régional de la santé, suivi de deux études épidémiologiques commandées par l’ARS en 2018. Ces études révèlent plusieurs anomalies : un surnombre de cancers du poumon, des voies aéro-digestives supérieures et de la prostate dans les communes de Saint-Nazaire, Trignac et Montoir-de-Bretagne, une fréquence plus élevée de cancers chez la femme à Pornichet, ainsi qu’une surmortalité par cancer du côlon-rectum dans la communauté d’agglomération. »

Source : Actu-environnement

L’impasse économico-sociale de Macron

« Emmanuel Macron opère sa rentrée sociale, avec il le sait, une France moyenne déclassée aux aguets. Et ce mur des invisibles, rendu soudain visible par leur gilet jaune, constitue un sérieux obstacle à la conduite de ses réformes. La politique de réforme d’Emmanuel Macron s’est bâtie jusqu’ici, comme dans l’ensemble des pays avancés, sur une vision assez sommaire du corps social. Celle véhiculée par les économistes. Avec d’un côté les exclus du marché du travail, les moins qualifiés, qui ont pris de plein fouet la concurrence des pays émergents. Les chômeurs, ou les CDD courts condamnés à l’intermittence à vie. C’est sur ce segment de la population que se pose la question du caractère disqualifiant des législations protectrices de l’emploi, du salaire minimum ou des normes garantissant le caractère décent du travail (notamment concernant les horaires atypiques ou le travail le dimanche). Et l’objectif des réformes est précisément de dégrader les normes qui entourent le travail le moins qualifié, avec en retour une baisse du chômage et une hausse du taux d’emploi de ces populations, pour aligner la France sur les standards internationaux. »

Source : XERFI CANAL

GÉOPOLITIQUE

Les États-Unis continuent de livrer des armes aux forces démocratiques syriennes

« Les États-Unis ont continuent encore à livrer des armes et des équipements militaires aux FDS. Et cela malgré l’accord sur la zone tampon. « Nous continuons à fournir des armes et des véhicules tout à fait adaptés aux besoins » des FDS, a en effet affirmé Chris Maier, directeur du groupe de travail sur la lutte contre l’EI au département américain de la Défense, lors d’une conférence de presse donnée le 18 septembre. Cette annonce n’est pas surprenante, dans la mesure où un récent rapport de l’Inspection générale du Pentagone a souligné les déficits capacitaires des FDS pour mener des opérations de contre-insurrection. Et, a priori, ces livraisons ne suscitent pas [ou plus] d’objections de la part d’Ankara. »

Source : Opex 360

Notre nouvel ami Poutine : c’est pas gagné !

« « Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l’action » (Victor Hugo). Nul autre homme d’Etat n’a été autant fasciné par l’Histoire que le général de Gaulle. Sa très sûre et immense connaissance du passé européen, de la culture de l’Europe et de ses mythes, et la relation intense entre la France et la Russie étaient chacune partie intégrante de son univers mental et de son imaginaire. Le général de Gaulle voyait la Russie comme cet « allié de revers » indispensable à sa sécurité, mais plus encore parce qu’elle participait à sa conception de l’équilibre de l’Europe et de la place de l’Europe dans le monde1. Emmanuel Macron désire mettre ses pas dans ceux du général de Gaulle au moment où il aborde l’acte II de son quinquennat. La rencontre avec Vladimir Poutine au Fort de Brégançon (19 août 2019)2 et le discours devant la conférence des ambassadeurs et des ambassadrices3 marquent les deux temps forts de ce retour (salutaire et ô combien indispensable) à une diplomatie gaullo-mitterrandienne4 qui avait été perdue de vue au profit d’une diplomatie atlantiste prônée par « l’État profond »5. Il faudra plusieurs jours à notre clergé médiatique pour comprendre la signification réelle de cette (r)évolution, de cette nouvelle grammaire des relations internationales. »

Source : Proche et Moyen-Orient

LIBERTÉS

Gilets jaunes face à la justice : 3000 condamnations prononcées, 1000 peines de prison ferme

« Où en est le traitement judiciaire des gilets jaunes interpellés ? Début avril, Basta ! publiait un premier état des lieux donnant à voir l’ampleur de la répression judiciaire du mouvement. Depuis, si la dureté des peines paraît s’atténuer, les condamnations continuent à être prononcées. D’autant que la loi dite « anti-casseurs », considérée par les défenseurs des droits comme attentatoire aux libertés, a commencé à produire ses effets. »

Source : BASTAMAG

MATIÈRES PREMIÈRES

Sécurité d’approvisionnement en électricité

« L’électricité ne pouvant pas être stockée en grande quantité et de façon économique pour l’instant, l’électricité produite et injectée dans le réseau doit toujours être égale à l’électricité consommée. Autrement, des déséquilibres locaux peuvent se créer et se propager au système électrique tout entier, aboutissant à des black-out généralisés extrêmement perturbants et coûteux pour l’économie du pays. Respecter la balance production/consommation peut se faire par des coupures d’électricité et/ou par la mise en œuvre de moyen de pointe. En première approximation, si le coût de l’énergie non distribuée est de 20 000 €/MWh (200 fois plus que le tarif de vente de l’électricité), et que le coût de construction annualisé d’un moyen de pointe est de 60 000 €/MW.an, alors il est rentable pour la collectivité d’accepter des coupures d’électricité d’une durée inférieure à 3 heures/an. Au-delà de cette durée, la construction d’un moyen de pointe supplémentaire est souhaitable, son coût étant inférieur au préjudice évité. »

