L’Ancienne Ambassadrice de l’UA aux États-Unis révèle les horribles secrets de la FRANÇAFRIQUE !

                Dr Stephen Ogbonmwan

 

Françafrique est un terme inventé pour décrire la relation complexe et souvent controversée entre la France et ses anciennes colonies africaines. Issu de l’ère coloniale, il englobe des liens politiques, économiques et militaires qui perdurent aujourd’hui. Les critiques soutiennent qu’il perpétue le néocolonialisme, permettant l’influence française sur les politiques et les ressources des nations africaines. Cet arrangement a fait l’objet de critiques en raison d’allégations d’exploitation, de soutien à des régimes autocratiques et d’inhibition d’un véritable développement postcolonial. Les partisans soutiennent qu’il favorise la stabilité et la collaboration économique. Cependant, aujourd’hui en l’an 2023, la vérité derrière ce pacte méchant et rusé que la France a forcé ses colonies à signer, est mise en lumière. Vous êtes sur le point d’écouter certaines des manières les plus choquantes et les plus perverses que la France a mises en place, afin de poursuivre son programme de colonisation, en Afrique. Les effets durables de la Françafrique sur les nations africaines sont multiformes.

Sur le plan économique, la dépendance vis-à-vis du successeur du franc français, le franc CFA, a limité l’autonomie monétaire, affectant les politiques budgétaires. Sur le plan politique, les liens étroits entre les dirigeants français et les élites africaines ont parfois soutenu des régimes autoritaires, entravant les progrès démocratiques. L’extraction des ressources continue de favoriser les intérêts français, entravant la diversification économique locale. Les interventions militaires ont façonné la dynamique des conflits. Alors que certains soutiennent que la Françafrique apporte la stabilité, d’autres la considèrent comme une manipulation néocoloniale, entravant une véritable autodétermination. Dans l’ensemble, ces effets durables soulignent la complexité des relations postcoloniales, suscitant des débats sur la souveraineté, le développement et les déséquilibres de pouvoir. Pour rompre les liens avec la Françafrique, les nations africaines devraient donner la priorité à l’autonomie économique et politique.

L’établissement de leurs propres monnaies, indépendantes du franc CFA, peut renforcer le contrôle monétaire. La diversification des économies, loin de la dépendance aux ressources et la promotion d’accords commerciaux régionaux favoriseraient l’autosuffisance. Le renforcement des institutions démocratiques, la promotion des droits de l’homme et l’adoption d’une gouvernance transparente peuvent réduire la dépendance à l’égard de l’aide extérieure. Cultiver des partenariats avec une variété d’acteurs mondiaux peut équilibrer l’influence. Le développement de capacités militaires robustes pour la défense et la résolution des conflits réduirait la dépendance à l’intervention militaire française. Un désengagement progressif tout en favorisant l’autonomisation locale peut aider les nations africaines à revendiquer leur souveraineté et à forger des relations équitables.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *