Revue de presse du 20/11/2022

                                                             DÉMOCRATIE     

En finir avec le régime des mollahs ! Vive la liberté des femmes et vive la liberté tout court !

« Ainsi la mol­lar­chie ira­nienne est à nou­veau confron­tée à la révolte popu­laire. L’assas­si­nat de Masha Amini par la « police des mœurs » ira­nienne, une milice fas­cis­toïde (pour le coup la com­pa­rai­son est fondée) a déclen­ché un vent de révolte qui amène le prin­ci­pal parti d’oppo­si­tion à deman­der l’abro­ga­tion de l’obli­ga­tion de porter le voile. Tout le monde le sait : le régime des mol­lahs res­sem­ble par bien des côtés à l’URSS des der­niè­res années : il reste une façade, mais tout est ver­moulu. La dic­ta­ture ins­tau­rée par les mol­lahs qui ont réussi à confis­quer la révo­lu­tion popu­laire et démo­cra­ti­que ira­nienne de 1979 est mena­cée. »

Source : La Sociale

« Georgia Meloni », la flamme et le capital

« Dimanche 25 septembre, Fratteli d’Italia, le parti de Giorgia Meloni, sortait largement victorieux des élections législatives du pays. Par-delà l’indignation, toujours insuffisante et souvent impuissante, ce texte d’analyse qui nous parvient d’Italie tente de décortiquer les logiques à l’oeuvre derrière l’avènement de ce nouveau visage du « post-fascisme ». Ou comment la construction d’une personnalité publique telle que celle de Giorgia Meloni, ses discours, son marketing et son accession au pouvoir marquent aussi la crise profonde des structures de pouvoir. Une invitation à dépasser l’antifascisme pour penser l’organisation, depuis un communisme déjà existant. »

Source : LundiMatin

Affaire Hanouna : comment le groupe Bolloré influence le climat idéologique français​

« Après la vive altercation entre Cyril Hanouna et le député Louis Boyard dans l’émission « Touche pas à mon poste » la semaine dernière, on revient sur la façon dont l’animateur de C8 et son patron, Vincent Bolloré, pèsent sur le débat public en France. Pour en parler, Guillaume Erner reçoit le journaliste Daniel Schneidermann et Isabelle Roberts, codirectrice de la rédaction et présidente-cofondatrice du site Les Jours. »

Source : France Culture

ENVIRONNEMENT

Le niveau du fleuve Mississippi est extrêmement bas en raison de la sécheresse qui sévit sur une partie des USA

« Il est possible de s’aventurer loin dans son (large) lit mineur. » Photo du 16 octobre 2022.

Source : Meteo60

FRANCE

« Le gouvernement cherche à faire payer aux travailleurs le coût du mauvais fonctionnement du marché »

« Le projet de loi relatif « au fonctionnement du marché du travail en vue du plein-emploi » a été adopté en octobre par l’Assemblée et le Sénat. Si les dernières étapes qui séparent ce texte de son entrée en vigueur relèvent d’une formalité procédurale, à l’instar de la commission mixte paritaire qui s’est tenue ce mercredi 9 novembre, les dispositions prévues n’en consacrent pas moins une profonde réforme de l’assurance chômage. Il ne s’agira plus de protéger les travailleurs des aléas de la conjoncture économique, mais de pallier les déséquilibres du marché. Une démonstration claire de l’interventionnisme néolibéral, qui soutient l’action politique du macronisme. Le député Arthur Delaporte (PS), porte-parole du groupe parlementaire socialiste, alerte aussi bien sur le contenu de cette réforme, que sur la méthode anti-démocratique qui préside à sa mise en application. »

Source : LVSL

Flexibilité mon cul

« En 2017, le candidat Macron, sourire de start upper aux lèvres, parlait de l’une de ses mesures phares : l’indemnisation des démissionnaires. Il s’agissait pour lui de faire en sorte de favoriser les changements de métiers, d’entreprise, de poste, et de permettre à la société de devenir plus fluide, plus flexible. La flexibilité du travail a été le mot d’ordre des libéraux comme lui depuis une quinzaine d’années : la loi travail de Myriam El Khomri, ministre socialiste du travail, se réclamait aussi de cette flexibilité. Avec l’idée sous-jacente que les patrons comme les salariés en seraient gagnants. »

Source : Frustration

La caste au pouvoir (le président des ultra riches) [février 2019]

« Sociologues, spécialistes de la bourgeoisie et de l’oligarchie françaises, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot publient une chronique sociale de la France de M. Emmanuel Macron. Leur synthèse jette une lumière crue sur le mépris de classe d’un président mal élu et sur l’accaparement du pouvoir par une caste — deux détonateurs du soulèvement français. »

Source : Le Monde Diplomatique

Eric Arella, le patron de la PJ de Marseille, démis de ses fonctions au lendemain d’une manifestation de ses troupes

« Celui qui officiait à Marseille depuis 2015 s’est vu retirer son poste par la direction générale de la police nationale, au lendemain d’une manifestation de policiers contre la réforme de la PJ voulue par le gouvernement. »

Source : Le Monde

GÉOPOLITIQUE

Deux millions de travailleurs étrangers à la merci de leurs « parrains » Esclaves du XXIe siècle au Qatar [juin 2016]

« Soucieux de transformer sa richesse en puissance et influence, le Qatar multiplie les opérations de prestige, comme l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022. Mais ces grands chantiers publics et leur lot d’accidents ont révélé l’archaïsme et la brutalité d’un système de parrainage des travailleurs étrangers qui confine au servage. »

Source : Le Monde Diplomatique

LIBERTÉS

Résister à la technologie

« La technologie pourrait devenir un lieu central de la lutte politique. Chaque jour davantage, des dispositifs de surveillance colonisent les rues, la navigation internet ou les collectifs en luttes. Tandis que l’activisme des pouvoirs économiques et politiques accentue la fuite en avant dans le numérique et la course à l’innovation, les initiatives se multiplient pour contrer cette surenchère et imaginer d’autres manières de s’y opposer. »

Source : Terrestres

MATIÈRES PREMIÈRES

Des inquiétudes sur la disponibilité en semences à partir de 2024

« Les crises de l’année risquent de créer des tensions sur les disponibilités semencières à partir de 2024, estime l’Union française des semenciers (UFS). Les entreprises semencières ne sont pas considérées comme très consommatrices de gaz, mais certaines activités nécessitent beaucoup d’énergie, notamment le séchage des semences, à l’automne. La sécheresse a également eu des conséquences sur la production (notamment sur le maïs), d’autant plus que le secteur n’est souvent pas exempté de restriction à l’irrigation, explique l’UFS. L’année 2023 pourra être assurée, notamment grâce aux stocks qui représentent entre 30 % et 100 % de la production d’une année, en fonction des espèces, mais « si on a une nouvelle année difficile sur certaines espèces, on pourrait être en tension très forte sur les semis 2024 ». »

Source : Terre-Net

RÉFLEXION

Les autoritaires : Les premières enquêtes

« Quand on parle d’autoritarisme, on pense spontanément à une forme de gouvernance, on s’imagine les dérives autoritaires d’un chef, d’un gouvernement, d’une institution, etc. Or, cet angle nous fait parfois omettre d’autres perspectives, notamment la question de l’autoritarisme chez les individus lambda, non pas sous une perspective exclusivement idéologique, mais via un angle psycho-sociologique. Et c’est précisément à cet angle que nous allons ici nous intéresser. »

Source : Hacking-Social

Les crimes de masse sous Staline (1930-1953)

« Les déportations massives de paysans dans le cadre de la « liquidation des koulaks en tant que classe »(1930-1932) Le lancement de la collectivisation forcée des campagnes, décidé au Plenum du Comité central du Parti communiste de novembre 1929, s’accompagne de la « liquidation des koulaks en tant que classe » ou « dékoulakisation ». Cette campagne a un double objectif : « extraire » (tel est le terme employé dans les instructions confidentielles) les éléments susceptibles d’opposer une résistance active à la collectivisation forcée des campagnes et « coloniser » les vastes espaces inhospitaliers de la Sibérie, du Grand Nord, de l’Oural et du Kazakhstan. »

Source : SciencesPo

SOCIETÉ

Boycotter la Coupe du monde au Qatar est la seule réponse possible

« Demander “pourquoi boycotter la Coupe du monde au Qatar ?” est une très mauvaise question. La question devrait être “Pour quelles raisons, malgré les preuves de corruption, les morts, l’horreur sociale et écologique, pensez-vous que cette Coupe du monde de football doit avoir lieu ?“. »

Source : Bon Pote

VUES D’AILLEURS

« Le végétarisme indien est lié aux castes et aux classes sociales »

« Au cours des dernières semaines, je me suis entretenu avec Sylvia Karpagam, une médecin indienne, au sujet du végétarisme, de l’Inde et de son travail. »

Source : Le Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.