Source : Energie solidaire

Comment le gouvernement Macron prépare discrètement la privatisation des grandes infrastructures gazières

« Dans la loi Pacte promulguée en mai 2019, il n’y a pas que la privatisation d’Aéroports de Paris et de la Française des jeux. Il y a aussi la sortie programmée de l’État du capital d’Engie et son désengagement de GRTgaz, qui exploite les gazoducs et les terminaux méthaniers français. Qu’en attendre, dans un contexte où les infrastructures gazières sont devenues une affaire de gros sous, dominée par une poignée de géants européens peu connus mais très influents ? »

Source : BASTAMAG

RÉFLEXION

L’écologisme comme désamour du monde

« « Nos enfants nous accuseront ? Qu’à cela ne tienne, n’en faisons pas. » Fort de sa fatuité doublée d’illettrisme, l’écologisme bon genre, urbain et connecté, n’en finit pas de nous asséner ses solutions innovantes et disruptives « pour sauver la planète ». Dernière lubie en date : refermer le registre des naissances. Si l’idée ne nous dit pas grand-chose du monde de demain (et pour cause), elle demeure éclairante sur les soubassements psychiques de notre apôtre de l’éphémère présent. »

Source : LE COMPTOIR

SOCIETÉ

Machines hostiles [Article ancien, mais…]

« Il n’est pas difficile de faire l’expérience de la violence des portillons automatiques dans les couloirs du métro parisien. Un défaut d’attention, un mouvement décalé, un sac à dos un peu large, un enfant tenu par la main qui n’accepte pas de se presser… et la tenaille de caoutchouc broie les épaules ou frappe les tempes. L’aventure fait sourire les usagers quotidiens du métro : ceux-là ont appris à s’adapter aux machines. Les victimes elles-mêmes n’incriminent que leur propre maladresse. Mais imaginons un instant que ces portillons soient remplacés par des vigiles chargés de distribuer des claques ou des coups aux clients ne circulant pas à la bonne vitesse : ce serait scandaleux, insupportable. Nous l’acceptons pourtant de la part des machines, car nous savons qu’elles ne pensent pas. Nous estimons, en conséquence, qu’elles ne sont animées d’aucune mauvaise intention. Erreur : si les automates n’ont pas conscience de leurs actes, ils obéissent toujours à un programme, produit d’un réglage intentionnel. »

Source : Le Monde Diplomatique

Pollution numérique : manifeste pour une sobriété publicitaire

« Parmi les nombreuses activités humaines dont on mesure désormais l’influence sur le réchauffement climatique, l’économie numérique suscite une attention grandissante. Si, avec des échanges tendant à être de plus en plus organisés sur la base d’infrastructures connectées via Internet, cette numérisation génère d’un point de vue économique des gains considérables, sur le plan énergétique, pourtant, la facture apparaît chaque année plus élevée. Certes, ces technologies ont rendu possible ou permis d’améliorer l’efficacité de certains services (du covoiturage à la visioconférence). Mais ces gains sont largement excédés par la surconsommation de ressources nécessaires à la fabrication des équipements, composés notamment de terres rares. Par ailleurs, le fonctionnement de ces terminaux et des infrastructures dont ils dépendent représentent une part croissante de la consommation d’électricité mondiale : 6 à 10 % actuellement, avec une progression de 5 à 7 % tous les ans. »

Source : THE CONVERSATION

ÉCONOMIE

Entreprises à mission : et si l’on redécouvrait Edith Penrose ?

« Publiée au Journal officiel le 23 mai 2019, la loi Pacte institue la notion de société à mission. Elle entend par là même donner aux entreprises un objectif qui dépasse le seul principe de maximisation du profit. Cette loi établit ainsi que « la société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». Toute entreprise peut par ailleurs s’instituer « société à mission » en enregistrant dans ses statuts sa raison d’être (art. 1835 du Code civil) « constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». En revanche, si l’objectif était de forger une conception de l’entreprise à la fois plus large et plus ouverte que celle qu’on trouve dans les manuels d’économie, un retour sur les théories de la firme et, tout particulièrement, celle d’Edith Penrose, serait fructueux. Cette économiste a présenté son approche de la firme dans un article publié dans l’American Economic Review en 1955 puis un ouvrage en 1959. »

Source : Alternatives économiques

L’OCDE et le FMI angoissent devant l’effondrement… de la croissance, qui est pourtant le grand accélérateur de l’effondrement écologique et social en cours

« Chacun ses angoisses et ses réponses. Pour de plus en plus de gens, dont je fais partie, les craintes prioritaires portent sur la survie à terme de la majorité des espèces vivantes, dont les humains, mais aussi sur les conséquences dévastatrices des inégalités sociales secrétées par le capitalisme, ou encore sur le délitement de la démocratie et la montée des régimes autoritaires et répressifs dans le monde. En résumé, il s’agit de risques d’effondrement, un terme certes ambigu – il en existe diverses modalités et on en ignore les délais et l’ampleur vu que cela dépendra en partie de ce qui sera entrepris… ou pas – mais non dépourvu d’intérêt pour signifier l’énormité des enjeux. »

Source : DEBOUT ! : BLOG JEAN GADREY


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *